Compte rendu du séminaire professoral du 12 décembre 2018

Prof. Nicolas Marty – Prof. Patrice Poujade

Année universitaire 2018-2019

Curs 2018-2019  Compte rendu séance 3. 12 décembre 2018

Bat. Y Salle département Histoire

Secrétaires de séance : H. Balfagon, N. L’Hénaff

Étaient présents :

Étudiants : H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; A. Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; B. Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne) ; G. Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne).

Doctorants présents T. Marchal ; A. Meunier 

Professeurs organisateurs : N. Marty ; P. Poujade

Absents : M. Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; S. Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; S. Jumel (M2 Histoire contemporaine) ; M.C Lamata (M1 Histoire moderne) ; A. Rastell (M1 Histoire contemporaine).

Secrétaires de la prochaine séance : G. Robin et A. Saux

I)     Atelier méthodologique et comptes rendus de lecture       

Un point a été fait sur la pertinence et sur les impressions de l’atelier méthodologique du premier semestre pour les étudiants de M1. Cet atelier accompagne les étudiants-chercheurs dans leurs recherches, permet de répondre à certaines questions d’ordre méthodologique, améliore et structure la réflexion sur les objets de recherche des étudiants.

  1. Franskinet G. Concas : L’atelier méthodologique offre un bon suivi du mémoire tout en étant un prolongement du M1, ce qui permet d’insister sur l’objet de la recherche.
  2. Marty et P. Poujade ont souligné que les étudiants issus de la Licence d’histoire ont déjà en partie traité ce type d’exercice, notamment dans le cours de Monde méditerranéen. Un rappel a été effectué sur la bibliographie commentée et sur la date de remise des comptes rendus des cours de M1 pour le mémoire étape, l’atelier d’écriture et d’épistémologie, fixée au 21 janvier. Les étudiants de M2 ont fait part de leurs choix pour le compte rendu d’ouvrage entrepris en M1.
  3. Saux: a choisi l’ouvrage de Michel Combet , Jeux des pouvoirs et familles : les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle pour le compte rendu d’ouvrage de son mémoire-étape et pour le cours d’épistémologie de M1.

II) Retour sur les séminaires d’Anne Montenach et d’Aurore Toureille

Un retour sur les précédents séminaires de recherche a été effectué dans une deuxième partie de la séance. Anne Montenach avait présenté ses recherches intitulées Une économie de la frontière : acteurs et logiques de la contrebande dans les Alpes Occidentales au XVIIIe siècle le 14 novembre, et Aurore Toureille Enseignement et pratique du dessin à Perpignan à l’aube du XIXe siècle : acteurs et institutions (1795-1825) le 24 novembre dernier.

  1. Robin : Le sujet traité par Anne Montenach est très utile pour cerner la contrebande et comprendre comment étudier les réseaux de circulation.
  2. Meunier : Intervention qui est d’une grande utilité sur l’histoire des femmes, qui a montré la difficulté du traitement, de la mobilisation et de l’utilisation des sources. La présentation a été très pédagogique.
  3. Poujade : Bonne présentation de la démarche et de l’historiographie. Le thème et l’objet de la recherche abordés par Anne Montenach concernent un certain nombre de chercheurs et d’étudiants chercheurs au sein de cet axe. En effet, ses efforts méthodologiques dans la présentation de sa démarche scientifique, de ses sources, de l’historiographie de son objet de recherche et de sa position envers ce dernier ont permis d’aider considérablement les étudiants chercheurs dans leur propre démarche.
  4. Concas : L’intervention d’Aurore Toureille a été utile pour son sujet situé au carrefour de l’histoire des institutions, de la mise en place des écoles aux XVIIIe et XIXe siècles, de l’histoire sociale et économique, le tout valorisé par une méthode pertinente avec une analyse de tableaux et l’éclairage de certains points sur les discipline. La présentation fut très enrichissante, mais un peu complexe et redondante.
  5. Marty : Aurore Toureille avait présenté, lors d’une intervention il y a maintenant un peu plus d’un an, un document qui avait apporté de nombreuses informations sur les acteurs et les institutions, ainsi que leur fonctionnement avec des agents et des acteurs collectifs. L’intervention a été fondamentale pour sa présentation des sources, savoir comment adapter les types de discours, comprendre l’articulation entre les problématiques avec l’appui de sources, articulation qui n’est pas toujours évidente. Rappel, le but de la présentation d’une source est de montrer à quoi un document sert, tout comme dans un commentaire de document.
  6. Saux : Les présentations des sources des intervenantes ont permis d’y voir plus clair, grâce à des notions redéfinies comme celle des acteurs.

La démonstration d’Aurore Toureille a permis aux étudiants d’éclaircir certaines questions, notamment sur l’organisation du sujet, l’articulation des sources et de la problématique. Son thème et son objet de recherche sont corrélés avec d’autres chercheurs et étudiants chercheurs, et en ce sens son intervention fut aussi bénéfique et enrichissante.

 

III)                   Présentation d’une source des Master 2

Il s’agit de présenter une source fondamentale et de montrer les informations que l’on peut extraire de cette dernière.

  1. Saux: Itinéraire d’une famille languedocienne : les Ferrier de Sigean (XVIIe et XVIIIe siècle). Description d’un acte de mariage daté du 7 février 1775, extrait d’un registre de la paroisse Saint Félix de Sigean, GG 8, Archives communales de Sigean. Cet acte de mariage manuscrit, au n°118 du registre, concerne Jean-François Ferrier et Claire Ferrier. Il insiste sur le fait qu’il a commencé ses recherches en se penchant sur ces registres paroissiaux. Les informations comme les noms des protagonistes, les liens de parenté et les signatures ont permis de reconstituer le noyau familial de la famille Ferrier. En croisant ce document avec un contrat de mariage notarié, il parvient à établir sur un siècle une série de trois arbres généalogiques. Nous pouvons également nous informer sur le patrimoine, les investissements et les dots de cette famille. Particularités, les deux mariés portent le même nom car ils étaient cousins. Avant leur mariage, ils demandent à l’archevêque et obtiennent une dispense permettant de passé outre le fait de consanguinité. Par ce mariage la sauvegarde du pouvoir local de la famille à était par certains aspects assuré. Nous pouvons reconstituer le réseau de la famille sur plusieurs branches avec le croisement de documents notariés.
  2. Meunierdemande si la mariée a signé. Aurélien Saux répond qu’il est difficile de savoir car ils ont tous le même nom. Il est difficile de le savoir, mais les femmes avaient tendance à signer dans cette famille.
  3. Poujade revient sur l’uniformité du document qui est plutôt long et contient beaucoup de phrases toutes faites. La présence de beaucoup de témoins permet une mise en série des acteurs et la question des signatures est sujette à une discussion historiographique de l’alphabétisation. Il faut savoir que le contrat de mariage pouvait être établi avant ou après l’acte de mariage.
  4. Fernex: Demande si les autres actes paroissiaux sont aussi longs et il s’avère qu’ils sont plutôt courts.
  5. Fernex: Le peintre Rieudemont. Présente un registre de capitation, ou d’imposition, tableau manuscrit faisant état de la corporation des sculpteurs, peintres, doreurs et brodeurs de Perpignan daté du 17 Septembre 1756. Ce document administratif donne des informations sur les revenus, les capitations, les veuves et les différents acteurs, et a été croisé avec des registres notariés sur une durée de 38 ans. On apprend dans ce document que le peintre Rieudemont fut le seul peintre du corps. Certains des artisans travaillent hors de la corporation. Ils sont peu nombreux, ont peu de biens et rencontrent des problèmes financiers, n’ayant pas le réseau nécessaire pour faire fructifier leurs activités économiques. L’intérêt du corps était de développer un réseau favorisant le nombre de commandes et de contrats.
  6. Poujade: Ce document apporte d’autres informations de type économiques concernant, par exemple, le rôle des femmes et des veuves au sein de cette corporation. Il semblerait que ces dernières poursuivent les activités économiques de leurs maris défunts en s’incluant dans la corporation.
  7. L’Hénaff: Les fusiliers de montagne du Roussillon au XVIIIe siècle. Présentation du contrôle des troupes des fusiliers de montagne, extrait de la revue d’inspection du 15 septembre 1751 qui compose le Mémoire sur l’origine des fusiliers de montagne, cote FOL°150, manuscrit conservé à la Bibliothèque de l’inspection du Génie au Service historique de la Défense dans le château de Vincennes, au département de l’armée de terre.

Ce document est une série de trois tableaux détaillant la composition des trois compagnies de 40 hommes par prénoms, noms, grades, noms de guerre, âges, tailles, lieux de naissance et dates d’engagement. Les informations concernent un petit contingent des fusiliers de montagne, composé d’environ 120 hommes comprenant capitaines, brigadiers, sous-brigadiers, tambours et fusiliers. La revue d’inspection, qui était faite lors du paiement de la solde des militaires, est anonyme. Cependant, la charge de la rédaction revenait à un aide-major ou un officier chargé du détail. Ce contrôle est fait à Perpignan, sans aucune mention du lieu exact.

Ce type de document est une source d’histoire sociale et quantitative, étudié pour l’armée régulière par André Corvisier dans sa thèse L’armée française de la fin du XVIIe siècle au Ministère Choiseul : « Le Soldat ». Il y a une possibilité de croisement avec les registres paroissiaux et notariés, par l’accumulation de données d’histoire sociale pour ce qui relève de la société civile, avec l’anthropologie physique, la sociologie et la structure sociale des paroisses. La limite est que ce document est le seul exemple de contrôle des troupes pour ce régiment.

 

  1. Pougault : Le livre à Perpignan dans la seconde partie du XVIIe siècle. Présentation d’inventaires après décès de deux libraires de la seconde moitié du XVIIe siècle : Antoni Joan Escayola et Louis Reynet, cotes 3E9/394 et 3E9/395, Archives départementales des Pyrénées-Orientales. Les inventaires après décès sont une source incontournable pour connaître la culture matérielle dans les sociétés anciennes. Nicolas Marty évoque à cette occasion l’introduction et l’article de Gérard Béaur, directeur d’études à l’EHESS, École des hautes études en sciences sociales, a récemment publié une étude sur le potentiel et la critique des inventaires après décès « Niveau de vie et révolution des objets dans la France d’Ancien Régime. Meaux et ses campagnes aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire moderne contemporaine, 2017, no4, p. 25‑58. Il évoque aussi ces éléments dans « Introduction : La révolution industrieuse introuvable », Revue d’histoire moderne contemporaine, 2017, no4, p. 7‑24.

 Grâce aux données recueillies dans les inventaires, Anna Pougault a pu retrouver un acte de vente d’une des librairies. Elle a en effet découvert que cette dernière fut vendue par la veuve du propriétaire après son décès. Toutes ces informations sont ensuite répertoriées dans une base de données, dont le maniement est jugé relativement difficile.

 

IV)                    Actualité scientifique

  1. Meunier: Du 27 au 29 mars journées d’étude sur Microhistoire et histoire sociale : nouvelles approches méthodologiques à la Casa de Velázquez à Madrid, fin des inscriptions le 21 janvier.
  2. Marty: Du 17 au 18 octobre 2019 appel à contribution et à communication pour la cinquième rencontre du groupe Res-Hist (Réseaux & Histoire) La personne en question dans les réseaux à Rennes, sous la direction de Claire Lemercier. N. Marty revient sur l’intérêt de ce type d’appel à communication qui permet de faire un point historiographique sur une question et de mettre en avant des aspects non encore développés. C’est un des types de document scientifique à suivre particulièrement pour se tenir au courant de l’actualité de ses champs de recherche.

Conférence de Thomas Marchal aux Archives départementales des Pyrénées Orientales le 17 janvier 2019 à 18h, présentation de son sujet de Master L’hôpital des pauvres de la cité d’Elne, exposition de documents prévue.

 

V)  Sources et bibliographie

Bibliographie présentée durant la séance

BÉAUR Gérard, « Niveau de vie et révolution des objets dans la France d’Ancien Régime. Meaux et ses campagnes aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 4, 2017, pp. 25-58

COMBET Michel, Jeux des pouvoirs et familles : les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle, Bordeaux, France, Fédération historique du Sud-Ouest, 2002, 553 p.

Corvisier André, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul : le soldat, Paris, France, Presses Universitaires de France, 1964, 2 vol., 1086 p.

MONTENACH Anne, Femmes, pouvoirs et contrebande dans les Alpes au XVIIIe siècle, Fontaine, Presses universitaires de Grenoble, 2017, 318 p.

Liens utiles

https://www.casadevelazquez.org/accueil/calendrier-des-activites/news/microhistoire-et-histoire-sociale-1/

http://www.ledepartement66.fr/2347-anim-archives-et-patrimoines-2019.htm

https://reshist.hypotheses.org/1245

http://www.rhmc.fr/

La séance prit fin à 18H05

Prochain séminaire professoral : mercredi 23 janvier 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.