Un marchand arménien à Perpignan à la fin du XVIIe siècle

            On connaît grâce aux travaux d’Olivier Raveux la présence des Arméniens à Marseille, plus particulièrement dans les années 1670-16801. Leur présence avait aussi été attestée, par exemple à Séville par Antonio Domínguez Ortiz2 ou à Cadix par Hipólito Sancho de Sopranis3.

            Aurian Meunier, dans un récent travail, a décelé une mention très « furtive » dans les cahiers du peseur au poids du Roi de Perpignan, Francesc Millet i Català, objet de son étude. Il s’agit de « tabac del armeni » acheté, semble-t-il le 8 février 1668 par le droguiste Antoni Llimas4. La donnée, telle quelle, ne permet pas d’aller bien loin. Or, la documentation du Conseil souverain du Roussillon conserve au moins cinq procès civils, datés de 1670 à 16745), dans lesquels apparaît, à un titre ou un autre, un certain « Omines de Torres, armeni »6, marchand. À cela, il faut ajouter un acte notarié du 31 juillet 16677 qui présente Hominas de Toros comme « negociatior civitatis de Caixer, terre Armenie », localisation qui nous échappe encore pour l’instant.

            Pourrait-il, alors, s’agir du même Arménien qui vendit du tabac au droguiste Antoni Llimas en 1668 ? La chronologie permettrait de le penser. En outre, au poids du Roi, il est simplement nommé l’armeni (l’Arménien) : serait-ce l’indice qu’il serait seul ? D’autre part, l’acte notarié dans lequel il apparaît en 1667 le montre impliqué dans le commerce de « rotllos de tabacu de Brassil » avec le pentiner perpignanais Bernat Isarn. Un des procès devant le Conseil souverain est d’ailleurs intenté contre ce dernier qui devrait plus de 1 193 livres françaises à Omines de Torres.

            A travers ces procès, on entrevoit un Arménien en difficulté face à plusieurs débiteurs, dans une précarité économique (il est décrit comme misérable : « misserablíssim », « sa tant gran pobressa que té bastant que fer de trobar lo pa per a menjar »8), encore mal intégré à la ville. En effet, dans le procès de 1670, il est expressément mentionné qu’il « té dificultat en entèndrer lo cathalà per ser de nació armeni9 » et il s’en remet à son avocat afin de lui faire mieux comprendre « encara que ab gran dificultat »10 ce que disent les décisions de justice.

            Ce cas soulève de nombreuses questions quant à la présence même d’Arméniens à Perpignan dans les années 1660-1670 : celui que nous y trouvons, est-il lié aux Arméniens de la Nouvelle-Djoulfa présents à Marseille ou ailleurs ? Appartient-il à un réseau ? Est-il isolé dans la ville ? Quelle est la raison de son arrivée ? À quel type de commerce se consacre-t-il et comment a-t-il été mis en contact avec ses partenaires commerciaux locaux ? A-t-il effectué un séjour durable ? Autant de questions auxquelles la documentation actuellement dépouillée n’a pu apporter que de très minces éléments de réponse…

  1. Entre autres : « À la façon du Levant et de Perse : Marseille et la naissance de l’indiennage européen (1648-1689) », Rives méditerranéennes, n° 29, 2008, pp. 37-51 ; « Entre réseau communautaire intercontinental et intégration locale : la colonie marseillaise des marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa (Ispahan), 1669-1695 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/1, pp. 83-102 ; « Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle. L’exemple des Choffelins de Marseille », G. Buti, M. Janin-Thivos et O. Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix, Presses Universitaires de Provaence, 2013, pp. 99-114 ; « Les llengües al centre del comerç a la Mediterrània del segle XVII. Formació i pràctiques dels mercaders armenis d’Isfahan instal·lats a Marsella », Afers, n° 87, 2017, pp. 327-344 []
  2. « Armenios en Sevilla », Archivo hispalense, n° 61-62, 1953, pp. 189-156 []
  3. « Los armenios en Cádiz », Sefarad, n° 22, 1954 []
  4. A. Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au XVIIe siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, Perpignan, mémoire de Master, Université de Perpignan, 2017, p. 60, 66, 72-73, 355 []
  5. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2 B 1100 (1670), 2 B 1122 (1671), 2 B 1130 (1672), 2 B 1146 (1674), 2 B 1149 (1674 []
  6. L’orthographe de son nom fluctue selon les documents entre Omines, Homines ou Hominas, de Torres, de Torras, de Toros, de Thoros []
  7. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 3 E 2/1500, Ambròs de Badia, Perpignan, 31/07/1667 []
  8. sa très grande pauvreté l’oblige à s’occuper à trouver de quoi manger []
  9. il éprouve des difficultés pour comprendre le catalan car il est arménien d’origine []
  10. quoi qu’avec grande difficulté []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.