Compte-rendu séminaire professoral n° 1 2018-2019


Compte-rendu réalisé par Gauthier CONCAS et Benjamin FRANSKIN

Étaient présents :

Étudiants: T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; M . Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; A.Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; B.Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; S.Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; S. Jumel ( M2 Histoire contemporaine) ; M.C Lamata ( M1 Histoire moderne),

N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne) ; A. Rastell (M1 Histoire contemporaine) ; T. Rumeau (M1 Histoire moderne) ; G.Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne).

Doctorants présents : A. Meunier ; T.Marchal

Professeurs organisateurs : N. Marty; P.Poujade

I. Présentation générale du séminaire

M.Marty et M. Poujade ont effectué en début de séance une brève présentation de ce qu’est le séminaire professoral et ont précisé ses objectifs : c’est avant tout un espace de discussions et de réflexions autour du travail de recherche de l’étudiant . La mixité M1-M2 et doctorants est voulue dans le but d’apporter plusieurs points de vue et niveaux d’expériences et afin d’ouvrir le champ des possibles, notamment à travers une discussion orale. Celle-ci doit permettre d’éclairer et d’aider l’étudiant en cas de difficultés. Tout étudiant, tout chercheur, est confronté, à un moment ou un autre, à des problèmes tant d’ordre rédactionnel que de recherche ou à l’occasion de la présentation de ses travaux. L’importance de ce passage a été souligné par les professeurs car souvent peu pris en considération et insuffisamment travaillé en amont. 

Les critères de notation du séminaire ont aussi été expliqués. Un compte-rendu de séance doit être réalisé, pour chaque séminaire professoral, par un binôme M1/M2. 

Un tour de table a été ensuite réalisé afin de prendre connaissance des sujets de recherche ou, lorsque le sujet n’est pas encore défini, une présentation générale des domaines qui seront abordés par l’étudiant.

II. Présentation des sujets de recherche/de thèse

Les sujets présentés ci-dessous ne respectent pas l’ordre de présentation mais bien la promotion à laquelle appartiennent les étudiants, ceci dans le but de faciliter la compréhension des sujets et leur définition qui sont évidemment moins précis et moins avancés pour la plupart des M1 que pour les M2.

    M.Carmen Lamata : Le sujet n’est pas encore tout à fait défini, l’étudiante qui devrait avoir, comme directeur de recherche M. Poujade, a indiqué vouloir travailler autour des thèmes de la femme, des îles et la question culturelle autour des îles. M. Poujade a ensuite indiqué avoir proposé un ensemble de sources composé de lettres d’une épouse de marchands. Après s’être penchée sur le corpus, l’étudiante s’est étonnée de la quasi-absence de rôle professionnel et public des femmes dans les écrits.

    Gaël Robin : le sujet étudié est celui de l’ approvisionnement de la garnison de Mont Louis entre les années 1680 et 1720. Située près de la frontière espagnole, la garnison se développe durant cette époque et va vivre de nombreux bouleversements dans la vie tant économique que sociale de la région. Les sources sont composées de registres paroissiaux (existant à partir de 1707 pour la garnison), d’archives judiciaires, administratives, commerciales et notariales notamment.

    Thomas Rumeau : Le sujet n’est pas encore clairement défini mais se situerait autour de la vie d’un homme devant l’Inquisition espagnole du XVIIe siècle. À travers son parcours et les différents procès de sa vie, dont un à Perpignan, l’objectif de la recherche serait de développer la vision du crypto-juif dans une société fortement imprégnée par le catholicisme.

    Sara Gregori : Ici aussi, le sujet n’est pas totalement défini. Cependant, il étudierait l’exposition de 1936 sur la Catalogne au musée de jeu de Paume à Paris. Marquée à la fois par le Front Populaire en France et le début de la guerre civile espagnole (l’exposition débute en octobre), la recherche souhaite étudier l’impact de cette exposition sur la reconnaissance de la Catalogne comme nation et sur son rôle politique ainsi que son importance dans la médiation culturelle en Pays Catalan.

    Benjamin Franskin : Le sujet n’est pas totalement défini. Il étudierait l’histoire de la famille Nicolas et de son entreprise de négoce de vin, en particulier entre la fin du XIXe et au début du XXe siècle. La recherche, dirigée par M.Marty, se ferait en collaboration avec l’entreprise qui se prépare à célébrer son bicentenaire en 2021. Les sources se baseraient en plus des archives judiciaires, notariales et commerciales sur de possibles archives de l’entreprise et de la famille.

    Tim Astruc : Le sujet de recherche porte sur les libraires et imprimeurs audois durant la première moitié du XIXe siècle. Le sujet, sous la direction de M. Marty, vise à établir un tableau d’ensemble de ce milieu restreint. L’un des objectifs étant de pouvoir définir et effectuer un portrait des libraires selon leurs origines, leur richesse ainsi que l’évolution de leur nombre durant la période. Les principales sources sont les archives de la censure et les annuaires, même-ci ces derniers ne sont pas disponibles entre 1816 et 1826.

    Hugo Balfagon : Le sujet de recherche vise à étudier les migrations de travail (à l’exception des marchands et soldats) dans le Roussillon au début du XVIIIe siècle. L’objectif du travail est non seulement de quantifier cette émigration mais aussi d’en connaître les raisons, principalement économiques, et de comparer cette migration entre les différentes villes du Roussillon. Cette étude utilise notamment les registres paroissiaux, des actes notariaux et des décisions de justice.

    Anthony Rastell : «La présence du livre dans la société au XIXe siècle ». Le travail vise à étudier le livre et ses acteurs à travers une étude notariale. Il souhaite constituer une base de données à partir de 21 inventaires contenant des livres.

    b) Les sujets de M2

    Nicolas l’Hénaff : Retour sur son mémoire-étape de première année de Master qui s’intitule « La présence militaire à Collioure d’après les activités notariales entre 1680 et 1730 ». Ce mémoire de Master 1 lui a permis d’étudier cette présence militaire à Collioure sous un angle social. Cette année, il rédige son mémoire sur les fusiliers de montagne du Roussillon au XVIIIe siècle sous la direction de M. Poujade.

    Anna Pougault : « Le livre à Perpignan dans la deuxième partie du XVII e siècle » sous la direction de M. Poujade. Ce travail consiste à étudier la diffusion du livre, les matériaux qui sont utilisés, l’histoire sociale (que font les veuves à la mort de leur mari). Le mémoire peut aborder les techniques d’impression du livre. Les principales sources sont les archives notariales notamment des inventaires après-décès, des inventaires de boutiques et de librairies.

    Sarah Jumel : « Le Congrès de Culture catalane de 1975 à 1977 »,c’est un regroupement de travaux et d’activités autour de la situation actuelle de la culture catalane, son évolution depuis 1936 et des propositions d’avenir pour sa défense et sa promotion. Il s’agit d’une organisation ayant des revendications politiques mais également une manifestation culturelle autour de plusieurs axes de recherches. Les principales sources sont les Fonds de la fondation du Congrès se trouvant aux Archives Nationales de Catalogne.

    Marc Armangau : « Le travail dans les mines de fer des Pyrénées-Orientales durant la Seconde Guerre Mondiale » sous la direction de M.Marty. En résumé, il s’agit de voir qui sont les travailleurs ? Combien sont-ils ? D’où viennent-ils ? Comment sont-ils organisés ? Les conditions dans lesquelles ils travaillent ? Si des liens existent avec les résistants locaux ? Pour les sources, un gros fonds d’archives, la sous-série 15 J des Archives Départementales des Pyrénées-Orientales qui rassemble les archives des mines de fer du Centre-Midi pour la période étudiée.

    Gauthier Concas : « L’histoire du Conservatoire de Perpignan des prémices jusqu’à sa création ».

    La chronologie du sujet n’est pas encore tout à fait définie. Pour l’instant, la période s’étend de 1770 à 1842 (à définir avec le directeur de mémoire, Julien Lugand). Les sources sont principalement manuscrites et conservées aux Archives Départementales. Ce travail consiste à étudier à la fois la situation de la musique à Perpignan à l’époque de la création du Conservatoire et la nécessité de la mise en place de cette institution dans la ville de Perpignan.

    Aurélien Saux : Retour sur son mémoire-étape qui s’intitule « Itinéraire d’une famille languedocienne : Les Ferrier de Sigean » (XVIII e siècle) » sous la direction de M . Poujade. Le sujet de M2 sera probablement le même mais en abordant le XVIIe siècle. Ce travail consiste, tout d’abord, à explorer les différentes branches de cette famille : branche de consuls, de mariniers, de brassiers, de négociants. Ensuite, à étudier les alliances de cette famille avec d’autres familles dont une famille de notables de Perpignan. Enfin, le but de ce travail est de montrer comment une famille parvient à forger sa puissance au sein d’une communauté (richesses, relations entre individus, gestion du patrimoine…).

    Aurore Fernex : « Pierre-Jean Rieudemont : un peintre languedocien dans le Roussillon (1692-1768) » sous la direction de Julien Lugand. L’étude consiste à traiter de la vie et l’œuvre de ce peintre narbonnais qui a fait sa carrière en Roussillon.

    c) les Thèses des doctorants

      Thomas Marchal : La thèse porte sur l’Autre en Roussillon au XVIIe et XVIIIe siècle ». L’Autre ou l’étranger est ici toute personne extérieure à la communauté et au territoire. La thèse, qui se concentre sur plusieurs petites villes, vise notamment à pouvoir répondre à la question de la définition de l’étranger et aux différentes réalités de ce terme d’étranger à cette époque. Les sources sont multiples et visent à mettre en valeur ces réalités multiples.

      Aurian Meunier : Le sujet de thèse est l’anatomie des réseaux commerciaux transpyrénéens de commerce au XVIIe siècle . Ce travail, sous la direction de M. Poujade, vise, à partir, tout d’abord, d’actes notariés, et en suivant une démarche à la fois quantitative (base de données sur les acteurs, les flux et les réseaux) et qualitative, à présenter les rapports et les relations entre les acteurs des réseaux commerciaux à un niveau tant macro que micro-historique (cf. présentation de la thèse sur le carnet de recherche HSE-HSA :https://hsehsa.hypotheses.org/639 ).

      III. Actualité scientifique

      3 octobre : séminaire d’axe de Sophie Avarguez et Aude Harlé (maîtresses de conférences en sociologie, UPVD-CRESEM) : « Réflexion sociologique sur le territoire au prisme du genre dans l’espace catalan transfrontalier »

      10 octobre : séminaire de Geneviève Gavignaud-Fontaine (professeure de l’Université de Montpellier III) : « Hommes, propriété, lois et corps intermédiaires : l’organisation professionnelle des vignerons du XXe siècle (Languedoc et Roussillon) ».

      14 novembre : séminaire d’Anne Montenach (professeure à l’Université Aix-Marseille) : « Une économie de la frontière : acteurs et logiques de la contrebande dans les Alpes occidentales au XVIIIe siècle ».

      28 novembre : séminaire d’Aurore Toureille (doctorante en histoire de l’art, CRESEM-UPVD) : « Enseignement et pratique du dessin à Perpignan à l’aube du XIXe siècle : acteurs et institutions (1795-1825)  »

      IV. Bibliographie, sources et fin de séance

      Bibliographie présentée durant la séance :

      MARTIN Marguerite, VILLERET Maud (dir.), La diffusion des produits ultramarins en Europe, XVI e-XVIII e siècle, Rennes, PUR, 2017, 168 p.

      MALAPRADE Sébastien, Des châteaux en Espagne. Gouvernement des finances et mobilité sociale au XVIII e siècle, Limoges, PULIM, 2018, 352 p.

      La fin de séance a également été l’occasion, pour M. MARTY, de faire un rappel sur l’importance de la veille scientifique, en particulier sur les domaines concernant l’étudiant. Il est très important pour l’étudiant de se mettre « à l’affût » dans son domaine de recherche. Il est indispensable de se tenir en permanence au courant de l’actualité concernant sa recherche. L’étudiant doit aussi être capable de pouvoir discuter à chaque séance des actualités de son champ d’étude.

      La séance est levée à 18h15

      Prochaine séance du séminaire professoral du 1er semestre : 24 octobre 2018


      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.