LA QUESTION DE LA QUALITÉ ALIMENTAIRE EN BELGIQUE

Guiot, Flore, « L’État belge face aux enjeux de qualité alimentaire dans la seconde moitié du 19e siècle. Responsabilisation et institutionnalisation consacrées par les lois des 17 mars 1856 et 4 août 1890 relatives à la falsification alimentaire », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, 2016, XLVI, no.3/4, pp. 136‑163.

Flore Guiot est doctorante en Histoire contemporaine à l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique et travaille sous contrat doctoral[1] depuis 2016. L’axe de recherche qui est privilégié est celui de l’Histoire sociale et ses liens avec l’Histoire économique. C’est dans le Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) qu’elle prépare sa thèse de doctorat sous la direction d’Aurore François, avec pour thème les politiques de sécurité alimentaire en Belgique de 1840 à 1920.

C’est dans la Revue Belge d’Histoire Contemporaine (RBHC) qu’elle consacre un article de vingt-sept pages sur la place de l’État dans la problématique de la falsification des denrées alimentaires. Il s’agit d’un travail de synthèse qui établit une mise au point sur les deux lois principales, leurs enjeux et leur portée, appuyé sur une bibliographie à rayonnement européen et outre-atlantique. Le propos est illustré par cinq documents de natures variées, d’une œuvre picturale naturaliste à une affiche publicitaire pour les beurres naturels et mixtes, en passant par deux photographies et un récépissé d’échantillon de laboratoire.

Cet article constitue le premier élément de réflexion de Flore Guiot, mettant en place plusieurs axes de son travail de recherche de thèse. L’année suivante, de nouveaux éléments complètent le champ du questionnement, à travers un autre article de revue[2]et trois communications lors de colloques[3]. Ce questionnement s’intègre dans un mouvement historiographique en renouvellement, et dans la continuité des travaux d’Alessandro Stanziani, Martin Bruegel et Madeleine Ferrières, pour ne citer que les références les plus récurrentes. Celles-ci ne sauraient éluder les nombreux autres historiens sur lesquels s’appuie l’auteure pour étayer son propos, mettant ainsi l’accent sur la dimension globale des enjeux de la construction qualitative alimentaire. La question n’est pas inédite. Il s’agit d’une rénovation de l’approche réflexive qui vise à décomposer sous plusieurs aspects la construction de la norme des denrées alimentaires au XIXe siècle.

Il est analysé l’évolution de la place de l’État belge face au problème de la qualité et de la sécurité alimentaire, dans son contexte politique national, avec une visée comparative à l’échelle européenne. Le raisonnement s’articule autour de deux actions législatives ; celle du 17 mars 1856 et celle du 4 août 1890, relatives à la falsification alimentaire. Les notions de responsabilisation et d’institutionnalisation sont envisagées dans une approche conventionnelle d’arbitrage de l’État. En quoi l’étude de ces deux lois transpose-t-elle l’éclairage sur la normalisation et ses enjeux sur les pratiques et les acteurs ? Le glissement de la responsabilité quasi exclusive des communes vers celle de l’État dans le contexte de révolution industrielle à la mi-siècle est l’objet d’une première analyse. Cela conduit à s’interroger sur l’applicabilité de l’œuvre législative et le renforcement de l’action de l’État à la fin du XIXe siècle. L’articulation entre les sources mobilisées, la méthode employée et les propositions seront ensuite examinées.

Continuer la lecture de LA QUESTION DE LA QUALITÉ ALIMENTAIRE EN BELGIQUE

Connexions et commerce dans la Méditerranée moderne

Poursuivant un travail collectif entamé depuis quinze ans et jalonné de publications régulières1 , le professeur Jaume Dantí, de l’Université de Barcelone, a coordonné un nouvel ouvrage regroupant les travaux de sept chercheurs membres de son groupe de recherche ou « chercheurs invités », sous le titre Relacions mediterrànies a la Catalunya moderna2. Historiens modernistes des universités de Barcelone, Perpignan, Valence et Aix-Marseille présentent dans cet ouvrage leurs travaux autour du thème général des connexions en Méditerranée à l’époque moderne, la plupart d’entre eux s’intéressant aux relations commerciales en tant que facteur d’articulation entre différents territoires. La question du territoire est présente de façon plus spécifique dans deux des contributions, celles d’Agustí Alcoberro et de Josep M. Torras i Ribé, le premier étudiant les premières géographies de la Catalogne des XVIe et XVIIe siècles, le deuxième s’intéressant au recrutement des cadres de l’administration des Bourbons dans la Catalogne du début du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture de Connexions et commerce dans la Méditerranée moderne

  1. 2005 : Ciutats, viles i pobles a la xarxa urbana de la Catalunya moderna, Barcelone, Rafael Dalmau ; 2011 : Les xarxes urbanes a la Catalunya dels segles XVI i XVII, Barcelone, Rafael Dalmau ; 2015 : L’articulació del territori a la Catalunya moderna, Barcelone, Rafael Dalmau []
  2. J. Dantí (coord., Relacions mediterrànies a la Catalunya moderna, Barcelone, Rafael Dalmau, 2018, 239 p. []

Les vitrines de la mode. Boutiques et consommation textile à Valence au XVIIIe siècle

Daniel Muñoz Navarro, docteur en histoire moderne de l’Université de Valence et professeur associé de cette même université, a publié en 2018 un ouvrage, issu de sa thèse de doctorat, intitulé Los escaparates de la moda. Sistemas de comercialización, espacios de consumo y oferta textile en la Valencia preindustrial (1675-1805) dont le thème intéresse directement ce carnet de recherche1 dans lequel neuf historien.ne.s, dont l’auteur lui-même, analysaient les réseaux commerciaux les modes de commercialisation et de consommation de différents produits (textiles divers et vêtements, nouveaux produits alimentaires) dans plusieurs régions de la péninsule Ibérique. Par ailleurs, l’an dernier, nous avions aussi rendu compte, ici même, du numéro spécial de la revue Afers qu’il avait dirigé sur les pratiques du commerce méditerranéen au XVIIe siècle.

Continuer la lecture de Les vitrines de la mode. Boutiques et consommation textile à Valence au XVIIIe siècle

  1. D. Muñoz Navarro, Los escaparates de la moda. Sistemas de comercialización, espacios de consumo y oferta textile en la Valencia preindustrial (1675-1805), Madrid, Síntesis, 2018, 380 p.) . Auteur ou co-auteur de plusieurs livres, Daniel Muñoz avait précédemment dirigé, en 2011, un livre sur l’histoire de la consommation dans l’Espagne moderne ((D. Muñoz Navarro (éd.), Comprar, vender y consumir. Nueva aportaciones a la historia del consumo en la España moderna, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2011, 241 p. []

Compte rendu du séminaire professoral du 12 décembre 2018

Prof. Nicolas Marty – Prof. Patrice Poujade

Année universitaire 2018-2019

Curs 2018-2019  Compte rendu séance 3. 12 décembre 2018

Bat. Y Salle département Histoire

Secrétaires de séance : H. Balfagon, N. L’Hénaff

Étaient présents :

Étudiants : H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; A. Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; B. Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne) ; G. Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne).

Doctorants présents T. Marchal ; A. Meunier 

Professeurs organisateurs : N. Marty ; P. Poujade

Absents : M. Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; S. Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; S. Jumel (M2 Histoire contemporaine) ; M.C Lamata (M1 Histoire moderne) ; A. Rastell (M1 Histoire contemporaine).

Secrétaires de la prochaine séance : G. Robin et A. Saux

I)     Atelier méthodologique et comptes rendus de lecture       

Un point a été fait sur la pertinence et sur les impressions de l’atelier méthodologique du premier semestre pour les étudiants de M1. Cet atelier accompagne les étudiants-chercheurs dans leurs recherches, permet de répondre à certaines questions d’ordre méthodologique, améliore et structure la réflexion sur les objets de recherche des étudiants.

  1. Franskinet G. Concas : L’atelier méthodologique offre un bon suivi du mémoire tout en étant un prolongement du M1, ce qui permet d’insister sur l’objet de la recherche.
  2. Marty et P. Poujade ont souligné que les étudiants issus de la Licence d’histoire ont déjà en partie traité ce type d’exercice, notamment dans le cours de Monde méditerranéen. Un rappel a été effectué sur la bibliographie commentée et sur la date de remise des comptes rendus des cours de M1 pour le mémoire étape, l’atelier d’écriture et d’épistémologie, fixée au 21 janvier. Les étudiants de M2 ont fait part de leurs choix pour le compte rendu d’ouvrage entrepris en M1.
  3. Saux: a choisi l’ouvrage de Michel Combet , Jeux des pouvoirs et familles : les élites municipales à Bergerac au XVIIIe siècle pour le compte rendu d’ouvrage de son mémoire-étape et pour le cours d’épistémologie de M1.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire professoral du 12 décembre 2018

Compte rendu séminaire professoral du 24 octobre 2018

Étaient présents :
Étudiants : T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; B. Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; S. Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; M.C Lamata (M1 Histoire moderne) ; G. Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne) ; M. Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; A. Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne).
Doctorants présents : A. Meunier
Professeurs organisateurs : N. Marty ; P. Poujade
Absents : A. Rastell (M1 Histoire contemporaine) ; S. Jumel (M2 Histoire contemporaine) ; N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne).
Secrétaire de la prochaine séance : Hugo Balfagon et Nicolas L’Henaff.


I) Présentation des problèmes rencontrés durant les recherches


S. Gregori : explique qu’elle rencontre des problèmes pour avoir accès au catalogue sur l’exposition du Musée du Jeu de Paume, édité en 1937, ce qui était pris comme une base sur l’étude de l’exposition intitulé L’Art catalan. Du Xe au XVe siècle. Cet ouvrage n’est consultable que sur place, son mauvais état de conservation ne permet pas le prêt entre bibliothèques. Elle a procédé à la recherche des possibles traces sur cette exposition, telles que de la documentation sur la gestion administrative, des articles publiés dans la presse française et catalane, des assurances, des correspondances, etc.
M. Marty préconise une recherche dans les archives du Ministère des Affaires étrangères français -cette exposition a sûrement créé des échanges diplomatiques entre la France et l’Espagne ainsi que dans les archives du musée lui-même. La recherche dans les archives de la commune et du département est également conseillée.

Continuer la lecture de Compte rendu séminaire professoral du 24 octobre 2018

Deux articles des Annales du Midi

La dernière livraison des Annales du Midi (n° 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles qui se relient tout à fait directement aux thématiques développées dans ce carnet de recherche. María Teresa Pérez Villalba y présente un résumé de sa thèse de doctorat d’histoire soutenue en juillet 2017 à l’Université de Valence dont le titre était Franceses en Valencia durante el siglo XVI. Cette thèse peut être consultée en ligne sur http://roderic.uv.es/handle/10550/59477. Le XVIe des migrations en péninsule Ibérique est moins présent dans l’historiographie ce qui rehausse l’intérêt de ce travail basé sur diverses sources, en particulier les registres de l’hôpital de Valence, les livres d’aveïnaments c’est-à-dire les listes de ceux à qui fut reconnu le statut de (nouveaux) habitants, les registres paroissiaux et des procès de l’Inquisition ce qui lui permit de constituer un corpus de plus de 4 700 noms couvrant avec plus ou moins d’intensité l’ensemble du XVIe siècle. À partir de ces données, l’auteure reconstitue les phases d’arrivées, les régions d’origine (d’abord le Béarn et l’Agenais, ensuite le Quercy et le Périgord, mais aussi le sud-est du Bassin aquitain et les hautes terres du Limousin et de l’Auvergne), leurs professions (d’abord des travailleurs de terre, puis, en moindres mesures, des artisans) et réfléchit à leur insertion dans la société d’accueil. Évidemment, le prisme de l’Inquisition est quelque peu déformant surtout au cours d’une époque de suspicion généralisée envers tout ce qui pouvait ressembler, de près ou de loin, à un protestant… Et tout migrant venant du royaume de France devenait suspect.

Continuer la lecture de Deux articles des Annales du Midi

Séminaire de recherche : Hommes, propriétés, lois et corps intermédiaires

Geneviève Gavignaud-Fontaine, Professeur émérite, Université Paul Valéry Montpellier 3, animera le premier séminaire d’histoire sociale de l’économie de l’année universitaire 2018-2019 autour de la notion de corps intermédiaires appliquée à la question des organisations de vignerons au XXe siècle en Languedoc et Roussillon 

Compte-rendu séminaire professoral n° 1 2018-2019


Compte-rendu réalisé par Gauthier CONCAS et Benjamin FRANSKIN

Étaient présents :

Étudiants: T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; M . Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; A.Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; B.Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; S.Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; S. Jumel ( M2 Histoire contemporaine) ; M.C Lamata ( M1 Histoire moderne),

N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne) ; A. Rastell (M1 Histoire contemporaine) ; T. Rumeau (M1 Histoire moderne) ; G.Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne).

Doctorants présents : A. Meunier ; T.Marchal

Professeurs organisateurs : N. Marty; P.Poujade

I. Présentation générale du séminaire

M.Marty et M. Poujade ont effectué en début de séance une brève présentation de ce qu’est le séminaire professoral et ont précisé ses objectifs : c’est avant tout un espace de discussions et de réflexions autour du travail de recherche de l’étudiant . La mixité M1-M2 et doctorants est voulue dans le but d’apporter plusieurs points de vue et niveaux d’expériences et afin d’ouvrir le champ des possibles, notamment à travers une discussion orale. Celle-ci doit permettre d’éclairer et d’aider l’étudiant en cas de difficultés. Tout étudiant, tout chercheur, est confronté, à un moment ou un autre, à des problèmes tant d’ordre rédactionnel que de recherche ou à l’occasion de la présentation de ses travaux. L’importance de ce passage a été souligné par les professeurs car souvent peu pris en considération et insuffisamment travaillé en amont. 

Les critères de notation du séminaire ont aussi été expliqués. Un compte-rendu de séance doit être réalisé, pour chaque séminaire professoral, par un binôme M1/M2. 

Continuer la lecture de Compte-rendu séminaire professoral n° 1 2018-2019

Présentation du sujet de thèse

J’ai précédemment introduit la question des mobilités marchandes par l’intermédiaire de la présence d’Auvergnats dans les comtés de Roussillon au XVIIe siècle. De nombreuses études se sont emparées des questions de la migration d’Auvergnats et de Limousins en montrant leur forte présence dans la péninsule Ibérique1. Patrice Poujade avait identifié, dans un article paru dans la revue Liame2, un corpus documentaire intéressant pour élargir la perspective des réseaux commerciaux transpyrénéens. Mon travail de thèse s’inscrit tout particulièrement dans la lignée de ses travaux3 et un travail que j’ai précédemment mené4. Continuer la lecture de Présentation du sujet de thèse

  1. Exemples non exhaustifs : Abel POITRINEAU, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du XVIIème au XIXème siècle, Aurillac, Malroux-Mazel, 1985, 270 p. ; Abel POITRINEAU, Remues d’hommes: essai sur les migrations montagnardes en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Aubier Montaigne, 1983, 325 p ; Antoni BACH I RIU, « La immigració francesa al Solsonès, la Segarra, l’Alt i el Baix Urgell (1500-1639) » dans De les terres de Lleida al segle XVI, Lerida, IEI, 1995, p. 19‑47. []
  2. « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Pere Fizes (Barcelone, deuxième moitié du XVIIe siècle). Éclairages, pistes et perspectives » []
  3. Patrice POUJADE, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (XVIe-XIXe), Rennes, PUR, 2010, 369 p ; Patrice POUJADE, Une société marchande, le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, PUM, 2008, 474 p. []
  4. Aurian MEUNIER, « Frontières, réseaux et acteurs du commerce à Perpignan dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, à paraître en 2018 []

Un marchand arménien à Perpignan à la fin du XVIIe siècle

            On connaît grâce aux travaux d’Olivier Raveux la présence des Arméniens à Marseille, plus particulièrement dans les années 1670-16801. Leur présence avait aussi été attestée, par exemple à Séville par Antonio Domínguez Ortiz2 ou à Cadix par Hipólito Sancho de Sopranis3.

            Aurian Meunier, dans un récent travail, a décelé une mention très « furtive » dans les cahiers du peseur au poids du Roi de Perpignan, Francesc Millet i Català, objet de son étude. Il s’agit de « tabac del armeni » acheté, semble-t-il le 8 février 1668 par le droguiste Antoni Llimas4. La donnée, telle quelle, ne permet pas d’aller bien loin. Or, la documentation du Conseil souverain du Roussillon conserve au moins cinq procès civils, datés de 1670 à 16745), dans lesquels apparaît, à un titre ou un autre, un certain « Omines de Torres, armeni »6, marchand. À cela, il faut ajouter un acte notarié du 31 juillet 16677 qui présente Hominas de Toros comme « negociatior civitatis de Caixer, terre Armenie », localisation qui nous échappe encore pour l’instant.
Continuer la lecture de Un marchand arménien à Perpignan à la fin du XVIIe siècle

  1. Entre autres : « À la façon du Levant et de Perse : Marseille et la naissance de l’indiennage européen (1648-1689) », Rives méditerranéennes, n° 29, 2008, pp. 37-51 ; « Entre réseau communautaire intercontinental et intégration locale : la colonie marseillaise des marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa (Ispahan), 1669-1695 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/1, pp. 83-102 ; « Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle. L’exemple des Choffelins de Marseille », G. Buti, M. Janin-Thivos et O. Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix, Presses Universitaires de Provaence, 2013, pp. 99-114 ; « Les llengües al centre del comerç a la Mediterrània del segle XVII. Formació i pràctiques dels mercaders armenis d’Isfahan instal·lats a Marsella », Afers, n° 87, 2017, pp. 327-344 []
  2. « Armenios en Sevilla », Archivo hispalense, n° 61-62, 1953, pp. 189-156 []
  3. « Los armenios en Cádiz », Sefarad, n° 22, 1954 []
  4. A. Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au XVIIe siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, Perpignan, mémoire de Master, Université de Perpignan, 2017, p. 60, 66, 72-73, 355 []
  5. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2 B 1100 (1670), 2 B 1122 (1671), 2 B 1130 (1672), 2 B 1146 (1674), 2 B 1149 (1674 []
  6. L’orthographe de son nom fluctue selon les documents entre Omines, Homines ou Hominas, de Torres, de Torras, de Toros, de Thoros []
  7. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 3 E 2/1500, Ambròs de Badia, Perpignan, 31/07/1667 []

Séminaire de recherche : Fraudes et manipulation du vin dans le biterrois au XIXe siècle. Mercredi 2 mai

Mercredi 2 mai 2018

« Fraudes et manipulations du vin dans le Biterrois au XIXe siècle», Marilyne Deves,  doctorante en histoire contemporaine (Université de Perpignan) – Salle de séminaire du département d’histoire – 16h-18h – Bâtiment Y (Université de Perpignan)

plan de Béziers 1880 octroi municipal et contributions indirectes rayon du droit d’entrée, projet d’extension AD34 4P39

Deux articles sur le commerce

Le dernier numéro des Annales. Histoire. Sciences Sociales (daté d’avril-juin 2017) propose un dossier, composé de deux articles, sur l’histoire du commerce embrassant une période allant du début du XVIe au milieu du XIXe siècle bien que la période 1550-1750 soit pratiquement absente.

Le premier texte1 est dû à Nadia Matringe (London School of Economics) qui a publié en 2016 La banque en Renaissance2. À partir des papiers et livres de la banque Salviati de Lyon, l’auteure étudie l’important instrument de financement du commerce international qu’est le dépôt en foire. Selon elle, ce type de dépôt apparaît clairement au XVIe siècle dans les grandes foires à la fois comme moyen de compensation et moyen de crédit, de sorte qu’il profite aux grands échanges internationaux dont Lyon était le centre, dans le cas qu’elle aborde. Ainsi, écrit-elle que « la banque stimulait le commerce au moins autant que le commerce stimulait la banque » (p. 421).

Continuer la lecture de Deux articles sur le commerce

  1. « Le dépôt en foire au début de l’époque moderne. Transfert de crédit et financement du commerce », pp. 381-423 []
  2. La banque en Renaissance. Les Salviati et la place de Lyon au milieu du XVIe siècle, Rennes, PUR, 2016 []

Le concept d’encastrement expliqué par Mark Granovetter /Embeddedness explained by Mark Granovetter

Très utile présentation par Mark Granovetter lui-même du concept d’encastrement, un outil d’analyse des comportements économiques dans les sociétés contemporaines

Mark Granovetter est le sociologue américain qui a, dans ses travaux, discuté une partie du travail de Karl Polanyi en contestant l’idée selon laquelle la Grande transformation des sociétés anciennes aux sociétés industrielles avait été caractérisée par le fait que les comportements économiques contemporains n’étaient plus liés à un “encastrement” social. Pour Polanyi, les actions du champ économique sont centrées de plus en plus sur des comportements reposant sur le calcul rationnel économique dans un contexte de socialisation très faible. Mark Granovetter mobilise donc à nouveau le concept d’encastrement pour discuter cette idée et montrer à quel point les comportements économiques sont au contraire encore fortement liés aux relations sociales, notamment à partir de l’analyse des réseaux.

Où l’on voit comment la sociologie économique nourrit notre réflexion pour comprendre les comportements économiques des hommes dans les sociétés passées. En remettant en avant l’encastrement des comportements économiques dans les sociétés contemporaines, Mark Granovetter nous force à relire un certain nombre de grands récits de l’industrialisation qui présentent de manière trop simpliste les transformations de l’industrialisation et des sociétés industrielles, notamment autour du Crédit ou de la création de la confiance.

Pour aller plus loin :

Polanyi, Karl. La grande transformation: aux origines politiques et économiques de notre temps. Traduit par Catherine Malamoud et Maurice Angeno. Paris, France: Gallimard, 2009.
et
Granovetter, Mark. « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness ». American Journal of Sociology, 1985, 481–510
Et  en français :
Granovetter, Mark. Le marché autrement: les réseaux dans l’économie. Traduit par Isabelle This Saint-Jean. Paris, France: Desclée de Brouwer, impr. 2000.

Séminaire permanent – Seminari Permanent