Colloque 2022 : « LES ACTEURS DU NÉGOCE ET LEURS RÉSEAUX DANS LE MONDE MÉDITERRANÉEN ET IBÉRIQUE DU XVIE AU DÉBUT XXE SIÈCLE »

Colloque – FRAMESPA

Col·loqui – FRAMESPA

« Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Vendredi 10 juin 2022

Organisé par

Aurian Meunier (UPVD) et Bruno Evans (UT2J)

Lieu : F 422-423 – Maison de la Recherche – Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès

(Pour suivre à distance cette journée d’étude, veuillez nous contacter pour obtenir les codes de connexion sur Zoom.)

Continuer la lecture de Colloque 2022 : « LES ACTEURS DU NÉGOCE ET LEURS RÉSEAUX DANS LE MONDE MÉDITERRANÉEN ET IBÉRIQUE DU XVIE AU DÉBUT XXE SIÈCLE »

seminari : enric saguer, els masovers catalans en el segle XX

canvi agrari i transformacions socials

Enric Saguer Hom es professor titular a la universitat de Girona
Grup de recerca d’història rural

El seminari tindra lloc el Dimecres 30 de març de 2022 16h00 18h00

Sala Taronja (Formació 2) de la Biblioteca universitària


La sessió es pot seguir amb Zoom

Informació : nicolas.marty@univ-perp.fr

Journée d’étude 2022 : « Les migrants à l’épreuve des frontières dans les Pyrénées, du Moyen Âge à l’époque moderne »

Les rencontres de l’Histoire sociale de l’économie FRAMESPA

Trobades de la Història social de l’economia FRAMESPA

« Les migrants à l’épreuve des frontières dans les Pyrénées, du Moyen Âge à l’époque moderne »

Rencontre organisée par

Margault Coste, doctorante contractuelle en histoire médiévale, sous la direction de Claude Denjean (UPVD)

Aurian Meunier, doctorant en histoire moderne, sous la direction de Patrice Poujade (UPVD)

Sous l’égide de leurs directeurs de recherche

Le vendredi 13 mai 2022

Salle Yves Guiton

Université de Perpignan Via Domitia

Depuis 2020, un groupe d’historiens de l’Université de Perpignan organise une rencontre ou trobada annuelle mettant à l’honneur un sujet d’histoire économique qu’ils proposent d’interroger au prisme de l’histoire sociale. Ce troisième rendez-vous invite à réfléchir sur les manières dont les migrants mettent à l’épreuve les frontières et, plus concrètement, sur les pratiques migratoires transfrontalières dans l’espace pyrénéen.

Continuer la lecture de Journée d’étude 2022 : « Les migrants à l’épreuve des frontières dans les Pyrénées, du Moyen Âge à l’époque moderne »

Rencontres 2021 d’histoire sociale de l’économie. Histoire du Crédit

Rencontre 2021 d’histoire sociale de l’économie
Trobada 2021 d’història social de l’economia

  • Une histoire du Crédit approches croisées France Espagne
  • Mercredi 1ère décembre 2021, 9h45-16h00
  • Salle Orange de la Bibliothèque universitaire, Université de Perpignan 
  • Renseignements : Nicolas Marty

Comité Franco-espagnol d’histoire économique (AEHE et AFHE)

Programme Histoire du Crédit Approches Croisées France Espagne (Mission histoire de la Société Générale)

Université de Perpignan (soutien BQR)

 

Une importante source d’histoire economique et sociale : les Rapports des succursales de la Banque de France.

L’exemple de la succursale de Perpignan en 1882

Créée à Paris le 18 janvier 1800 par Napoléon Bonaparte dans le but notamment de réguler le marché de l’escompte et de soutenir la monnaie, la Banque de France étend progressivement ses missions et sa présence sur l’ensemble du territoire français.

En 1878 ouvre la succursale de la Banque de France de Perpignan. La succursale fonctionne comme un comptoir local chargé de développer les activités de la Banque de France sur l’ensemble du département des Pyrénées-Orientales. Bien qu’administrée par un directeur, nommé sur proposition du Gouverneur de la Banque de France, chaque succursale doit faire remonter ses prises de positions, notamment d’escompte, au siège parisien. Chaque année, un rapport est établi afin de détailler les activités de la succursale. Initialement prévus comme éléments de surveillance, à la fois comptable et financier de l’activité d’un établissement, ces rapports sont des sources d’informations historiques importantes sur l’activité économique. Plusieurs historiens se sont appuyés sur ces rapports des succursales afin d’étudier le tissu économique et bancaire d’un territoire. Nous pouvons ainsi citer les travaux de Christophe Lastécouère1 Les feux de la banque: oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest.

Dans le cadre de la thèse La banque, la politique et le notaire (1861- 1898) : la faillite d’Adolphe Amouroux et la crise du crédit en Roussillon, il est important de pouvoir reconstituer l’activité économique et les crises que traverse le Roussillon. Le rapport de 1882 fournit des éléments importants.

Page de garde du rapport de la succursale de Perpignan au siège de la Banque de France, 1882.

La culture de la vigne et la crise du phylloxera

Le rapport de 1882 débute par une description factuelle des positions de la succursale de la Banque de France de Perpignan et du contexte économique dans lequel elles s’inscrivent : « Monsieur le Gouverneur, Les engagements en cours à la succursale de Perpignan s’élèvent à 3818mf, dont 942mf sur place. Comme ils proviennent totalement du commerce des vins, c’est l’époque de l’année où ils sont le plus faibles, la campagne est finie et la nouvelle récolte n’est pas encore commencée. ».

Continuer la lecture de Une importante source d’histoire economique et sociale : les Rapports des succursales de la Banque de France.

  1. Lastécouères Christophe, Les feux de la banque: oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest, Paris, France, Éditions du CTHS, 2006, vol. 1/, 667 p. []

Présentation du sujet de thèse : « Le migrant et la ville à l’époque moderne. Insertion spatiale, sociale et professionnelle à Perpignan, du milieu du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle. »

 

Les migrations sont un phénomène qui intéresse les historiens et dont l’étude est sans cesse renouvelée au prisme de l’évolution de l’historiographie et des nouvelles approches tendant à prendre en compte le migrant lui-même, non seulement en tant qu’individu mais également comme acteur pris entre l’injonction de rester et celle de partir. Par ailleurs, concernant l’époque moderne, leur étude a pu mettre en évidence une société dans laquelle la mobilité était plus importante que ce que l’on a souvent cru. Les causes des migrations étaient diverses mais celles liées à un espoir d’amélioration de la situation économique devaient en représenter l’essentiel. La recherche d’un travail ou l’exercice d’une profession requéraient que l’on se déplaçât. Ce sont ces phénomènes de mobilités liés au monde du travail que cette thèse propose d’appréhender, au croisement des historiographies des migrations et des mobilités, de l’histoire urbaine et de la ville, de l’histoire du travail et également de celle des frontières.

Continuer la lecture de Présentation du sujet de thèse : « Le migrant et la ville à l’époque moderne. Insertion spatiale, sociale et professionnelle à Perpignan, du milieu du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle. »

Journée d’étude 2021 : « Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Journée d’étude du Groupe d’Histoire Sociale – FRAMESPA

Jornada d’estudi del Grup d’Historia Social – FRAMESPA

« Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Vendredi 10 septembre 2021

Organisée par

Aurian Meunier (UPVD) et Bruno Evans (UT2J)

Lieu : Salle Yves Guitton – Université de Perpignan Via Domitia

Continuer la lecture de Journée d’étude 2021 : « Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Présentation du sujet de Thèse : La banque, la politique et le notaire (1861- 1898) : la faillite d’Adolphe Amouroux et la crise du crédit en Roussillon

Soutenu par la mission Histoire de la Banque de France.

Première minute du notaire Amouroux, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales 3E33/42, 1861.

Le 26 juin 1882, le notaire perpignanais Adolphe Amouroux passe clandestinement la frontière franco-espagnole. Quelques jours plus tard, le tribunal civil de Perpignan prononce sa destitution de sa fonction de notaire. Le 15 juillet, le tribunal de commerce, présidé par le négociant Joseph Sauvy, considérant qu’il était licite de lui attribuer le statut juridique de commerçant, le déclare en faillite. Il laisse un passif de 4 millions de francs sans actif. Cette faillite retentissante est l’objet de la recherche qui est proposée ici. Mais derrière cet événement, c’est en réalité toute l’épaisseur économique, sociale et politique d’une ville frontière de la France méridionale, Perpignan, que ce travail se propose de réaliser entre les années 1860 et la fin des années 1890.

Adolphe Amouroux (1836-1886) n’est pas en effet seulement un notaire et sa faillite n’est pas liée qu’à son activité notariale. Né dans une importante famille perpignanaise, Adolphe Amouroux est en effet le chef du parti monarchiste légitimiste des Pyrénées-Orientales. Il est le représentant d’une branche du monarchisme dominante à Perpignan et qui est assez particulière au monde Pyrénéen : un héritier du Carlo-légitimisme. Ce mouvement est à la fois très attaché à la branche des Bourbons directs en France, c’est à dire à l’héritier de Charles X, mais aussi, au Carlisme espagnol (les partisans de don Carlos, frère de Ferdinand VII). Ce mouvement a fortement marqué les milieux conservateurs pyrénéens. A ce titre, il est le rédacteur en chef du journal Le Roussillon, le journal qui est l’organe des monarchistes du département des Pyrénées-Orientales, et le principal animateur de la droite monarchiste. Dans ces conditions, Adolphe Amouroux a placé des fonds très élevés à la banque de l’Union Générale, fondée par les milieux catholiques conservateurs autour d’Eugène Bontoux en 1878. Lorsque le run bancaire de janvier 1882 fait chuter l’Union Générale, Amouroux se trouve en quelque sorte pris au piège. Le contexte était par ailleurs défavorable, car l’activité notariale d’Amouroux avait aussi été marquée par la diffusion importante des prêts hypothécaires qui créent eux-mêmes une importante difficulté du fait de l’arrivée du Phylloxéra dans les Pyrénées-Orientales, après une décennie de forte croissance et d’endettement massif des viticulteurs de ce département.  L’inspection de la Banque de France s’émeut des difficultés rencontrées. Un autre notaire, passé à la banque (Banque Gambus et Martin) connaît lui aussi une faillite liée, cette fois ci, seulement aux prêts hypothécaires et aux difficultés des négociants, quelques mois plus tard.

Objectifs du doctorat

Cette thèse se propose donc de questionner cet événement, en allant beaucoup plus loin que sa simple reconstitution, c’est à dire en se donnant pour objectif d’analyser ce que ce dernier nous dit de l’économie, du crédit, et des réseaux de relations complexes qui structurent la préfecture des Pyrénées-Orientales sur un temps bien plus long : du début des années 1860, moment où Adolphe Amouroux prend l’étude de son père jusqu’aux années 1890. Il s’agira de travailler, en amont, sur la manière dont Adolphe Amouroux, dans sa pratique de notaire, a construit ses relations de crédit avec sa clientèle, en essayant de reconstituer par cette analyse le rôle de cet intermédiaire qu’est le notaire. Il sera question d’essayer de reconstituer le réseau de relations de cette figure du monarchisme roussillonnais, notamment dans le milieu des négociants, des industriels, des grands propriétaires. D’autre part, il sera important de voir, en aval, les conséquences économiques, sociales et politiques de cette crise. Quels sont les clients d’Amouroux qui sont touchés par son défaut, ceux qui sont concernés par les pertes du Krach de l’Union Générale ? Comment les milieux économiques – les grands négociants, mais aussi certains industriels comme les Bardou-Job ont-ils réagi à cette crise ?  Les autres établissements de la place sont-ils touchés par la crise ? : la Banque Auriol, les agences des banques de dépôt nouvellement installées (Crédit Lyonnais) ? Quelle interaction y a-t-il avec l’échec de l’installation de la banque Franco-espagnole située à Barcelone en 1880-1881 avec des capitaux roussillonnais ? Quel rôle joue la succursale de la Banque de France, son conseil, mais aussi l’inspection de la Banque de France et le siège parisien, face à cette affaire qui met en danger la stabilité de la place ? Comment se reconstitue la confiance dans le crédit et autour de quels acteurs celle-ci se réalise concrètement après cet épisode traumatisant. Des comparaisons avec les crises de crédit ayant lieu dans d’autres places proches, dans l’Aude ou l’Hérault, seront proposées.

 D’autre part, il sera important de se poser la question de la place que tient cette faillite, liée à celle de l’Union Générale, dans le basculement de la droite conservatrice vers le nationalisme intégral de Charles Maurras. Drumont, dans La France juive (1886) a insisté sur le fait que l’Union Générale dérangeait trop les milieux républicains et juifs et fut donc victime d’un complot dans lequel les Rothschild jouent les premiers rôles. Ces affirmations ont-ils marqué les consciences dans une ville comme Perpignan ? Les victimes de Bontoux et d’Amouroux ont-ils pensé qu’ils pouvaient être des victimes d’un complot judéo maçonnique. Si des manifestations antisémites avaient déjà vu le jour dans les années 1860 au moment de l’élection d’Isaac Pereire comme député du Corps Législatif à Perpignan, celles-ci semblaient être instrumentalisées par ses adversaires politiques et étaient restées assez superficielles. Mais la décennie 1890, celle de l’affaire Dreyfus et de la fondation de la ligue antisémitique, allait être marquée par l’entrée de l’antisémitisme militant dans le département des Pyrénées-Orientales. Le journal Le Roussillon, l’organe du mouvement monarchiste dont Amouroux avait été une des figures, bascule dans une vision marquée par le nationalisme intégral. La thèse essaiera donc de saisir aussi un moment important d’histoire de la droite conservatrice méridionale, peu étudiée.

Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012


Sociologue, directeur de recherche au CNRS, Alexis Spire travaille depuis plusieurs années sur les politiques d’immigration, et plus généralement sur le rapport inégal des sociétés envers l’administration. L’ouvrage de synthèse s’inscrit dans un débat disciplinaire en renouvellement sur les rapports de force et les intérêts sociaux face à l’institution. Le sujet connaît un prolongement dans plusieurs ouvrages en collaboration et une approche statistique sur les rapports d’acceptation et de résistance vis-vis des institutions étatiques1.

L’ouvrage contribue à la réflexion sur l’histoire sociale de l’économie.  Le regard porté sur l’impôt conduit à envisager sa transposition sur les acteurs de l’industrialisation et plus précisément sur les acteurs des marchés des biens de consommation.

L’auteur introduit son propos en rappelant le caractère structurant de l’impôt pour l’État en France et ses deux enjeux principaux : celui de la redistribution des revenus et celui de la juste répartition de l’impôt selon la catégorie à laquelle appartiennent les contribuables. Il s’agit de s’interroger sur l’application des principes de justice et d’égalité à travers l’impôt. La question de son effectivité est posée, notamment à travers l’hypothèse de la reproduction des inégalités.

Continuer la lecture de Alexis Spire, Faibles et puissants face à l’impôt, Paris, Raisons d’agir, 2012
  1. Nicolas Delalande et Alexis Spire, Histoire sociale de l’impôt, Paris, France, la Découverte, 2010, 125 p ; Alexis Spire et Katia Weidenfeld, L’impunité fiscale : quand l’État brade sa souveraineté, Paris, Éd. La Découverte, 2015 ; Alexis Spire, Résistances à l’impôt, attachement à l’État : enquête sur les contribuables français, Paris, Éditions du Seuil, 2018, 299 p []

Ouverture prochaine du Master Histoire – Sociologie de l’Université de Perpignan : tout savoir sur ce master

Le Groupe d’histoire sociale de l’Université de Perpignan est une des équipes de recherche qui porte le Master Mention Civilisations, Cultures et sociétés en histoire et en sociologie. Le parcours se nomme précisément « Acteurs, sociétés, territoires : approches historiques et sociologiques ». Il est le fruit de la collaboration étroite entre le département d’histoire et le département de sociologie.

            Le Master offre deux grandes orientations appuyées sur les compétences reconnues des enseignants-chercheurs engagés dans la formation, concrétisées par la tenue de séminaires de spécialité, une offre de séminaires de recherche, des ateliers de méthodologie et les sujets de recherche proposées aux étudiants qui s’inscrivent dans les champs de compétences des enseignants-chercheurs du master et les axes de recherche des équipes de recherche d’appui du master :

            En histoire, il s’agit d’histoire sociale appliquée à différents domaines : économie, politique, culture, art. Cette histoire sociale prend en compte les acteurs et leurs jeux et pense par cas afin d’essayer d’élaborer des intelligibilités qui dépassent le simple cas étudié. Méthodologiquement, les travaux de recherche conduits s’appuient sur des sources de première main. Le domaine d’inscription spatiale des sujets est la Méditerranée nord-occidentale et ses marges, principalement les mondes occitan, catalan et ibérique.

            Dans différents domaines du réel localisés en Méditerranée nord-occidentale, les sujets de sociologie visent une approche contextualisée des pratiques et représentations à partir desquelles les individus et les groupes sociaux font société aujourd’hui. Partant d’une description et d’une analyse détaillée d’expériences singulières vécues, il s’agit, sur la base d’une démarche empirico-inductive et suivant une logique de montée en généralité, de s’attacher à prendre part à l’élaboration d’un savoir instruit sur l’état des rapports sociaux globaux.

Un Mooc sur France Université Numérique a été réalisé pour mieux comprendre l’organisation concrète, les modalités d’inscription et de suivi au sein du Master CCS :

vous pouvez y accéder en cliquant ici

Les inscriptions au master ont lieu sur e-candidat

Les inscriptions ont lieu sur  E-candidat


1ère campagne du 26/04 au 14/06/2021
2ème campagne du 05/07 au 28/08/2021

Pour candidater : cliquer ici

Pour plus d’informations :

Pour toutes informations :

https://www.univ-perp.fr/fr/master-civilisations-cultures-et-societes-parcours-acteurs-societes-territoires-approches-historiques-et-sociologiques

Pour tout renseignement :
patrice.poujade@univ-perp.fr

Seminaire M. Bochaca, « Les marchands bordelais et le crédit XVe, XVIe siècles »

10 mars 2021. Michel Bochaca, Professeur émérite d’histoire médiévale, Université de la Rochelle, présente « Les marchands bordelais et le crédit XVe, XVIe siècles »

Une étude de 2900 actes de 9 notaires bordelais ainsi que les livres de compte de marchands permet de reconsidérer les figures du marchand à la fin du moyen âge à Bordeaux.

Le crédit tel qu’il est observé dans les actes notariés est un point d’entrée et d’observation pertinent pour appréhender la figure des marchands, comprendre leur role social, leur activité et aussi la manière dont ils participent à la configuration d’un espace sous la domination bordelaise.

Carte Michel Bochaca

Bordeaux – et ses marchands- contrôle bien des points du territoire, mais pas la totalité de son diocèse.

séminaire : Alexandre Frondizi “marché et crédit au XIXe siècle, une relecture grand parisienne”

La prochaine séance du séminaire d’histoire sociale de l’économie de l’Université de Perpignan aura lieu
mercredi 27 janvier de 16h à 18h

***

Mercredi 27 janvier 2021  : Alexandre Frondizi, post doctorant NFS à l’Université de Neuchâtel, chercheur associé à Mondes Américains (EHESS), « Marché immobilier et crédit au XIXe siècle : une relecture grand-parisienne ».

***

an/mc/dc/lviii/18, Comptes du hameau St Ange provenant de la 29e cote de l’Iad de Mme Trutat.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

Les révolutions du commerce sous la direction de Jean-Claude Daumas : une importante parution avec une contribution du groupe d’Histoire sociale de l’économie de Perpignan

Le 26 novembre 2020 paraît un important ouvrage réalisé sous la direction de Jean-Claude Daumas. Ce dernier, Professeur à l’Université de Franche Comté, membre senior honoraire de l’IUF a,  après sa thèse sur l’entreprise Blin & Blin1, joué un rôle structurant sur tout le champ de l’histoire économique en France. Il a notamment dirigé des travaux majeurs sur l’histoire du patronat2, les dynamiques territoriales de l’industrialisation3 et écrit, plus récemment, une somme sur l’histoire de la consommation4.

Daumas Jean-Claude (ed.), Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. « Les Cahiers de la MSHE Ledoux »), 2020, 362 p.

https://books.openedition.org/pufc/20229

Objectifs et organisation de l’ouvrage

Jean-Claude Daumas a invité un ensemble de chercheurs spécialistes de l’histoire de la distribution et du commerce à réfléchir aux grandes transformations qui ont eu lieu entre le XVIIIe  et le XXe siècle dans le commerce de détail. Il s’agissait « de réunir des recherches dispersées, et pour certaines en cours, afin de donner au public une vue d’ensemble des mutations du commerce de détail en faisant le choix de la longue durée et en cherchant à dégager la logique des évolutions. L’objectif n’est pas de décrire en détail tous les formats commerciaux qui, de la boutique à l’hypermarché, ont assuré la commercialisation des marchandises à destination du consommateur final, mais de se concentrer sur les formes dominantes afin de comprendre la logique des révolutions commerciales successives. Cette entreprise n’a de sens que si, d’une part, les formes de commerce sont étudiées en liaison avec les régimes d’accumulation et les modèles de consommation successifs, et de l’autre, si elles sont saisies largement et de manière très concrète (localisation, méthodes de vente, clientèles, aménagement du point de vente, produits, prix, publicité, rapports avec les fournisseurs, relations avec le consommateur, etc.). L’objectif est de dégager les conditions de l’apparition, du fonctionnement et du développement de chaque format et d’expliquer ce qui en fait la spécificité. »

D’autre part, l’un des objectifs était de de réfléchir parallèlement aux formes de régulation du commerce qui se sont succédé au cours du XXe siècle car « les normes de concurrence édictées par l’Etat ont joué un rôle essentiel dans le développement de la distribution ».

L’ouvrage est donc organisé autour de trois grandes parties :

1. De la boutique au commerce concentré

 2. Le commerce au prisme du produit

3. La distribution de masse : passé, présent et avenir.

Continuer la lecture de Les révolutions du commerce sous la direction de Jean-Claude Daumas : une importante parution avec une contribution du groupe d’Histoire sociale de l’économie de Perpignan

  1. Daumas, Jean-Claude. « L’amour du drap: Blin & Blin, 1827-1975 histoire d’une entreprise lainière familiale ». Besançon: Presses universitaires franc-comtoises, 1999, 660 p []
  2. Daumas Jean-Claude, Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick et Joly Hervé (eds.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, 1613 p. []
  3. Daumas Jean-Claude, Lamard Pierre et Tissot Laurent (eds.), Les territoires de l’industrie en Europe, 1750-2000: entreprises, régulations et trajectoires, Besançon, France, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, 472 p. []
  4. Daumas Jean-Claude, La révolution matérielle: une histoire de la consommation : France XIXe-XXIe siècle, Paris, France, Flammarion, 2018, 593 p []

Rencontre 2020 d’histoire sociale de l’économie : Quand le chercheur en HSE et HSA devient numericus

Rencontre 2020 d’histoire sociale de l’économie – Trobada 2020 d’història social de l’economia

Quand le chercheur en HSE et HSA devient numericus

Quan l’investigador de l’HSE i l’HSA es converteix en numericus

Vendredi 4 septembre 2020

Lieu :  Université de Perpignan

Le Groupe d’histoire sociale de l’économie-histoire sociale de l’art de l’Université de Perpignan (HSE-HSA https://hsehsa.hypotheses.org/) organise, dans le cadre de son séminaire permanent,  des rencontres qui, chaque année, permettent de faire le point sur un thème et ses articulations avec les enjeux de la recherche pour ce champ en pleine construction.

En 2020, le thème de la rencontre est « Numérique et l’histoire sociale de l’économie et de l’art ».

Les outils numériques ont dans bien des cas transformé le travail dans les sciences humaines. L’accès à des outils de plus en plus sophistiqués, la numérisation des documents accessibles en ligne, l’utilisation de logiciels de référencement ou de bibliographie, l’élaboration et la mobilisation de bases de données liées au renouveau de l’histoire quantitative pleinement intégrée dans les nouveaux paradigmes des sciences sociales s’ajoutent aux différents modes d’écriture scientifique et des nouvelles modalités de diffusion des résultats de la recherche.

Alors que les manifestations scientifiques et les publications se multiplient sur ce thème, le Groupe HSE-HSA souhaite faire le point sur cet enjeu fort pour son domaine propre. Qu’apportent concrètement les outils numériques aux historiens du social  et de l’économie ? Quelle articulation peut s’établir entre recherche et formation en Master et en Doctorat ? Peut-on ou non parler de transformation numérique de la recherche ? L’ambition de cette journée est d’échanger autour de ces questions à partir de l’expérience de chercheurs qui utilisent et interrogent les outils numériques.

Programme / programa

Première Session : 9h30-12h30

9h30 – Accueil et ouverture par Nicolas Marty (Pr Contemporaine, UPVD), Patrice Poujade (Pr Moderne, UPVD), Bertrand Mocquet (Dr, expert numérique à l’AMUE, chercheur au MICA Université Bordeaux Montaigne et chercheur associé au CRESEM)

9h45-10h15 : Sébastien Poublanc (docteur en histoire moderne, ingénieur de recherche contractuel en humanités numériques, labex Structuration des Mondes Sociaux) : Quels liens entre histoire et numérique ? Retour réflexif sur les trois ans de séminaire « Histoire & humanités numériques »

10h15-10h45: Rosa Congost, Enric Saguer, Jordi Regincós (Universitat de Girona): Noves oportunitats per a la història social: transcripció automàtica  i extracció de dades massives de fonts manuscrites digitalitzades

10h45-11h15 : Boris Deschanel (maître de conférences en histoire moderne, Université d’Avignon-Centre Norbert Elias (UMR 8562) : Outils numériques et traitement de données fiscales des XVIIIe et XIXe siècles : quels apports pour l’histoire sociale de l’économie ?

11h15-11h45 : Eric Fabre (maître de conferences HDR, Aix-Marseille Université) : Entre Humanités et numérique, un retour d’expériences en analyse de données historiques

11h45-12h15 : débat sur les interventions de la première session

Deuxième session : 14h00 – 15h30

14h00-14h30 : Emilie Roffidal (CNRS, UMR 5136 FRAMESPA) et Anne Perrin Khelissa (maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université de Toulouse II- UMR 5136 FRAMESPA) : Les données de la recherche. De la collecte à la mise en ligne : enjeux et méthodes

14h30-15h00 : Mylène Lorre (ingénierie logicielle-service Platinium, Université de Perpignan) et Aurian Meunier (doctorant contractuel en histoire moderne-groupe d’histoire sociale, CRESEM, axe « Ressources et Territoires », Université de Perpignan) : Élaborer une base de données relationnelle en histoire : la collaboration entre l’ingénieur et l’historien

15h00-15h30 : débat sur les interventions de la deuxième session

15h30-16h-30 : Peut-on parler de transformation numérique pour la recherche en Histoire sociale de l’économie et histoire sociale de l’art ? Discussion générale animée par Bertrand Mocquet (Dr, expert numérique à l’AMUE, chercheur au MICA Université Bordeaux Montaigne et chercheur associé au CRESEM)

Le programme en PDF :

Affiche de la journée :

Séminaire permanent – Seminari Permanent