Les vitrines de la mode. Boutiques et consommation textile à Valence au XVIIIe siècle

Daniel Muñoz Navarro, docteur en histoire moderne de l’Université de Valence et professeur associé de cette même université, a publié en 2018 un ouvrage, issu de sa thèse de doctorat, intitulé Los escaparates de la moda. Sistemas de comercialización, espacios de consumo y oferta textile en la Valencia preindustrial (1675-1805) dont le thème intéresse directement ce carnet de recherche1 dans lequel neuf historien.ne.s, dont l’auteur lui-même, analysaient les réseaux commerciaux les modes de commercialisation et de consommation de différents produits (textiles divers et vêtements, nouveaux produits alimentaires) dans plusieurs régions de la péninsule Ibérique. Par ailleurs, l’an dernier, nous avions aussi rendu compte, ici même, du numéro spécial de la revue Afers qu’il avait dirigé sur les pratiques du commerce méditerranéen au XVIIe siècle.

Préfacé par le professeur Ricardo Franch Benavent, directeur de la thèse de l’auteur, lui-même spécialiste du commerce et de la production manufacturière, le livre que nous présentons aujourd’hui est dans la droite ligne des travaux de son auteur, l’histoire de la consommation. Il s’intéresse à celle du textile dans la ville de Valence dans un large XVIIIe siècle, à ses modes de mise sur le marché en relation avec ce que la demande peut avoir comme incidence sur l’offre et donc sur les boutiques qui sont les lieux où cette offre rencontre la demande. Ainsi, l’auteur peut-il s’interroger sur les changements survenus dans le système de commercialisation même dont les « boutiques de mode » sont un des aspects bien visibles, en sont en quelque sorte la vitrine, pour reprendre un mot du titre de l’ouvrage. Pour ce faire, il a principalement mobilisé des documents judiciaires, notariaux et fiscaux auxquels se sont ajoutés des sources politiques et administratives. Ce sont les fonds de l’Arxiu del Regne de València, des archives municipales de Valence et des archives notariales qui ont constitué le socle de sa recherche et, de façon complémentaire, ceux de l’Archivo Histórico Nacional (Madrid), de l’Archivo General de Simancas et de l’Arxiu de la Corona d’Aragó (Barcelone).

Daniel Muñoz montre comment s’est opéré le changement de système de commercialisation avec l’émergence et le fort développement numérique des « boutiques de mode »2 dans la ville de Valence qui, en démocratisant le luxe par des prix de plus en plus accessibles, a permis de toucher les catégories sociales moyennes. Celles-ci se sont alors dirigées vers le marché dont elles sont devenues des acteurs. Ces boutiques ont été un élément clé de la dynamisation de l’économie valencienne au cours du XVIIIe siècle. Une grande partie d’entre elles était tenue par des commerçants français puis, en fin de période, maltais, et quelques catalans, plus rares mais très dynamiques.

Ces quelques éléments rapides n’épuisent en rien la richesse d’un travail qui offre aussi un bilan historiographique substantiel, développe également la question de l’organisation et de la régulation gremial (corporative) du commerce de détail et dresse un portrait de la petite bourgeoisie marchande dans une ville importante comme Valence (démographiquement deuxième ville de la péninsule Ibérique après Madrid et un peu avant Barcelone). Par son travail, l’auteur interroge les concepts de « révolution de la consommation », de « révolution industrieuse », de « culture des apparences » en relation avec le cas étudié.

En somme, c’est la relation de la population au marché, du moins une partie de cette population, et la naissance d’une « société de consommation » que Daniel Muñoz scrute à travers ces pages.

  1. D. Muñoz Navarro, Los escaparates de la moda. Sistemas de comercialización, espacios de consumo y oferta textile en la Valencia preindustrial (1675-1805), Madrid, Síntesis, 2018, 380 p.) . Auteur ou co-auteur de plusieurs livres, Daniel Muñoz avait précédemment dirigé, en 2011, un livre sur l’histoire de la consommation dans l’Espagne moderne ((D. Muñoz Navarro (éd.), Comprar, vender y consumir. Nueva aportaciones a la historia del consumo en la España moderna, Valence, Publicacions de la Universitat de València, 2011, 241 p. []
  2. En ce sens, son travail rejoint celui de Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, 406 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.