Compte rendu du séminaire professoral du 18 septembre 2019

Compte rendu séance 1 18 septembre 2019

Bâtiment Y Salle département Histoire

Compte-rendu réalisé par Benjamin FRANSKIN et Laura PAILLERET

Sont présents : En M1 : Alexandre Casanovas, Flore Denis, Pauline Galan, Pierre Gentilleau, Gael Robin, Fiona Vasnier, Galdric Vidal – En M2 : Hugo Balfagon, Benjamin Franskin, Anna Pougault – En Doctorat : Aurian Meunier

 Patrice Poujade, Pr Histoire moderne, Nicolas Marty, Pr Histoire contemporaine M. Julien Lugand, maître de conférences habilité à diriger les recherches en histoire de l’art moderne est également présent.

I. Présentation générale du séminaire

M. Marty et M. Poujade ont effectué en début de séance une brève présentation de ce qu’est le séminaire professoral et ont précisé ses objectifs : c’est avant tout un espace de discussions et de réflexions autour du travail de recherche de l’étudiant. La mixité M1-M2 et doctorants est voulue afin d’apporter plusieurs points de vue et niveaux d’expériences dans le but d’ouvrir le champ des possibles notamment par la discussion et les échanges. Ceux-ci doivent permettre d’éclairer et d’aider l’étudiant en cas de difficulté. Tout étudiant est confronté, à un moment ou un autre, à des problèmes tant d’ordre rédactionnel que de recherche ou à l’occasion de la présentation de ses travaux.

Ces séminaires professoraux, au nombre de six, se répartissent au cours des deux semestres :

  • 18 septembre 2019
  • 6   novembre
  • 11 décembre
  • 22 janvier 2020
  • 4   mars
  • 22 avril

Les critères de notation du séminaire ont aussi été expliqués. Un compte-rendu de séance doit être réalisé, pour chaque séminaire professoral, par un binôme M1/M2, si possible. A cette occasion les binômes ont été constitués afin de réaliser l’ensemble des comptes rendus.  Un tour de table a été ensuite réalisé afin de prendre connaissance des sujets de recherche ou, lorsque le sujet n’est pas encore bien défini, une présentation générale des domaines qui seront abordés par l’étudiant.

II.  Présentation des sujets de recherche/de thèse

Les sujets présentés ci-dessous respectent l’ordre de présentation des étudiants de ce séminaire. Néanmoins, les sujets de M1, M2 et de doctorat sont séparés pour faciliter la compréhension.

a) Les sujets des M1

Fiona Vasnier : Pour le moment le choix d’un sujet est encore en cours de réflexion. Toutefois, en accord avec son directeur de recherche M. Marty, elle souhaiterait traiter un sujet sur les questions liées aux femmes et à la mobilité, des réflexions futures devant préciser la recherche.

Alexandre Casanovas : Le sujet de recherche sous la direction de M. Poujade, vise à étudier les relations commerciales qu’entretenait le Roussillon avec la ville de Gênes en Italie, ainsi que d’autres cités et territoires italiens au XVIIIe siècle. Pour l’instant l’état de la recherche permet seulement d’affirmer que la majorité du temps les sources sont en français et proviennent de la série C des ADPO.

Pauline Galan : Le sujet de la recherche porte sur les femmes au travail durant la Première Guerre Mondiale et l’évolution de la question salariale féminine à la sortie de la Guerre dans la ville de Perpignan. Pour le moment un travail de définition du sujet est en cours. Les archives montrent qu’il y a des accidents du travail, ce qui permet de mettre en avant les femmes qui se trouvent dans les ateliers. En relation avec son directeur de recherche M. Marty, le but de ce sujet serait de voir comment sur cette période, de grande rupture et se prolongeant au-delà du conflit, ces femmes évoluent et ce qu’elles deviennent.

Gael Robin : Son sujet porte sur l’approvisionnement de la forteresse de Mont-Louis entre le XVIIème siècle et le XVIIIème siècle. Son sujet, sous la direction de M. Poujade. Il a énormément de sources, notamment sur l’approvisionnement en bois qui cause des tensions avec les populations locales. Face à ce problème de corpus, la décision fut prise de se concentrer sur des questionnements autour de la nature de l’approvisionnement, qui le fournit, comment arrive-t-il et quelles sont les implications sur le territoire de cet approvisionnement (déforestation par exemple).

Pierre Gentilleau : Pour le moment, le sujet n’est pas clairement identifié. Toutefois des thèmes comme la marginalisation et les camps de concentrations semblent ressortir. À la vue des premières recherches et des discussions menées avec son directeur de recherche M. Marty, il faut élargir le cadre spatial qui se limitait à Perpignan. Il faudrait élargir à Barcelone ou Gérone afin de réaliser une étude comparée. Le cadre temporel quant à lui serait l’entre-deux guerres.

Flore Denis : Sous la direction de M. Lugand, le sujet porterait sur l’orfèvrerie au XVIIIe siècle. Comme premières sources, cette étude utilise des actes notariés et des décisions de justices de la sous-série 2B (procès du conseil souverain du Roussillon) des ADPO et la partie de la sous-série 9 et 10 BP  dédiée aux jugements, également aux ADPO.

Galdric Vidal : Sous la direction de M. Poujade, le sujet choisi porterait sur la vie à la frontière entre le Donezan et le Capcir au XVIIe siècle. L’approche se ferait par une perspective de microhistoire militaire.  Pour le moment l’étudiant est confronté à un problème de sources.

Laura Pailleret : Après une discussion avec M. Poujade, son directeur de recherche, le sujet porterait sur l’étude des femmes dans le Roussillon. Pour le moment, l’étude reposerait sur l’exploitation de procédures judiciaires. Toutefois, les sources qui sont rédigées en catalan compliquent le premier travail de dépouillement.

b) Les sujets de M2

Anna Pougault : L’histoire du livre à Perpignan au tournant du traité des Pyrénées sous la direction de M. Poujade. Ce mémoire consiste à étudier la diffusion du livre, les matériaux qui sont utilisés, l’histoire sociale et les changements culturels de l’époque. La principale source sont les archives notariées parmi elles  les inventaires de boutiques et de librairies que ces archives fournissent sont mobilisés, ce qui offre une importante quantité de sources.

Hugo Balfagon : Son sujet porte sur l’émigration de travail au Roussillon au XVIIIème siècle, il est dans la continuité de celui réalisé en M1. Sous la direction de M. Poujade, son travail vise notamment à comprendre et expliquer les mobilités de l’époque. S’appuyant sur les registres paroissiaux et les informations qu’ils délivrent, la volonté et de réaliser une démarche quantitative permettant de savoir combien de personnes ont migré et ce qu’elles faisaient. Pour avoir un échantillon adapté au mémoire, une sélection de quatre petites villes du Roussillon a été réalisée afin de détacher les différentes réalités de la migration d’alors.

Benjamin Franskin : Également dans la continuité de son travail de M1 (l’entreprise Nicolas de 1822 à 1922), son travail vise à approfondir cette histoire d’entreprise et de mieux connaitre non seulement les acteurs associés mais aussi à mieux comprendre sa trajectoire. Le travail, s’appuyant sur des sources diverses telles que des archives notariées et de la presse, est original car issu, durant le M1, d’une collaboration avec l’entreprise. L’enjeu d’un possible renouvellement de la collaboration pourrait entrainer une évolution du sujet et de ses bornes chronologiques.

c) les Thèses des doctorants

Aurian Meunier : Le sujet de thèse est l’anatomie des réseaux de commerce transpyrénéens au XVIIe siècle. Ce travail, sous la direction de M. Poujade, vise, au travers de l’étude d’actes notariés, à effectuer une démarche non seulement quantitative (établir une base de données sur les acteurs, les flux et les réseaux), mais aussi qualitative avec une volonté de présenter les rapports et les relations entre ces acteurs à un niveau tant macro que micro-économique (cf. présentation de la thèse sur le carnet de recherche HSEHSA : https://hsehsa.hypotheses.org/639).

III. Actualité scientifique, rappels et fin de séance

A la suite de la présentation des sujets de mémoire, une présentation succincte  des ateliers d’écriture a été effectuée, profitant de la présence de J. Lugand qui assure celui de M1 pour le groupe « Territoires », ainsi que de N. Marty, réalisant celui de l’ensemble des M2.

Les étudiants de M2 ont pu témoigner de l’apport sur leur travail que l’atelier leur a fourni et de l’esprit de groupe qui en est né ce qui a notamment contribué à leur réussite dans leurs recherches.

Après avoir évoqué l’atelier d’écriture, un autre élément déterminant du mémoire fut abordé : les sources. N. Marty, invite les étudiants à non seulement réfléchir sur leurs sources mais aussi à discuter de celles-ci. Cela consiste à en effectuer la critique à se questionner sur leur statut et leur nature notamment. Ce dernier point marquant la fin de la séance.

La séance est levée à 18h04

Prochaine séance du séminaire professoral du 1er semestre : 6 novembre 2019


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.