CR séminaire professoral du 11 décembre 2019

Prof. Nicolas Marty – Prof. Patrice Poujade

Année universitaire 2019-2020

Curs 2019-2020

Compte-rendu séance 3.

11 décembre 2019

Bât. Y Salle département Histoire

  1. Présentation de l’ordre du jour
  2. Retour sur les séminaires de R. Carretero Calvo et E. Roffidal
  3. Présentation critique d’une source par les Master 2
  4. Discussion

Secrétaire de séance : Alexandre CASANOVAS

Etaients présents :

Etudiants : Galdric VIDAL (M1 Histoire moderne) ; Flore DENIS (M1 Histoire moderne) ; Pauline GALAN(M1 Histoire contemporaine) ; Fiona VASNIER (M1 Histoire contemporaine) ; Laura PAILLERET (M1 Histoire moderne) ; Alexandre CASANOVAS (M1 Histoire moderne) ; Gaël ROBIN (M1 Histoire moderne) ; Anna POUGAULT (M2 Histoire moderne) ; Hugo BALFAGON (M2 Histoire moderne) ; Benjamin FRANSKIN (M2 Histoire contemporaine).

Doctorant : Aurian MEUNIER (Histoire moderne).

Enseignants présents : Nicolas MARTY ; Julien LUGAND ; Patrice POUJADE

Professeurs organisateurs : Nicolas MARTY; Patrice POUJADE.

1. Présentation de l’ordre du jour

Le séminaire du 11 décembre 2019 a commencé par un récapitulatif de la part des professeurs organisateurs de ce qui sera vu durant la séance du jour et ce qui serait abordé pour la séance prochaine du 22 janvier 2020.

Le programme comprenait donc un retour sur les deux séminaires de recherche ayant eu lieu précédemment, celui de Rebeca Carretero Calvo de l’université de Saragosse intitulé El ejercicio de poder de los gremios artísticos en la Edad Moderna: el pleito de fray José Alberto Pina contra los albañiles de Zaragoza (1731-1735) du 6 novembre (initialement prévu le 23 octobre mais reporté) et celui d’Emilie Roffidal, chercheuse du CNRS au laboratoire FRAMESPA-UMR 5136, nommé Recherche et libre accès des données du programme ACA-RES sur les Académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle : outils et méthodes en histoire sociale de l’art, du 4 décembre.

Suite au récapitulatif de ces deux séminaires, un étudiant de Master 2 doit présenter un document selon lui primordial pour son travail et nous en livrer une analyse critique. Pour finir, une discussion autour de l’historiographie serait tenue.

Une fois le point fait sur ce qui allait se dérouler, le programme de la séance suivante a été donné : il s’agira d’une discussion critique autour d’un article intitulé La microhistoire globale : affaire à suivre rédigé par les chercheurs Guillaume Calafat et Bertrand Romain et de la présentation par un étudiant de Master 1 d’un document important pour ses recherches.

2. Retour sur les séminaires de Rebeca Carretero Calvo et Emilie Roffidal

Au cours du séminaire de recherche du 6 novembre 2019 est intervenue Rebeca Carretero, enseignante-chercheuse à l’université de Saragosse. Elle a présenté son travail intitulé El ejercicio de poder de los gremios artísticos en la Edad Moderna: el pleito de fray José Alberto Pina contra los albañiles de Zaragoza (1731-1735). Il s’agissait d’un travail de recherche en histoire sociale, économique et de l’art ayant pour fond un procès entre un clerc du nom de José Alberto Pina et une guilde de maçons de Saragosse. Les maçons reprochent à ce religieux sa formation incomplète, ne disposant pas de diplôme affirmant son statut de maçon, et le fait qu’il occupe déjà une fonction en temps que clerc. Le procès se termine par la victoire de la guilde. Rebeca Carretero Calvo nous apprend que José Alberto Pina finira par être muté au Levant par son Ordre où il a pu exercer ses talents en matière d’architecture.

Ce qui fut principalement retenu de ce séminaire fut la clarté de la présentation des sources et de l’étude de cas malgré le fait qu’il se soit déroulé en castillan, détail qui peut se révéler être un obstacle pour ceux maîtrisant peu la langue de Cervantes.

Le deuxième séminaire de recherche s’est déroulé le 4 décembre 2019 et s’intitulait Recherche et libre accès des données du programme ACA-RES sur les Académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle : outils et méthodes en histoire sociale de l’art, présenté par Emilie Roffidal, chargée de recherche au CNRS.

Le sujet portait sur un programme de recherche nommé ACA-RES monté en 2016 par les deux chercheures que sont Emilie Roffidal et Anne Perrin, qui a pour objectif de connaître le fonctionnement des réseaux académiques de la France préindustrielle, savoir comment ces académies communiquent entre elles et comment elles rivalisent1

L’objet d’étude comprend une cinquantaine d’institutions présentes en France entre 1740 et 1790 avec tout ce qui va en découler (musées, écoles des Beaux-Arts, etc.), on avait donc affaire à un travail méthodologique mélant histoire de l’art et histoire sociale.

Le projet ACA-RES a mis en place une banque de données regroupant environ 3 500 documents, tous en ligne. Il a d’ailleurs été évoqué la difficulté d’établir une telle base de données car cela soulève plusieurs problèmes, comme sa clarté vis-à-vis de l’utilisateur. Si son fonctionnement s’avère trop compliqué il se peut qu’il ne puisse pas trouver ce qu’il est venu chercher. Néanmoins il a été précisé qu’un manuel est mis à disposition pour aiguiller les nouveaux-venus.

Une autre problématique a également été soulevée : le grand nombre de documents mis en ligne a été « épuré » pour ne laisser que les informations supposées essentielles au lecteur. La question se pose quant à savoir si une trop grande épuration des sources ne risque pas de nuire à la recherche sur le long terme.

3. Présentation critique d’une source par les Master 2

Hugo Balfagon, étudiant en Master 2, est celui qui présenta son travail. Il a décidé de nous montrer un corpus de documents comprenant des actes de baptême et de sépultures tirés des archives paroissiales des Pyrénées-Orientales.

H.Balfagon a tout d’abord commencé par décrire les documents en présentant leurs divers attributs : les dates, les noms, prénoms, qui l’a rédigé, d’où provient l’acte, etc.

Souvent dans ces actes, que cela concerne un mariage, un baptême ou une sépulture, il y a des informations qui ne sont pas présentes et rendent compliqué l’identification des acteurs étudiés.

Pour mieux déterminer qui sont ces personnes, ces migrants, H. Balfagon s’est aidé de leur patronyme pour savoir d’où ils pouvaient venir. Par exemple une terminaison en -ach ou -ac indique que l’individu est probablement natif d’Occitanie. L’autre problème qui se pose est la catalanisation des noms qui peut parfois s’opérer lors de la rédaction des actes, qui sont par ailleurs en grande partie rédigés en catalan.

Il arrive souvent dans ces actes que la profession des individus ne soit pas indiquée. Parmi les migrants qu’il a pu identifier, il y a un nombre très important d’individus dont la profession n’est pas signalée.

A la lumière des informations découvertes, on peut établir une certaine réflexion sur l’intégration, la perception de l’autre et les stratégies migratoires. Lorsqu’un individu est d’un niveau de vie plus élevé il y souvent beaucoup plus d’informations. Le niveau de vie concernant un individu est un des éléments qui pourrait expliquer le manque d’informations et d’indications qui concernant le métier ou le lieu d’origine.

Le niveau d’intégration pourrait aussi expliquer ce manque d’informations. L’exemple donné par H. Balfagon pour appuyer cette hypothèse est le cas de la famille Defossé qui, en 1700, est indiquée comme provenant de Hollande mais qui perd cette indication les années suivantes, ce qui pour lui est un signe d’intégration dans la société locale et non un oubli de la part de l’auteur du document. Ces actes nous informent des comportements des migrants. Se faire baptiser, se marier et donner sépulture dans sa paroisse d’accueil est dans bien des cas significatif d’une installation plus ou moins définitive.

Il a donc pu comparer les résultats entre les différentes villes sondées. Compter plus particulièrement le nombre de baptêmes de migrants, de mariages et de décès par rapport à la population locale. Cette méthode lui a permis de tirer des tendances sur les comportements des migrants identifiés et sur certains éléments de la migration, tels que le poids des structures dans leurs trajectoires.

Hugo Balfagon a également pu catégoriser les migrants identifiés par profession et par leurs lieux d’origine, lui permettant de faire un tableau de ces expatriés, d’en connaître plus sur eux et d’avoir une vue d’ensemble afin d’appréhender le poids des migrants dans les aires de départ et les aires d’arrivée.

Les projets d’Hugo Balfagon pour cette année va consister à rentrer plus fortement dans cette démarche qualitative notamment grâce aux registres notariés. Ces derniers renferment des informations qui permettraient de rentrer davantage dans l’intimité de l’individu. Les actes sont plus longs, il y a plus d’informations, la typologie est bien plus variée et le côté économique est plus fourni grâce à la présence de testaments, d’actes de ventes ou d’achats, de baux, de contrats d’apprentissage, de contrats de mariage, ce qui pourrait l’aider à comprendre le rayon d’action (social, géographique, etc.) des acteurs qu’il étudie.

À la suite de son intervention, les professeurs ont posés diverses questions à H. Balfagon afin de lui faire préciser un certain nombre de points et approfondir ses explications.

4. Discussion

Le séminaire s’est achevé par une discussion d’une dizaine de minutes où sont intervenus professeurs et étudiants, au cours de laquelle a d’abord été évoqué le travail historiographique à rendre pour le début du mois de mars.

En relation avec le séminaire d’Émilie Roffidal, nous avons évoqué en fin de ce séminaire professoral la base de données que le groupe de recherche d’histoire sociale auquel nous sommes rattachés élabore depuis quelque temps et qui est entré dans sa phase de finalisation.

  1. https://acares.hypotheses.org []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.