Les révolutions du commerce sous la direction de Jean-Claude Daumas : une importante parution avec une contribution du groupe d’Histoire sociale de l’économie de Perpignan

Le 26 novembre 2020 paraît un important ouvrage réalisé sous la direction de Jean-Claude Daumas. Ce dernier, Professeur à l’Université de Franche Comté, membre senior honoraire de l’IUF a,  après sa thèse sur l’entreprise Blin & Blin1, joué un rôle structurant sur tout le champ de l’histoire économique en France. Il a notamment dirigé des travaux majeurs sur l’histoire du patronat2, les dynamiques territoriales de l’industrialisation3 et écrit, plus récemment, une somme sur l’histoire de la consommation4.

Daumas Jean-Claude (ed.), Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. « Les Cahiers de la MSHE Ledoux »), 2020, 362 p.

https://books.openedition.org/pufc/20229

Objectifs et organisation de l’ouvrage

Jean-Claude Daumas a invité un ensemble de chercheurs spécialistes de l’histoire de la distribution et du commerce à réfléchir aux grandes transformations qui ont eu lieu entre le XVIIIe  et le XXe siècle dans le commerce de détail. Il s’agissait « de réunir des recherches dispersées, et pour certaines en cours, afin de donner au public une vue d’ensemble des mutations du commerce de détail en faisant le choix de la longue durée et en cherchant à dégager la logique des évolutions. L’objectif n’est pas de décrire en détail tous les formats commerciaux qui, de la boutique à l’hypermarché, ont assuré la commercialisation des marchandises à destination du consommateur final, mais de se concentrer sur les formes dominantes afin de comprendre la logique des révolutions commerciales successives. Cette entreprise n’a de sens que si, d’une part, les formes de commerce sont étudiées en liaison avec les régimes d’accumulation et les modèles de consommation successifs, et de l’autre, si elles sont saisies largement et de manière très concrète (localisation, méthodes de vente, clientèles, aménagement du point de vente, produits, prix, publicité, rapports avec les fournisseurs, relations avec le consommateur, etc.). L’objectif est de dégager les conditions de l’apparition, du fonctionnement et du développement de chaque format et d’expliquer ce qui en fait la spécificité. »

D’autre part, l’un des objectifs était de de réfléchir parallèlement aux formes de régulation du commerce qui se sont succédé au cours du XXe siècle car « les normes de concurrence édictées par l’Etat ont joué un rôle essentiel dans le développement de la distribution ».

L’ouvrage est donc organisé autour de trois grandes parties :

1. De la boutique au commerce concentré

 2. Le commerce au prisme du produit

3. La distribution de masse : passé, présent et avenir.

Une illustration par les produits : le cas des acteurs de la distribution des eaux embouteillées

J.C. Daumas nous a donc proposé une logique d’entrée par les produits, destinée à assurer la partie 2 de l’ouvrage. Dans ces conditions, j’ai proposé de travailler, dans le cadre de la réflexion sur l’histoire sociale de l’économie, sur les différents acteurs de la diffusion de l’eau embouteillée et les contextes des rapports de force et des régulations auxquels ils participent dans la mise au point du commerce des eaux embouteillées depuis l’industrialisation du produit au milieu du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le travail a donné lieu à un chapitre de l’ouvrage intitulé : « Producteurs, grossistes et détaillants : les transformations du commerce des eaux embouteillées en France, mi XIX e début XXI e siècle ».

Pour ce travail, j’ai pu mobiliser des sources qui avaient été un peu délaissées dans les publications diverses précédentes, notamment sur la construction de la qualité. En effet, l’accent avait été nettement mis alors sur les experts de tous ordres (médecins, pharmaciens, chimistes, juristes, ingénieurs des mines, inspecteurs des ) et les producteurs qui avaient participé à la construction des normes. Mais les grossistes et les détaillants étaient d’une certaine manière un peu restés dans l’ombre. Le choix a donc été fait d’exploiter des dépouillements importants de sources qui n’avaient pas été réellement utilisées encore, notamment les grandes revues professionnelles d’un intérêt exceptionnel lorsqu’on veut bien les étudier en détail :la Gazette de Jean Primus (1932-1983)5, la revue de l’embouteillage et des activités connexes (1943-1973), la revue Libre Service Actualité, (depuis 1958), associées aux sources plus classiques : archives bancaires (Société Générale, Crédit Lyonnais, direction des études économiques et financières), archives de l’organisation professionnelle des producteurs et de certaines entreprises.

Trois grandes périodes

L’article est structuré autour d’un plan chronologique. Il montre comment les différents acteurs s’organisent entre les années 1850 et 1914 pour la construction d’un marché fragmenté urbain, avec l’organisation de grossistes entrepositaires associés à des détaillants très divers après l’échec des pharmacies pour obtenir le monopole de la vente de ces produits.

Entre 1914 et les années 1960 se met en place un marché national donnant une place très particulière aux grossistes et entrepositaires qui assurent la diffusion du produit sur l’ensemble du territoire  et assurent la gestion des emballages par la consignation.

A partir de la fin des années 1960 se met au point la diffusion de masse du produit par une nouvelle configuration du système commercial associant un oligopole des producteurs à une place prépondérante des grandes surfaces dans la distribution. La percée des emballages perdus facilite la destruction des entrepositaires grossistes comme acteurs majeurs de distribution de ce produit et favorisent la grande distribution.

Quels résultats ?

 Le travail de reconstitution des étapes de la construction d’un système commercial complexe permet de proposer plusieurs réflexions. D’abord, il confirme clairement le fait que la connaissance des producteurs et des consommateurs ne saurait suffire pour comprendre l’histoire du succès ou de l’échec d’un type de produit. Les acteurs du commerce, qu’il s’agisse des entrepositaires, grossistes, détaillants, ne jouent pas qu’un rôle passif. La manière dont le système commercial s’est peu à peu construit n’a par ailleurs rien de naturel. Il est le résultat de rapports de forces et d’interactions permanentes entre groupes d’acteurs (producteurs, distributeurs, détaillants et consommateurs) et au sein de chacun d’eux. Les voies d’entrée dans la consommation de masse sont diverses, car par exemple, en Allemagne, les différents acteurs de la distribution sont différents et n’ont pas abouti à la même configuration. L’analyse des trajectoires et des jeux d’acteurs est donc essentielle à la compréhension de ces phénomènes et seule une histoire sociale de l’économie peut les mettre en avant.

Pour aller plus loin, voir l’entretien avec Jean-Claude Daumas pour la Maison des Sciences de l’Homme Nicolas Ledoux en cliquant ici

https://mshe.univ-fcomte.fr/la-mshe/actualites/1036-histoire-du-commerce-et-de-la-distribution

  1. Daumas, Jean-Claude. « L’amour du drap: Blin & Blin, 1827-1975 histoire d’une entreprise lainière familiale ». Besançon: Presses universitaires franc-comtoises, 1999, 660 p []
  2. Daumas Jean-Claude, Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick et Joly Hervé (eds.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, 1613 p. []
  3. Daumas Jean-Claude, Lamard Pierre et Tissot Laurent (eds.), Les territoires de l’industrie en Europe, 1750-2000: entreprises, régulations et trajectoires, Besançon, France, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, 472 p. []
  4. Daumas Jean-Claude, La révolution matérielle: une histoire de la consommation : France XIXe-XXIe siècle, Paris, France, Flammarion, 2018, 593 p []
  5. la revue professionnelle des entrepositaires et grossistes en boisson []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.