Une importante source d’histoire economique et sociale : les Rapports des succursales de la Banque de France.

L’exemple de la succursale de Perpignan en 1882

Créée à Paris le 18 janvier 1800 par Napoléon Bonaparte dans le but notamment de réguler le marché de l’escompte et de soutenir la monnaie, la Banque de France étend progressivement ses missions et sa présence sur l’ensemble du territoire français.

En 1878 ouvre la succursale de la Banque de France de Perpignan. La succursale fonctionne comme un comptoir local chargé de développer les activités de la Banque de France sur l’ensemble du département des Pyrénées-Orientales. Bien qu’administrée par un directeur, nommé sur proposition du Gouverneur de la Banque de France, chaque succursale doit faire remonter ses prises de positions, notamment d’escompte, au siège parisien. Chaque année, un rapport est établi afin de détailler les activités de la succursale. Initialement prévus comme éléments de surveillance, à la fois comptable et financier de l’activité d’un établissement, ces rapports sont des sources d’informations historiques importantes sur l’activité économique. Plusieurs historiens se sont appuyés sur ces rapports des succursales afin d’étudier le tissu économique et bancaire d’un territoire. Nous pouvons ainsi citer les travaux de Christophe Lastécouère1 Les feux de la banque: oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest.

Dans le cadre de la thèse La banque, la politique et le notaire (1861- 1898) : la faillite d’Adolphe Amouroux et la crise du crédit en Roussillon, il est important de pouvoir reconstituer l’activité économique et les crises que traverse le Roussillon. Le rapport de 1882 fournit des éléments importants.

Page de garde du rapport de la succursale de Perpignan au siège de la Banque de France, 1882.

La culture de la vigne et la crise du phylloxera

Le rapport de 1882 débute par une description factuelle des positions de la succursale de la Banque de France de Perpignan et du contexte économique dans lequel elles s’inscrivent : « Monsieur le Gouverneur, Les engagements en cours à la succursale de Perpignan s’élèvent à 3818mf, dont 942mf sur place. Comme ils proviennent totalement du commerce des vins, c’est l’époque de l’année où ils sont le plus faibles, la campagne est finie et la nouvelle récolte n’est pas encore commencée. ».

Même si la vigne ne constitue bien évidement pas la totalité de l’activité économique du Roussillon de l’année 1882, le rapport met en avant la part dominante de cette culture dans l’activité économique du département.

Le rapport fournit des éléments précieux sur l’évolution du prix de la terre quelques années avant l’arrivée du phylloxera dans le département :

Gilles Postel-Vinay dans son ouvrage La terre et l’argent : l’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle2 a détaillé la crise profonde qui a marqué les départements du Gard, de l’Hérault, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales à partir des années 1860. Tout comme les Pyrénées-Orientales, la vigne représentait une part dominante de l’agriculture et plus largement de l’économie dans ces territoires, la progression du phylloxera a des conséquences tragiques pour l’ensemble des acteurs économiques. La propagation du phylloxera s’est faite en partant de l’est par les départements du Gard puis de l’Hérault dans les années 1870 pour enfin affecter l’Aude et en dernier lieu les Pyrénées-Orientales au début des années 1880. Cette arrivée tardive de la maladie en comparaison avec les autres départements est un élément d’explication de l’augmentation du prix des vignes au cours des années précédant l’arrivée de la maladie.

Comme l’indique le rapport, l’utilisation des plants américains en remplacement du vignoble malade a contribué au salut des vignerons. Malgré cette crise importante, les inspecteurs ne sont pas inquiets sur la capacité des acteurs économiques du Roussillon a traverser cette crise : « Ce ne sera pas la ruine, car on a mis de côté et il se trouvera alors de capitaux pour reconstituer le vignoble. ».

La faillite de l’Union Générale et la chute d’Adolphe Amouroux

« Cette abondance de capitaux a permis au pays de traverser sans crise une année pendant laquelle il a été très éprouvé. La chute de l’Union Générale a fait perdre de 2 à 3 millions, la déconfiture du crédit de France autant ; au mois de juin, le notaire Amouroux a passé en Espagne laissant un passif déclaré de 4 millions, sans actif, la famille ruinée et après une faute de personnes qui lui avaient confié des fonds de la main à la main »

Le 15 juillet 1882, la faillite d’Adolphe Amouroux est enregistrée devant le tribunal de commerce de Perpignan : « entendu qu’il était de notoriété que le dit Sieur Amouroux, souscrivait et acceptait habituellement des lettres de change pour des sommes considérables »3 . Amouroux a laissé 4 millions de francs sans actif. Il était un fervent soutient de l’Eglise catholique et l’une des figures majeures du mouvement légitimiste à Perpignan. Amouroux a notamment été le rédacteur en chef du journal Le Roussillon, connu pour ses positions légitimistes.

Il est intéressant de noter que les inspecteurs de la succursale présentent la faillite du notaire quelques lignes après celle de l’Union Générale. L’Union Générale a été fondée par les milieux catholiques conservateurs autour d’Eugène Bontoux en 1878 afin de concurrencer les autres banques françaises alors majoritairement détenues par des protestants ou des familles juives. Jean Bouvier a analysé les mécanismes qui ont conduit à la faillite de la banque en 1882 dans son ouvrage Le krach de l’Union générale (1878-1885) ((Bouvier Jean, Le krach de l’Union générale (1878-1885), Presses universitaires de France, 1960, 308 p.)) . Il y décrit les mauvaises stratégies adoptées par Bontoux dans un contexte de concurrence féroce. Cette analyse entre en contradiction avec la vision personnelle que proposait Bontoux dans son ouvrage l’Union Générale, sa vie, sa mort, son programme4 dans laquelle il nous offre une approche beaucoup plus victimaire.

La Banque Gambus et Martin

La suite de la description du contexte économique de l’année 1882 est consacrée à la banque Gambus et Martin qui est alors soutenu par la Banque de France à hauteur de 2 700 000 francs.

« Cependant au mois de novembre, des bruits malveillants, propagés par un concurrent ont couru sur la maison Gambus et de Martin ». « La succursale les a aidés et les aides encore à traverser des moments difficile ».

La succursale détaille ensuite les éléments d’analyse concernant la stabilité financière de la banque afin de faire face à la crise : « l’actif de la maison de banque est de 1500mf, Gambus père est propriétaire de 1 million d’immeubles, Gambus fils a épousé une Espagnole dont la dot de 600mf est, au terme de la loi, sous laquelle le contrat a été passé, à son entière disposition, De Martin dispose de 300mf ; de plus la maison a donné son entremise au placement de 14 millions de prêts hypothécaires sur lesquels elle touche 1 % de commission annuelle ».

Malgré l’analyse détaillé des comptes de Gambus et Martin et les éléments rassurant apportés par la succursale, le 20 avril 1883 le tribunal de commerce de Perpignan prononce la faillite de la Banque Gambus et Martin qui a changé de nom et s’appelle alors Gambus et Cie5.

            Ces quelques pages du rapport de la succursale de la Banque de France de Perpignan, apportent donc de nombreuses informations sur le tissu économique des Pyrénées-Orientales en 1882 et des crises que le département a traversé.

Conçu initialement comme des documents techniques destinés au fonctionnement interne de la Banque de France et à ses liens entre les succursales et le siège, les rapports des succursales sont des sources d’informations très utile afin de comprendre le tissu économique d’un territoire.

  1. Lastécouères Christophe, Les feux de la banque: oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest, Paris, France, Éditions du CTHS, 2006, vol. 1/, 667 p. []
  2. Postel-Vinay Gilles, La terre et l’argent : l’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle, Paris, France, Albin Michel, 1997, 462 p. []
  3. Acte des faillites du tribunal de commerce de Perpignan, Archives départementale de Pyrénées-Orientales, cote 6 U 36. []
  4. Bontoux Eugène, l’Union Générale, sa vie, sa mort, son programme, Nouvelle librairie parisienne, 1888, 254p []
  5. Faillite de Gambus et Cie, archive départementale des Pyrénées-Orientales, 6U36 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.