Journée d’étude 2022 : « Les migrants à l’épreuve des frontières dans les Pyrénées, du Moyen Âge à l’époque moderne »

Les rencontres de l’Histoire sociale de l’économie FRAMESPA

Trobades de la Història social de l’economia FRAMESPA

« Les migrants à l’épreuve des frontières dans les Pyrénées, du Moyen Âge à l’époque moderne »

Rencontre organisée par

Margault Coste, doctorante contractuelle en histoire médiévale, sous la direction de Claude Denjean (UPVD)

Aurian Meunier, doctorant en histoire moderne, sous la direction de Patrice Poujade (UPVD)

Sous l’égide de leurs directeurs de recherche

Le vendredi 13 mai 2022

Salle Yves Guiton

Université de Perpignan Via Domitia

Depuis 2020, un groupe d’historiens de l’Université de Perpignan organise une rencontre ou trobada annuelle mettant à l’honneur un sujet d’histoire économique qu’ils proposent d’interroger au prisme de l’histoire sociale. Ce troisième rendez-vous invite à réfléchir sur les manières dont les migrants mettent à l’épreuve les frontières et, plus concrètement, sur les pratiques migratoires transfrontalières dans l’espace pyrénéen.

Depuis deux dizaines d’années les frontières sont au cœur de recherches portant particulièrement sur les migrations. Médiévistes et modernistes s’emparent des frontières comme d’un « objet historique[1] » qu’ils tentent de modéliser[2] ou d’en saisir la genèse dans la longue durée[3] mais aussi d’étudier au prisme des acteurs des espaces frontaliers[4], habitants ou migrants, de leurs pratiques, de leurs perceptions et de leurs modes d’appropriation des frontières[5]. Toutefois, l’approche migratoire dans les études sur les frontières demeure plus le fait des historiens de l’époque moderne que de ceux du Moyen Âge. Ces derniers ont davantage étudié la genèse des frontières pyrénéennes et ibériques, à travers le peuplement des espaces frontaliers et la création de sociétés de frontière[6]. La question des mobilités humaines et matérielles est semble-t-il restée plus aux mains des modernistes.

Ainsi, en 1998 est publié dans la revue Histoire des Alpes, un numéro consacré à « la mobilité spatiale et frontières ». Certaines contributions de ce numéro, dont celle de Laurence Fontaine[7], synthétisent des travaux sur la construction de modèles migratoires alpins avec également des articles sur les aprioris d’une migration due à un surpeuplement ou à de la pauvreté : le regard braudélien percevant la montagne comme un réservoir d’humains migrants vers la ville est ainsi questionné. Aussi, les frontières politiques comme délimitation de territoires étatiques ne sont pas toujours une réalité pour ceux qui les traversent. Christian Bourret s’est attaché, dans un ouvrage publié en 1995, à étudier la formation progressive d’une frontière dans les Pyrénées centrales sur un temps long, du IXe siècle au XIXe siècle[8]. En 2000, l’auteur a consacré un article à l’assimilation de migrants originaires des Pyrénées centrales vers la Catalogne[9]. L’historiographie révèle que les migrations ont longtemps été étudiées indépendamment des frontières et de leur genèse, formant ainsi deux courants historiographiques à part entière.

Connecter la thématique des migrations et celle des frontières, tel que nous souhaitons le faire pour cette journée d’étude, semble ainsi constituer un nouveau tournant dans la manière d’appréhender ces deux champs d’investigation, comme l’illustre la récente thèse de Marco Cassioli sur la genèse et la construction de la frontière liguro-provençale dans la longue durée (du XIIe au XVIIe siècle). En effet, celui-ci a mis en exergue les politiques mises en place pour maintenir des contacts de part et d’autre de la vallée-frontière de la Nervia et les activités transfrontalières des habitants[10]. De la thèse de Patrice Poujade sur le Val d’Aran[11] à son dernier ouvrage majeur « Le voisin et le migrant[12] », les frontières sont régulièrement questionnées par le prisme des marchands et des migrants, voire les deux. L’historien voit alors émerger, entre le XVIe siècle et le XVIIe siècle, dans les Pyrénées, le passage d’une frontière « espace » à une frontière « ligne » qui se matérialise, entre autres, à cause des guerres qui opposent le Royaume de France à la couronne espagnole. La mobilité des migrants est alors mise à l’épreuve sans en être entravée. Sur cette question, le 125e congrès national des Sociétés historiques et scientifiques tenu à Lille, a proposé d’étudier les frontières par différents angles, soit en questionnant la définition que l’on pouvait leur donner, sa manière de les défendre, comme espace d’échange ou de transgression voire de penser une Europe sans frontière[13].

Ainsi, dans cette journée d’étude, il s’agira de voir comment les frontières ont été mises à l’épreuve par les migrants, et de quelle manière ces migrants ont réussi, ou non, à contourner ou franchir ces frontières et par quels moyens ou stratégies ils ont pu y arriver. Les migrations seront considérées comme une des approches possibles pour comprendre les sociétés d’Ancien Régime. En effet, nous défendons l’idée que les choix d’actions des migrants nous ouvrent les portes de leur propre perception et des rapports qu’ils ont avec les frontières. Il s’agira également de comprendre comment se dévoilent singulièrement, pour les deux périodes étudiées, les trajectoires individuelles de migrants dans leur traversée pour nous permettre de dresser le tableau de destins collectifs. La rencontre sera donc l’occasion d’échanger autour des questions suivantes : les frontières ont-elles une influence sur les pratiques migratoires ? Contraignent-elles les contacts transfrontaliers et les migrations ? Par quels types de pratiques (il/licites, commerciales, sociales, etc.) les migrants déjouent-ils l’action apparemment bloquante des frontières ? Ont-ils réellement une capacité d’action sur l’environnement frontalier ? Comment s’approprient-ils et perçoivent-ils les espaces frontaliers ? Si la réflexion proposée place au premier plan l’acteur et sa capacité d’action sur son environnement, elle invitera, de manière sous-jacente, à réfléchir à la nature des frontières étudiées (denses ou poreuses, ouvertes ou fermées, synaptiques, linéaires ou zonales, etc.).

Programmation de la trobada

Vendredi 13 mai 2022, salle Yves Guitton, Université de Perpignan Via Domitia

8h45 : accueil du public et des participants.

9h20 : discours de bienvenue de Patrice Poujade, Professeur des Universités en histoire moderne, Université de Perpignan Via Domitia.

9h30 introduction, Margault Coste et Aurian Meunier (organisateurs).

Présidente de séance : Claude Denjean, Professeur des Universités en histoire médiévale, Université de Perpignan Via Domitia

9h40-10h20 : Núria Pacheco Catalán, docteure en histoire médiévale, Université autonome de Barcelone, Migracions transfrontereres a l’Edat Mitjana: occitans a la Catalunya Nova (segles XII-XIII)

10h20-11h : Margault Coste, doctorante contractuelle en histoire médiévale, Université de Perpignan Via Domitia, Migrants et contrebande de monnaie en Roussillon au XVe siècle

11h-11h20 : pause.

11h20-12h : Marco Cassioli, docteur en histoire médiévale, Université de Turin-Aix-Marseille université, Migrations transfrontalières dans la montagne européenne entre Moyen Age et époque moderne (Alpes maritimes, Pyrénées)

12h-14h : pause déjeuner.

Présidente de séance : Anne Montenach, Professeur des Universités en histoire moderne, AMU. Patrice Poujade, Professeur des Universités en histoire moderne, Université de Perpignan Via Domitia.

14h-14h40 : María Teresa Pérez Villalba, docteure en histoire moderne, Université de Valence, L´émigration du Midi vers la ville de Valence au XVIe siècle.

14h40-15h20 : Aurian Meunier, doctorant en histoire moderne, Université de Perpignan Via Domitia, La mutation de la migration marchande dans les Pyrénées au XVIIe siècle : entre fidélité, stratégie et résilience au défi de la frontière en temps de guerre

15h20-15h40 : pause.

15h40-16h20 : Hugo Balfagon, doctorant contractuel en histoire moderne, Université de Perpignan Via Domitia, Le « francès » dans les sources de la province du Roussillon. Une progressive matérialisation de la frontière dans les esprits ? (1660-1750)

16h20-17h : table ronde présidée par Anne Montenach Patrice Poujade.

Comité scientifique

Claude Denjean, Professeur des Universités en histoire médiévale, UPVD
Patrice Poujade, Professeur des Universités en histoire moderne, UPVD
Mathilde Monge, Maîtresse de Conférences en histoire moderne, UT2J
Anne Montenach, Professeur des Universités en histoire moderne, AMU
Stéphane Péquignot, Directeur d’études à l’EPHE

Comité d’organisation

Hugo Balfagon, doctorant contractuel en histoire moderne, UPVD
Margault Coste
, doctorante contractuelle en histoire médiévale, UPVD
Claude Denjean, Professeur des Universités en histoire médiévale, UPVD
Aurian Meunier, doctorant en histoire moderne, UPVD
Patrice Poujade, Professeur des Universités en histoire moderne, UPVD
Romain Saguer, docteur en histoire médiévale, postdoctorant au projet VISMIN, UPVD

Avec le soutien financier “Bonus Qualité Recherche” de l’Université de Perpignan Via Domitia.

Contacts :

aurian.meunier@univ-perp.fr

margault.coste@univ-perp.fr


[1] Pierre Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique» dans Jean-Michel Poisson (dir.), Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge. Actes du colloque d’Erice,18-25 septembre 1988, Rome-Madrid, 1992, p. 9-17.

[2] Pierre Toubert, « L’historien, sur la frontière », dans André Burguière, Joseph Goy, Marie-Jeanne Tits-Dieuaide (dir.), L’histoire grande ouverte : hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 221-232.

[3] Citons, à titre d’exemples, et dans l’ordre chronologique des sujets qu’ils traitent, Michel Zimmermann, « Le rôle de la frontière dans la formation de la Catalogne : IXe-XIIe siècles » dans Collectif, Las sociedades de frontera en la España medieval, Saragosse, Université de Saragosse, 1993, p. 7‑29 ; Marco Cassioli, Frontiera e transito: la Val Nervia tra Liguria e Provenza (secoli XII-XVII), Bologne, Marietti 1820, 2018, 260 p. et Christian Bourret, Les Pyrénées centrales du IXe au XIXe siècle : la formation progressive d’une frontière, Aspet, Pyrégraph, 1995, 461 p.

[4] Très récemment a eu lieu le 51e congrès de la SHMESP, « Frontières spatiales, frontières sociales au Moyen Âge », Perpignan-Gérone (congrès en visioconférence), 21-22 mai 2020, dont les actes sont à paraître.

[5] Depuis 2019, la revue Frontière.s invite par exemple les archéologues, les historiens et historiens de l’art à penser les dépassements ainsi que les formes de matérialisation et d’investissement des frontières.

[6] Philippe Sénac (dir.), Frontières et espaces pyrénéens au Moyen Âge, Perpignan, CREPF, Université de Perpignan, 1992, 188 p.

[7] Laurence Fontaine, « Données implicites dans la construction des modèles migratoires alpins à l’époque moderne », Histoire des Alpes, n°3,« Mobilité spatiale et frontières », 1998, p. 25-36.

[8] Christian Bourret, Les Pyrénées centrales, op. cit.

[9] Christian Bourret, « Les migrants des Pyrénées centrales françaises en Catalogne aux XVIe-XVIIe siècles : minorité souvent assimilée mais aussi minorité victime et suspecte » dans Collectif, Tolérance et solidarité dans les pays pyrénéens : actes du colloque tenu à Foix les 18-19-20 septembre 1998, Foix, Archives Départementales de l’Ariège, 2000, p. 413‑430.

[10] Voir la thèse publiée de Marco Cassioli, Frontiera e transito…, op. cit.

[11] Patrice Poujade, Le val d’Aran entre deux monarchies : une vallée frontière dans le Grand Siècle, Aspet, Pyrégraph, 1998, 437 p.

[12] Patrice Poujade, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (XVIe-XIXe siècle), Rennes, PUR, 2010, 369 p.

[13] Robert Deloince, Gérard Pajonk (dir.), Réseaux culturels européens : des constructions variées au fil du temps. Actes du 125e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « L’Europe », Lille, 2000, Paris, Éditions du CTHS, 2003, 322 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.