Compte-rendu de lecture : Nicolas Marty, Patrice Poujade, Pour une histoire sociale de l’économie. Notions et débats, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2023, 273 p.

Nicolas Marty, Patrice Poujade, Pour une histoire sociale de l’économie. Notions et débats, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2023, 273 p.

À vouloir prendre trop de hauteur, on ne voit plus ce qui se passe au ras du sol. C’est la critique que l’on peut émettre à l’égard de certains ouvrages d’historiographie, car si ces derniers apportent beaucoup sur notre réflexion ou notre positionnement méthodologique lorsque nous prenons la plume, nous avons parfois du mal à mettre en pratique leur enseignement, ce qui peut poser un certain nombre de problèmes[1]. À contrepieds des synthèses historiographiques publiées ces dernières années, Nicolas Marty[2] et Patrice Poujade[3] proposent non pas ici des notions ou concepts historiographiques, mais des réflexions autour de 27 « entrées » ou « concepts-clefs », tous reliés par un thème commun : l’histoire sociale de l’économie. Le choix de ces entrées est le fruit de « discussions » ou « d’arbitrages », car les auteurs, l’un contemporanéiste et l’autre moderniste, apportent chacun une vision en fonction de sa période de prédilection, mais le regard porté sur chaque entrée dépend également de la sensibilité de chacun, de ses « divergences » ou de ses « convergences », car l’un par exemple se considère plus « empiriste » que l’autre. On se dirige ainsi vers chaque entrée en fonction de l’intérêt porté au sujet développé, mais ces entrées se connectent entre elles grâce à un système de renvoi matérialisé par des astérisques ou des flèches, avec une rubrique « pour aller plus loin » à la fin de chaque entrée, où se trouve une bibliographie complémentaire et une liste d’entrées associées. Par l’intermédiaire de ces outils de travail, on voit apparaître l’interconnexion constante des entrées et donc de la réflexion globale que les auteurs ont pensée : on peut cependant regretter que l’index n’ait pas fait l’objet d’une mise en réseau pour proposer au lecteur comme une carte mentale, projetant les ramifications et les relations entre les mots-clés, car il peut être parfois assez difficile de se repérer dans les dizaines d’entrées qui composent cet index[4]. L’histoire sociale de l’économie, qu’ils revendiquent comme un héritage des Annales, propose de se saisir de l’économie comme une sorte de prétexte pour étudier le social, c’est-à-dire d’étudier les relations entre les individus qui peuvent, par exemple, passer par une « association », par le « crédit » ou encore par la relation qu’ils entretiennent avec les « frontière(s) ».

Déroutant à la première lecture, l’ouvrage se situe entre la réflexion sur des concepts et la mise en situation par des « cas ». Nous sommes à mi-chemin entre un travail de recherche, comme on pourrait s’attendre à la lecture d’un article scientifique ou d’un manuscrit de thèse, et un travail de conceptualisation que l’on pourrait apparenter à un ouvrage d’historiographie. La construction des entrées est en ce sens intéressante à analyser, car nous trouvons une méthode d’écriture assez similaire entre chaque entrée, à savoir, en premier lieu, une définition du ou des termes avec une réflexion autour du mot-clef au prisme de l’histoire sociale de l’économie. La définition de chaque entrée n’en reste pas toujours au champ historique. Les auteurs mobilisent parfois d’autres disciplines comme le droit, la géographie, l’économie ou la sociologie, pour montrer à la fois leur positionnement par rapport à ces travaux et de quelle manière ces derniers ont nourri leur réflexion pour proposer une définition du mot-clé au regard de l’histoire sociale de l’économie. Notent-ils, par exemple à « Environnement », des travaux d’historiens de l’économie ou de géographe. Chaque entrée ne suit pas toujours un ordre chronologique dans les exemples mobilisés, celle sur « Conjoncture et structure » commence par des idées et des exemples rapportés à l’histoire contemporaine tandis que l’entrée « crédit, réputation, confiance » met d’abord à l’honneur la moderne, mais nous voyons toutefois dans les paragraphes une nette distinction entre les deux périodes : peut-être peut-on déplorer l’absence de quelques paragraphes qui lieraient histoire moderne et contemporaine ou quelques exemples sur la longue durée[5]. La construction de chaque paragraphe dans le développement se fait par l’énoncé d’une idée, alimentée d’exemples empruntés à leurs propres recherches ou à d’autres historiennes ou historiens qu’ils considèrent comme appartenant dans leur pratique de l’histoire ou dans les méthodes historiques qu’ils mobilisent, comme proche de la leur. Les exemples employés ne se limitent pas au royaume de France ou à la France, mais on voit apparaître des cas divers, d’Europe ou du bassin méditerranéen principalement, qu’ils arrivent parfaitement à intégrer à leur propos. L’entrée « Association » est nourrie d’exemples espagnol, catalan, italien, allemand ou français, allant du Moyen-Âge à l’époque contemporaine, avec des cas, comme les marchands migrants auvergnats installés en Catalogne, qui montrent à la fois une pratique de l’association qui n’est pas exclusivement familiale et où l’on peut trouver « des rapports de domination et d’inégalité à l’intérieur de ce type de société » (p. 19-20). Pour compléter leur analyse, les auteurs nous dirigent vers les entrées associées « Commerce et commercialisation », « Crédit, réputation, confiance » « Famille », « Marché(s) », « Production », « Relations sociales et sociabilité », mais nous pourrions aussi ajouter les entrées « Frontière » et « Mobilité » pour le cas des marchands migrants que nous venons d’évoquer. On voit concrètement ici que les connexions entre les entrées sont – presque – un puits sans fond : n’est-ce pas là le signe d’un nouveau courant historiographique à développer ? En cela nous voyons que les historiens s’emparent des travaux d’une aire géographique étendue et ne se limitent pas toujours à leur terrain de prédilection. C’est en ce sens aussi que l’ouvrage est novateur, parce qu’il se situe à mi-chemin entre un manuel ou un dictionnaire (par sa structure) et où l’on peut naviguer très facilement, et en même temps des réflexions très étayées par des exemples. C’est également à travers ces exemples que nous voyons apparaître les différences ou les ressemblances, parlons plutôt de « sensibilité » historique des deux auteurs.

En conclusion, les ouvrages actuels sur l’historiographie ont pour point commun un manque d’exemples concrets ou trop souvent dilués – sans doute que les normes éditoriales, obligeant à une synthèse très resserrée, sont les seuls fautifs – : c’est ce qui donne ici la valeur et la particularité de ce travail. Cela peut être déstabilisant à la première lecture, parce que les auteurs nous projettent dans des espaces et des temps parfois très différents, mais ils réussissent sans défaut à nous faire plonger dans l’environnement qu’ils citent, sans nous noyer de détails. L’histoire sociale de l’économie proposée par Nicolas Marty et Patrice Poujade bouscule non seulement les normes et les habitudes des historiens dans les méthodes d’écriture, mais également la production de réflexions historiographiques. C’est peut-être sur ces points que des débats viendront, car certains lecteurs exigeants seront déçus de ne pas trouver de divagations réflexives sur l’historiographie ne reposant que sur l’imagination de l’auteur, ce dernier oubliant l’existence du matériel premier de l’historien, à savoir les sources. La variation d’échelles qu’ils ont intégrée comme une entrée, mais aussi les acteurs qu’ils prennent « au sérieux », sont particulièrement mis à l’honneur dans cet ouvrage. L’œuvre que nous avons entre les mains est un exemple saisissant sur la manière dont on peut manier ces concepts concrètement. L’histoire sociale de l’économie trouvera ses lecteurs, que ce soient des historiennes et des historiens confirmés, mais aussi des apprentis historiennes et historiens (de master ou de doctorat) parce que, comme nous l’avons dit, il peut servir à la fois à notre réflexion et comme un modèle d’écriture. Par ailleurs, on peut noter le parti pris des auteurs de mettre en avant les travaux de jeunes chercheurs, parfois encore doctorants. C’est là que nous voyons une autre facette de la sensibilité de ces historiens, de leur humilité, de leur volonté de toujours mettre leurs étudiants au centre de l’intérêt, et de l’honnêteté – voire du courage –, qu’ils ont eu de noter que les « échanges nourris avec des étudiants de master et des doctorants » ont participé à la conception de cet ouvrage (p. 9). Mais si ces discussions ont pu avoir lieu, c’est d’abord parce que ces historiens ont su mettre en œuvre une dynamique de la recherche à l’université de Perpignan ces dernières années, soudée autour de cette histoire sociale de l’économie alors en gestation, en organisant des journées d’étude, des séminaires, des tables rondes, etc., et en intégrant le plus possible les étudiants et les doctorants dans leurs initiatives. C’est sur ces derniers points qu’il nous faut insister, parce que finalement l’intérêt de cet ouvrage n’est pas uniquement autour de notions et de débats. Il est à nos yeux un manifeste éclairant sur la manière dont l’historien peut produire de la connaissance, mais surtout comment il peut lui donner de l’existence.

Aurian Meunier, doctorant en histoire moderne à l’université de Perpignan Via Domitia.


[1] Sans entrer ici dans l’ensemble des débats historiographiques, la microhistoire, par exemple, a fait l’objet de nombreuses critiques, avec un accueil parfois « hostile » comme le note Jacques Revel, parce qu’il existe plusieurs écoles, sans doute, mais aussi parce qu’elle ne propose pas une méthode stricte, mais plutôt une « expérience ». Aussi, Jacques Revel écrit à ce sujet que « c’est sans doute à la dimension pratique, effectivement expérimentale, du projet qu’il convient d’en apprécier aujourd’hui la pertinence et l’importance », voir Jacques Revel dans le chapitre « Microstoria » dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (eds.), Historiographie. Concepts et débats, Paris, Gallimard, Folio, 2010, vol. 1/2, p. 529‑534.

[2] Pour plus de renseignements sur Nicolas Marty, voir sa page de présentation sur ce carnet Hypothèses : https://hsehsa.hypotheses.org/les-chercheurs/marty.

[3] Pour plus de renseignements sur Patrice Poujade, voir sa page de présentation sur ce carnet Hypothèses : https://hsehsa.hypotheses.org/les-chercheurs/patrice-poujade.

[4] D’autres mises en réseau auraient pu être ajoutées aux « entrées associées » situées à la fin de chaque définition. En jouant sur les couleurs, le poids de chaque nœud représentant une entrée dans l’index, et l’organisation par des liens entre chaque mot, les auteurs auraient pu faire apparaître des groupements thématiques. Cet outil serait sans doute utile pour montrer au lecteur la direction et l’intérêt que portent les auteurs sur chaque sujet, et donc, à la délimitation de leur champ de réflexion.

[5] Notons toutefois quelques paragraphes avec des exemples pris à l’époque moderne et contemporaine, ou sur la longue durée (par exemple p. 132 ; p. 161).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurian Meunier (23 octobre 2023). Compte-rendu de lecture : Nicolas Marty, Patrice Poujade, Pour une histoire sociale de l’économie. Notions et débats, Toulouse, Presses Universitaires du Midi, 2023, 273 p. Histoire sociale de l’économie - Histoire sociale de l'art - Història social de l’economia – Història social de l’art. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ppv1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.