Une source inédite sur les maitres de forges des Pyrénées : le récit de voyage du naturaliste Toussaint Bastard en 1821

 «Le voyage aux Pyrénées-Orientales et dans le midi de la France, Toussaint Bastard, 1821″  est conservé à la bibliothèque du muséum d’histoire naturelle de Toulouse. L’ouvrage, entièrement manuscrit, relate un voyage réalisé par un naturaliste ayant eu lieu en 1821, probablement repris et recopié autour de 1832-1835, car certaines notes en fin de manuscrit font référence à ces années. Le manuscrit se compose d’un volume de 553 folios, écrits soigneusement à l’encre noire. Il est conservé au Museum d’Histoire naturelle de Toulouse sous la cote B 892, que nous remercions ici pour leur aimable autorisation de reproduction.

L’auteur est Toussaint Bastard (1784-1846), médecin et naturaliste d’Angers. Sa trajectoire personnelle a été remarquablement restituée par Jean-Jacques Amigo, dans le volume du Nouveau Dictionnaire des Biographies Roussillonnaises consacré aux sciences de la vie et de la terre1. Formé à l’École Centrale d’Angers, Toussaint Bastard est fils et petits fils de chirurgiens. Il intègre très jeune l’hôpital Saint-Jean de cette ville comme chirurgien interne. Passionné de botanique, il prend très jeune la direction du jardin botanique de la ville. Dès lors, il publie en 1808 un Essai sur la flore du département du Maine-et-Loire et, en 1809, devient directeur du Museum d’histoire Naturelle d’Angers. De tendance républicaine et anticléricale, il soutient l’Empereur pendant les Cent Jours et est révoqué à la seconde Restauration de tous ses postes. Il s’engage dès lors à nouveau dans des études et obtient son diplôme de médecine en 1817 à Paris. Il reprend ensuite le cabinet de son père en Anjou et décide, chaque été, d’effectuer un voyage. En 1821, il visite le Midi de la France. Le manuscrit relate toutes les étapes de ce voyage, depuis son départ le 14 avril jusqu’au 9 août 1821.

Ce manuscrit est bien connu des naturalistes. Il a été mis en valeur grâce à la publication de larges extraits par le Pr. Harant de Montpellier dans les années 1950. Cependant, les botanistes n’avaient pas mis en avant l’intérêt documentaire de la traversée du monde de la métallurgie pyrénéenne.

La rencontre avec le maitre de forges Michel Noell

Toussaint Bastard passe dans le massif du Canigou depuis Arles-sur-Tech, après avoir travaillé un itinéraire avec le Docteur Pujade (1784-1870), une figure scientifique de cette ville. Il s’engage le 4 juillet 1821, chemine avec des muletiers, passe par les mines de Batère où il désapprouve le travail des enfants mineurs. Il effectue un passage aux mines de la Pinouse puis arrive à Valmanya où il rencontre le maitre de forges Michel Noell.

On notera particulièrement le passage au cours duquel il décrit ainsi son hôte :

« Il n’y a dans ce village que la forge de M. Noell, à qui nous étions adressés, ainsi nous trouvâmes facilement son habitation (…). Ce maître de forge, ainsi que la plupart de ceux des Pyrénées Orientales, n’est pas ce qu’on appelle vulgairement un monsieur. C’est un de nos gros fermiers qui, ayant reçus la première éducation, se livrent ensuite à l’agriculture et à une industrie quelconque, travaillent parfois de leurs propres mains, sont constamment occupés de leur affaire, et forment une des classes les plus intéressantes de la société, une des plus productrices. M. Noell avait beaucoup de franchise dans ses manières et nous fumes de suite à notre aise avec lui (…).

Les folios 304-305 décrivent le système technique de la forge et les sentiments que cette usine suscite chez l’auteur.

Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, B 892 Folio 304
Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, B 892 – Folio 305

Ce manuscrit offre un point de vue inédit, un regard extérieur sur cet industriel du fer pyrénéen. Il est complémentaire des sources administratives, celles des ingénieurs des mines qui dressent des listes et présentent les forges en activité dans la zone, ou celles des archives notariales qui permettent de reconstituer les contrats passés avec certains fournisseurs, les achats ou les ventes. A ce jour, nous ne connaissons pas de documentation propre à la forge Noell de Valmanya. L’étude de l’état civil montre que Michel Noell a perdu son épouse, Marie Solera, quelques semaines plus tard, décédée le 25 septembre 1821, à la maison dite la Fargue de Valmanya2. Plus tard, en 1838, la fille de Michel Noell et Marie Solera s’est mariée à Jacques Pons, un fabricant de fer de Corsavy.

 

  1. Amigo Jean-Jacques, Nouveau Dictionnaire de biographies Roussillonnaises, Publications de l’Olivier, Pézilla de la Rivière, 2017, 915 p. []
  2. 9NUM2E4128-4131 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.