Séminaire professoral compte rendu de la séance 2 du 15 novembre 2017

(télécharger le compte rendu)

Secrétaire de séance : Stéphanie Vernet

Étaient présents :

Étudiants : M. Armangau (M2 Histoire contemporaine), A. Fernex (M1 Histoire de l’art Moderne), S. Jumel (M2 Histoire contemporaine), T. Marchal (doctorant), A. Meunier (doctorant), A. Pougault (M1 Histoire moderne), A. Saux (M1 Histoire Moderne), S. Vernet (M1 Histoire Moderne)

I) Présentation de sources des Master 1

  1. M. Marty et M. Poujade ont d’abord abordé la question de la présentation et de la critique des sources dans le mémoire étape des Master 1. Ils ont notamment expliqué ce que les documents apportent, leurs potentialités et leurs limites, le contexte de leur création. La présentation des sources est une liste classée par fonds, ensuite par série, et pour finir par sous-série. Tous deux insistent sur l’importance du croisement des sources. En effet, la critique se fait en ayant conscience des apports d’un document et de ce qu’il manque. C’est pourquoi le croisement des sources est important. On peut s’aider de la présentation des séries qui sont faites par les archivistes dans les répertoires numériques ou inventaires. Certains fonds y sont parfois présentés de manière très précise, soit dans des cadres anciens (comme les inventaires d’Alart), soir dans des présentations plus récentes.

Après ces clarifications, le tour de table a commencé et a duré à peu près une heure et demie.

  1. A. Meunier a parlé rapidement des sources qu’il avait critiquées en M1 avec le fonds J qui correspond aux archives d’origine privée entrées par voie extraordinaire : achats, dépôts, dons, legs.
  2. T. Marchal avait un problème avec sa source des archives municipales de Collioure. L’un des documents qu’il avait consulté lui apportait beaucoup de choses mais laissait aussi dans l’obscurité des informations qu’il aurait aimé connaître. Il serait intéressant de voir comment les archivistes présentent les archives : ce qu’on y trouve, comment elles ont été réunies et les résumés des documents écrits par les archivistes.
  3. S. Vernet a évoqué brièvement ses recherches sur le notaire Garriga de Collioure. M. Poujade a ajouté qu’il serait intéressant de présenter ce notaire, de voir les types d’actes qu’il enregistrait, les différentes orientations de son activité.
  4. S. Jumel a présenté les sources qu’elle avait présentées en M1, concernant la presse.
  5. A. Fernex s’interrogeait sur la date de mort du peintre sur lequel elle travaille : Pierre-Jean Rieudemont. Tous les travaux s’accordent à dire qu’il est mort en 1768 mais ils n’en apportent aucune preuve. Aux archives, elle n’a pas encore trouvé mention de sa mort. M. Marty et M. Poujade suggèrent que le peintre est peut-être retourné à Narbonne, sa ville natale, avant de mourir, et que c’est peut-être là-bas que se trouverait son acte de décès.
  6. A. Saux évoque les registres notariés des Archives Départementales de l’Aude qui donnent des renseignements intéressants sur les membres de la famille qu’il étudie, les Ferrier.

II) Historiographie de la recherche des Master 2

Après le tour de table sur la présentation et la critique des sources, il ne restait plus beaucoup de temps pour évouqer l’historiographie des M2. Chacun à leur tour, les étudiants devaient présenter un auteur qu’ils jugeaient intéressant pour leur travail.

  1. M. Marty et M. Poujade ont discuté sur le fait que l’historiographie est à différencier de la bibliographie car c’est une réflexion sur la manière de faire l’histoire et un positionnement du sujet dans celle-ci.
  2. S. Jumel a présenté l’historien Xavier Domènech. En plus d’être historien c’est un activiste politique très engagé en Catalogne.
  3. A. Meunier a présenté l’ouvrage tout juste sorti des presses de Catherine Verna, L’industrie au village. Essai de micro-histoire. A. Meunier a expliqué que la microhistoire n’a pas pour vocation de déformer la réalité pour l’embellir mais de tenter de la reconstruire par segments, tranches de vies, d’histoires à une échelle microscopique. L’ouvrage de Mme Verna se propose donc de recréer l’industrie d’Arles-sur-Tech aux XIVe et XVe siècles en reconstituant par l’intermédiaire des sources notariales, ce monde proto-industriel peu étudié dans l’historiographie médiévale récente.

Le 6 décembre nous écouterons M. Armangau qui présentera son historiographie.

III) Actualité scientifique

Le séminaire professoral a passé beaucoup de temps sur la présentation des sources des Master 1, il ne restait donc plus de temps pour l’actualité scientifique. Mais dans les dernières minutes, M. Poujade a fait circuler le numéro des Annales du Midi daté de. Le thème du trimestre porte sur la nomination des capitouls à Toulouse, Jean-Pierre Duvoisin et le Pays Basque, la Visitation d’Albi au XVIIIe siècle, les écritures ouvrières à Mazamet.

La séance prend fin à 18h10. Prochaine séance du séminaire : 6 décembre 2017.

Séances du deuxième semestre : 7 février / 7 mars /11 avril 2018.

IV) Sources et bibliographies

Sources présentées durant la séance

Série BB — Délibérations municipales

Série CC — Compoix et cadastres

Série E – Féodalité, communes, bourgeoisie, familles, notaires

            Sous-série 3 E : archives notariales

  • François Garriga

Sous-série 3 E

  • Archives communales

Série GG — Registres paroissiaux

44 EDT 8. Résumé sommaire des délibérations du conseil de la communauté de Collioure de 1601 à 1635 (document établi en 1875).

Bibliographie présentée durant la séance

ALART Bernard, Inventaire-sommaire des archives départementales antérieures à 1790,…. Pyrénées-Orientales: Archives civiles, tome premier Série B, tome second, série C, [n° 1-2119], Paris, Impr. et libr. administratives de P. Dupont, 1868, 396 (Tome I), 488 (Tome II).

CORBIN Alain,  Le monde retrouvé de Louis François Pinagot : sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 2008, 336 p.

DURAND Stéphane, Les villes en France XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 2006, 253p.

VERNA Catherine,  L’industrie au village. Essai de micro-histoire, Paris, Les Belles Lettres, 2017, 568 p. [Voir présentation d’A. Meunier] 

Annales du midi. Revue de la France méridionale, n°297, janvier-mars 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.