Des Auvergnats en Roussillon au XVIIe siècle ?

Avant de présenter quelques résultats, du moins plusieurs questionnements liés à ma thèse, il me semblait intéressant de revenir sur une présence de migrations marchandes déjà étudiée au cours de mon mémoire de master1 et qui fera en partie l’objet d’un article à paraître2. Des Auvergnats ont déjà été aperçus et étudiés en Roussillon au XVIIe siècle par deux historiens, à travers l’article de Gilbert Larguier3 et le travail de Patrice Poujade4. Aujourd’hui, la question de cette migration auvergnate est de nouveau relancée par l’intermédiaire d’une source inédite, les cahiers de François Millet i Català5.

Les cahiers présentent une comptabilité pour le droit du poids du Roi (11 cahiers allant de 1664 à 1681) et du droit de leude (2 cahiers allant de 1676 à 1681), sous forme de paragraphe où il est indiqué la date, le nom du vendeur, le nom de l’acheteur, le type de contenant, la marchandise, le « poids total », le « poids net » et la redevance pour la pesée.

La période que traversent ces cahiers a fait couler beaucoup d’encre chez les historiens depuis la seconde moitié du XXe siècle. Une première thèse, présentée par les historiennes Núria Sales et Alícia Marcet, a perçu le Roussillon comme coupé de ses marchés traditionnels avec le reste de la Catalogne après le traité des Pyrénées (1659)6. Plus récemment, deux historiens, Gilbert Larguier et Patrice Poujade, ont proposé de nouvelles thèses nuançant les propos tout en postulant l’arrivée progressive dans la seconde moitié du XVIIe siècle de Français recréant dès lors de nouveaux réseaux commerciaux créant une dynamique Nord/Sud. Peut-on alors percevoir les effets du traité des Pyrénées sur la présence de ces Auvergnats ? Est-ce que le traité aurait stimulé les échanges avec les Français et en particulier avec les Auvergnats ?

Entre 1663 et 1673, les informations contenues dans les cahiers ne permettent pas de confirmer d’où proviennent ces marchands car seulement 3,6% des pesées, soit 106 sur 2928 pesées, indiquent l’origine géographique du marchand et seulement une pesée indique qu’il s’agit d’un Français. En revanche, on constate à partir de 1672 jusqu’en 1678, par des phénomènes de renouvellement d’acteurs, une disparition des vendeurs catalans très probablement au profit de vendeurs venant du royaume de France. Par l’intermédiaire des cahiers de la leude, on retrouve de nombreuses marchandises typiquement françaises.

À plusieurs reprises, des marchandises auvergnates sont passées au poids du Roi. Plusieurs qualificatifs indiquent qu’il s’y vendait plusieurs sortes de fromage, on retrouve par exemple simplement le « fromatge de Oberni », mais également le « fromatge de oberni gras ». D’autres marchandises entrent également dans cette catégorie et on retrouve par exemple des marmites, des marmites de fer, des bassins et des récipients de métal, dont les marchands-chaudronniers, étudiés par Patrice Poujade, vendaient principalement. Cependant, en toute chose, il faut savoir raison garder, car les noms des vendeurs n’apparaissent pas et il est difficile de savoir si ces Auvergnats n’auraient pas revendu ces marchandises sur d’autres marchés et qu’à partir de ces derniers, des transporteurs les auraient acheminées à Perpignan.

Force est de constater que les sources ici présentées ont largement influencé les conclusions que l’on pourrait en tirer. En effet, est-ce que ces Auvergnats sont forcément apparus après le traité des Pyrénées où avaient-ils déjà un cycle de présence au début du XVIIe siècle ? Les preuves témoignant de leur présence sont principalement dans des cahiers de la leude qui s’étendent de 1676 à 1681 et ne permettent donc pas de percevoir un changement sur la longue durée. De même, les cahiers décrivent une disparition des Catalans entre 1672 et 1678 lors de la guerre d’Hollande et une fois le conflit terminé, on constate un retour de ces vendeurs catalans à Perpignan : le commerce transfrontalier survit mais la conjoncture a un effet. Des hypothèses sont déjà à l’étude et nous pouvons écrire dès à présent, tout en gardant une certaine réserve, que des marchands du Roussillon, du Quercy, mais sans doute également d’Auvergne, s’approvisionnaient à Toulouse et trafiquaient par la suite en Roussillon. Il s’agira alors de présenter, dans un autre billet, une courte analyse sur ces réseaux commerciaux qui permettent d’apporter un nouveau regard sur ces échanges transpyrénéens.

  1. Mémoire disponible sur la base DUMAS, Aurian MEUNIER, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au XVIIe siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, mémoire de master, Perpignan, Université de Perpignan Via Domitia, 2017, 2 vol., 505 p. []
  2. Aurian MEUNIER, « Frontières, réseaux et acteurs du commerce à Perpignan dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, à paraître en 2018. []
  3. Gilbert LARGUIER, « Les échanges franco-catalans à la fin du XVIe et dans la première moitié du XVIIe siècle » dans Jean-Michel MINOVEZ et Patrice POUJADE (eds.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (XIIIe-XIXe siècles), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2005, p. 523‑543. []
  4. Patrice POUJADE, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (XVIe-XIXe), Rennes, PUR, 2010, 369 p. []
  5. ADPO, 1J 60, livres et cahiers tenus par François Millet i Català, peseur au poids du roi à Perpignan, 1664-1681. []
  6. Núria SALES, Història de Catalunya, Els segles de la Decadència, segles XVI-XVIII, Barcelona, Ed. 62, 1989, vol.°IV, 514 p. Voir également « La ruine économique » dans Alícia MARCET-JUNCOSA, « Une ville catalane (1462-1674) » dans Philippe WOLFF (ed.), Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 1985, p. 81‑96. []

Une réflexion sur « Des Auvergnats en Roussillon au XVIIe siècle ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.