Deux articles sur le commerce

Le dernier numéro des Annales. Histoire. Sciences Sociales (daté d’avril-juin 2017) propose un dossier, composé de deux articles, sur l’histoire du commerce embrassant une période allant du début du XVIe au milieu du XIXe siècle bien que la période 1550-1750 soit pratiquement absente.

Le premier texte1 est dû à Nadia Matringe (London School of Economics) qui a publié en 2016 La banque en Renaissance2. À partir des papiers et livres de la banque Salviati de Lyon, l’auteure étudie l’important instrument de financement du commerce international qu’est le dépôt en foire. Selon elle, ce type de dépôt apparaît clairement au XVIe siècle dans les grandes foires à la fois comme moyen de compensation et moyen de crédit, de sorte qu’il profite aux grands échanges internationaux dont Lyon était le centre, dans le cas qu’elle aborde. Ainsi, écrit-elle que « la banque stimulait le commerce au moins autant que le commerce stimulait la banque » (p. 421).

Par ailleurs, cette étude permet de remettre en question l’archaïsme de l’organisation bancaire dans l’Europe du Sud par rapport à la pratique de l’endossement et de l’escompte en Europe du Nord. Terminant sa conclusion sur des perspectives de comparaisons avec les autres grandes places de foire de l’Europe, nous retiendrons celle de Medina del Campo pour le domaine géographique qui est le nôtre dans ce carnet de recherche.

Le deuxième article (pp. 425-460) porte pour titre « L’encastrement des relations entre marchands en France, 1750-1850. Une révolution dans le monde du commerce ? ». Il s’agit d’une réflexion collective due à cinq historien.ne.s qui travaillent sur l’économie des XVIIIe et XIXe siècle (Arnaud Bartolomei, Matthieu de Oliveira, Fabien Eloire, Claire Lemercier, Nadège Sougy), appuyée sur le travail mené dans le cadre du projet « Fiduciae. Pratiques et matérialités des relations marchandes : vers une dépersonnalisation (XVIIIe-XIXe siècle) ? ». Un des objets principaux de cet article est d’interroger l’encastrement des relations entre marchands (voir aussi le billet de Nicolas Marty et les vidéos de Mark Granovetter dans ce carnet de recherche). À partir des procurations, pratiques de la correspondance (lettres d’entrée en relation et lettres circulaires) et des discours que celle-ci abrite, les auteurs arrivent à la conclusion qu’il y aurait bel et bien une grande continuité aussi bien du discours que des pratiques entre le milieu du XVIIIe et celui du XIXe siècle.

  1. « Le dépôt en foire au début de l’époque moderne. Transfert de crédit et financement du commerce », pp. 381-423 []
  2. La banque en Renaissance. Les Salviati et la place de Lyon au milieu du XVIe siècle, Rennes, PUR, 2016 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.