Présentation du sujet de thèse

J’ai précédemment introduit la question des mobilités marchandes par l’intermédiaire de la présence d’Auvergnats dans les comtés de Roussillon au XVIIe siècle. De nombreuses études se sont emparées des questions de la migration d’Auvergnats et de Limousins en montrant leur forte présence dans la péninsule Ibérique1. Patrice Poujade avait identifié, dans un article paru dans la revue Liame2, un corpus documentaire intéressant pour élargir la perspective des réseaux commerciaux transpyrénéens. Mon travail de thèse s’inscrit tout particulièrement dans la lignée de ses travaux3 et un travail que j’ai précédemment mené4.

L’enquête prend racine par l’intermédiaire de registres particuliers tenus par plusieurs notaires de Toulouse entre 1610 et 1670 environ, de trois familles de marchands : les Ruaud, les Brugière et les Auger5. Ces registres rassemblent principalement des reconnaissances de dettes, des lettres de changes, des prêts, des quittances, des procurations ainsi que quelques actes isolés de marchands provenant principalement d’Auvergne et du Limousin. Cette base, constituée de 1 500 folios, devra être croisée avec d’autres documents comme des registres notariés, des procès, des livres de compte, de la fiscalité, des registres municipaux, des registres paroissiaux ainsi que de la correspondance. Ce dépouillement secondaire se fera tant dans le royaume de France que dans la péninsule Ibérique pour suivre, au « ras du sol », les déplacements de ces acteurs économiques à travers les activités recensées. Les informations ainsi obtenues sont traitées grâce à une base de données, développée en collaboration avec Mylène Lorre-Guidt, ingénieure développement d’applications informatiques au service Platinium de l’université de Perpignan.

C’est donc une méthode quantitative et sérielle qui sera mobilisée pour avoir une vision d’ensemble, pour saisir les « grands » mouvements de migrations, dessiner une géographie des déplacements, étudier les flux et les principaux cycles pour comprendre comment le marché transfrontalier évolue sur la longue durée en liant tout cela avec le contexte (politique, économique et social). Pour autant, l’échelle microhistorique, et donc l’analyse qualitative des actes, ne sera pas laissée pour compte. La microanalyse prendra une place tout aussi centrale pour suivre plusieurs trajectoires de marchands, reconstituer leur trajet, leur vie de tous les jours, comprendre la manière dont ils s’intègrent dans les marchés qu’ils fournissent, faire émerger la question de la confiance et voir si, finalement, ils s’installent et vivent de l’autre côté de la frontière.

Cette recherche sera alors une étape supplémentaire pour comprendre les réseaux de migrations marchandes au XVIIe siècle dans les Pyrénées. Elle permettra également de reprendre des travaux entrepris, comme par exemple le cas de la famille Fizes et de ce que Patrice Poujade avait perçu : « Cette documentation, constituée de plusieurs registres couvrant les années 1619-1649, concentre l’ensemble des actes économiques concernant les Brugières. Précisons que leur exploitation systématique permettrait d’avoir une idée plus précise de la géographie commerciale de Toulouse et des réseaux commerciaux vers la péninsule Ibérique d’où un grand nombre de marchands (migrants d’Auvergne, du Limousin, etc.) viennent s’approvisionner. Or, aussi, les Brugières apparaissent, dans le deuxième XVIIe siècle, comme des correspondants privilégiés des Fizes à Barcelone, ce qui les rattache à des réseaux commerciaux importants. »6. L’occasion, donc, de pouvoir discuter, échanger et croiser des recherches qui laissent encore de nombreuses interrogations.

  1. Exemples non exhaustifs : Abel POITRINEAU, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du XVIIème au XIXème siècle, Aurillac, Malroux-Mazel, 1985, 270 p. ; Abel POITRINEAU, Remues d’hommes: essai sur les migrations montagnardes en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Aubier Montaigne, 1983, 325 p ; Antoni BACH I RIU, « La immigració francesa al Solsonès, la Segarra, l’Alt i el Baix Urgell (1500-1639) » dans De les terres de Lleida al segle XVI, Lerida, IEI, 1995, p. 19‑47. []
  2. « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Pere Fizes (Barcelone, deuxième moitié du XVIIe siècle). Éclairages, pistes et perspectives » []
  3. Patrice POUJADE, Le voisin et le migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (XVIe-XIXe), Rennes, PUR, 2010, 369 p ; Patrice POUJADE, Une société marchande, le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, PUM, 2008, 474 p. []
  4. Aurian MEUNIER, « Frontières, réseaux et acteurs du commerce à Perpignan dans la seconde moitié du XVIIe siècle », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, à paraître en 2018 []
  5. Archives départementales de Haute-Garonne (maintenant ADGH), 3E 12006, registre particulier de Brugière et Ruaud, 1612-1619 ; ADHG, 3E 12007, registre particulier de Brugière, 1619-1649 ; ADHG, 3E 11994, registre particulier des frères Augers, 1642-1673. []
  6. « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Pere Fizes (Barcelone, deuxième moitié du XVIIe siècle). Éclairages, pistes et perspectives » []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.