Deux articles des Annales du Midi

La dernière livraison des Annales du Midi (n° 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles qui se relient tout à fait directement aux thématiques développées dans ce carnet de recherche. María Teresa Pérez Villalba y présente un résumé de sa thèse de doctorat d’histoire soutenue en juillet 2017 à l’Université de Valence dont le titre était Franceses en Valencia durante el siglo XVI. Cette thèse peut être consultée en ligne sur http://roderic.uv.es/handle/10550/59477. Le XVIe des migrations en péninsule Ibérique est moins présent dans l’historiographie ce qui rehausse l’intérêt de ce travail basé sur diverses sources, en particulier les registres de l’hôpital de Valence, les livres d’aveïnaments c’est-à-dire les listes de ceux à qui fut reconnu le statut de (nouveaux) habitants, les registres paroissiaux et des procès de l’Inquisition ce qui lui permit de constituer un corpus de plus de 4 700 noms couvrant avec plus ou moins d’intensité l’ensemble du XVIe siècle. À partir de ces données, l’auteure reconstitue les phases d’arrivées, les régions d’origine (d’abord le Béarn et l’Agenais, ensuite le Quercy et le Périgord, mais aussi le sud-est du Bassin aquitain et les hautes terres du Limousin et de l’Auvergne), leurs professions (d’abord des travailleurs de terre, puis, en moindres mesures, des artisans) et réfléchit à leur insertion dans la société d’accueil. Évidemment, le prisme de l’Inquisition est quelque peu déformant surtout au cours d’une époque de suspicion généralisée envers tout ce qui pouvait ressembler, de près ou de loin, à un protestant… Et tout migrant venant du royaume de France devenait suspect.

Le deuxième article de ce numéro des Annales du Midi dont nous voulons rendre compte nous concerne encore plus directement puisqu’il s’agit d’un texte d’Aurian Meunier qui a déjà présenté son travail de thèse dans ce carnet dont il est aussi un animateur. Sa publication dans les Annales du Midi se centre autour d’une réflexion sur la frontière à partir de l’analyse des réseaux et acteurs du commerce à Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Il s’y interroge plus particulièrement sur la recomposition ou non des réseaux commerciaux à la faveur des changements de souverainetés – donc de la modification de la frontière – et de la conjoncture militaire, ce qui lui permet de mettre à jour les rythmes du commerce alliés à l’apparition ou la disparition de certains des acteurs et de certains produits, qu’ils viennent du nord des Corbières ou du sud des Pyrénées. L’intérêt de son article réside également dans le fait de convoquer une source tout à fait originale, les cahiers d’un peseur au poids du roi de Perpignan, qui l’autorise à proposer une approche à la fois quantitative (avec les réserves que l’on doit faire à ce type particulier de source) et qualitative. Interrogeant l’historiographie, par cette contribution A. Meunier apporte des informations de première main lui permettant, d’ailleurs, de suivre plusieurs personnes impliquées dans le commerce de part et d’autre de la nouvelle frontière politique mise en place après le Traité des Pyrénées. Cela le conduit à avancer, avec la prudence qui reste de mise en telle circonstance, que si les réseaux commerciaux font montre d’une certaine plasticité mais subissent aussi de plein fouet les effets de la conjoncture, les relations avec le sud de la Catalogne ne disparaissent pas totalement même si, sans doute, elles s’amoindrissent au cours des années.


 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.