Compte rendu séminaire professoral du 24 octobre 2018

Étaient présents :
Étudiants : T. Astruc (M1 Histoire contemporaine) ; H. Balfagon (M1 Histoire moderne) ; B. Franskin (M1 Histoire Contemporaine) ; S. Gregori (M1 Histoire de l’Art Moderne) ; M.C Lamata (M1 Histoire moderne) ; G. Robin (M1 Histoire moderne) ; A. Saux (M2 Histoire moderne) ; M. Armangau (M2 Histoire contemporaine) ; G. Concas (M2 Histoire de l’Art Moderne) ; A. Fernex (M2 Histoire de l’Art Moderne).
Doctorants présents : A. Meunier
Professeurs organisateurs : N. Marty ; P. Poujade
Absents : A. Rastell (M1 Histoire contemporaine) ; S. Jumel (M2 Histoire contemporaine) ; N. L’Hénaff (M2 Histoire moderne) ; A. Pougault (M2 Histoire moderne).
Secrétaire de la prochaine séance : Hugo Balfagon et Nicolas L’Henaff.


I) Présentation des problèmes rencontrés durant les recherches


S. Gregori : explique qu’elle rencontre des problèmes pour avoir accès au catalogue sur l’exposition du Musée du Jeu de Paume, édité en 1937, ce qui était pris comme une base sur l’étude de l’exposition intitulé L’Art catalan. Du Xe au XVe siècle. Cet ouvrage n’est consultable que sur place, son mauvais état de conservation ne permet pas le prêt entre bibliothèques. Elle a procédé à la recherche des possibles traces sur cette exposition, telles que de la documentation sur la gestion administrative, des articles publiés dans la presse française et catalane, des assurances, des correspondances, etc.
M. Marty préconise une recherche dans les archives du Ministère des Affaires étrangères français -cette exposition a sûrement créé des échanges diplomatiques entre la France et l’Espagne ainsi que dans les archives du musée lui-même. La recherche dans les archives de la commune et du département est également conseillée.


G. Concas : fait part d’un problème avec la chronologie de ses sources manuscrites, celles-ci ne correspondant pas à la chronologie de ses recherches. Il se pose la question sur la pertinence d’un changement de chronologie (ses limites chronologiques correspondant aux prémices du conservatoire et sa création avec la mort du premier directeur : de 1770 à 1909). Car il y a des liasses allant jusqu’en 1920 alors que son sujet s’arrête en 1909. Lors du M1, les limites de ses sources étaient de 1820-1939 (pour les sources conservées aux Archives Départementales) et de 1934/1935-1990 (pour les sources conservées aux Archives Municipales).
M. Marty explique qu’un cadre de classement de différentes sources est un élément pour aider les chercheurs à s’y retrouver dans des fonds, car elles dépendent des institutions, des acteurs, etc. Mais qu’il faut parfois fouiller dans les archives postérieures aux limites chronologiques de la recherche, car un individu avant qu’il ne soit directeur a pu laisser un document intéressant pour la recherche. Et qu’il peut être utile de parcourir rapidement le fond du début à la fin des sources. Car on trouve souvent dans des liasses contemporaines des documents récapitulatifs ou qui peuvent faire comprendre ce qui s’est passé a posteriori.
C. Lamata : rencontre des problèmes pour l’installation du logiciel Zotéro, le navigateur fourni avec le système d’exploitation de son ordinateur étant incompatible avec ce software.
M. Marty rappelle la séance qui aura lieu le vendredi de 12h à 14h sur la création de collections et de sous collections dans sa bibliothèque Zotero.
G. Robin : présente des problèmes dans l’accès aux archives, étant donné que les archives comptables avant 1759 ont été détruites. Mais il reste quelques pièces et des traces indirectes (telles que les correspondances entre les intendants et le secrétariat de l’Etat de la Guerre).

II) Le glossaire dans le travail de recherche historique : principes, utilité, organisation, objectifs


M. Poujade et M. Marty ont demandé qu’un glossaire ou un lexique soient mis à la fin du mémoire. Ils proposent quelques pistes et des axes pour ce glossaire, à partir des glossaires déjà réalisés par les masters 2 et les doctorants.
A. Meunier : explique que son glossaire n’a pas englobé tous les mots importants du mémoire, avec notamment une omission de mots relatifs à des métiers ainsi qu’à des institutions anciennes.
G. Concas : a fait un lexique comprenant des noms de compositeurs, d’instruments catalans… tout ce qui s’apparentait à la musique, le thème de sa recherche.
M. Armangau : en a réalisé un en M1.
A. Saux : a réalisé un glossaire avec des mots de vieux français d’entre les XVIème et XVIIème siècles ainsi que de termes dérivés de l’occitan.
A. Fernex : n’a pas réalisé de glossaire pour son M1. Elle demande également à propos de la différence entre un glossaire et un lexique.
M. Poujade et M. Marty indiquent qu’il faut éviter de mettre les définitions courantes des termes. Ils précisent ainsi que le glossaire contient des définitions spécifiques au contexte que l’on travaille. Les définitions doivent être synthétiques mais précises.
T. Astruc : demande s’il est possible de mettre des images dans le glossaire.
M. Marty indique que cela peut être éventuellement possible, mais les images doivent être incorporées en annexe et référencées en note de bas de page dans le glossaire.
M. Poujade propose l’exemple des termes des mesures, des poids, des monnaies, des professions, etc., et incite à la réflexion sur la polysémie des mots.
S. Gregori : indique la difficulté rencontrée lors de sa tentative de définir le terme nationalisme. Elle travaille sur cette notion mais sa définition diffère en fonction du contexte géographique, politique ou historique, notamment le sens qui est donné selon que l’on se trouve en France ou en Catalogne.
M. Marty précise que la rédaction d’un glossaire est un exercice qui permet une réflexion sur la pertinence des mots employés dans le contexte d’une recherche. Certaines définitions peuvent ainsi faire l’objet d’un commentaire en introduction en raison de leur complexité sémantique. Il est donc important de justifier le sens choisi pour le terme.
M. Marty propose comme exemple le terme propriétaire qui est tellement important que l’on peut trouver des déclarations mettant en avant cet aspect là alors qu’il cache en quelque sorte d’autres professions ou activités. M. Poujade donne un autre exemple avec le mot « censaux » qui ne peut se comprendre que si on se réfère au mot catalan « censal », au pluriel « censals ».
A. Fernex : demande la façon de présenter les termes définis.
M. Poujade suggère de placer la définition en note de bas de page et de faire une synthèse dans le glossaire. Les termes sont bien entendus sur les terrains languedociens et roussillonnais influencés par le catalan et l’occitan. Ces termes peuvent donc avoir un sens différent dans un dictionnaire français. Les instruments lexicographiques employés pour construire le glossaire doivent être indiqués en début du glossaire (Exemples : Diccionari Català – Valencià – Balear ; Jésus Mestre i Campi, Diccionari d’Història de Catalunya, 1962, pour la Catalogne du Nord et le Moyen Age ; Mots clés de l’histoire de la Catalogne du Nord).
A. Saux : a utilisé le dictionnaire de Cayla.
M. Poujade et M. Marty précisent que le glossaire est classé alphabétiquement et que les dictionnaires utilisés pour les définitions sont à mettre dans la bibliographie. Un lexique de noms propres est aussi envisageable dans certains cas.

III) Présentation d’une source des Master 2


Le but de ces présentations consiste à montrer comment extraire des informations à partir d’un document.
M. Armanguau : a présenté un document des mines de la Têt (comprenant celles du Four de Corneilla, d’Escaro-Sud, de Sampo et de Sahor) provenant du fond 15J des archives départementales des Pyrénées-Orientales, intitulé Situation sommaire d’exploitation mois du 3 novembre 1943. Cette source fait partie de plusieurs documents envoyés (normalement) tous les mois par les mines faisant le point sur la production, les salaires, les problèmes d’effectifs, de ravitaillement, etc. Ces données permettent de comprendre l’exploitation des mines, l’installation et le fonctionnement des usines-méthodes et des procédés, ainsi que les stocks, les approvisionnements, les marchés-livraisons, les transports, les incidents d’exploitation, etc. Une autre page sous forme de tableau renseigne sur l’identité des mineurs. La comparaison avec les mêmes documents envoyés par les autres mines et ceux envoyés postérieurement fait ressortir un écart dans les chiffres, reflétant ainsi un système de fraude (car d’un mois à l’autre il y a une importante hausse de l’effectif des mineurs, ce qui est sûrement faux, ce stratagème permettrait à la mine d’avoir plus de ravitaillement).
M. Marty indique qu’un même document peut être utile dans différentes parties du mémoire de recherche. Cependant, il faut analyser la source et éviter la paraphrase. Il pose un exemple avec ce dernier document donnant des informations sur la nationalité des mineurs, les effectifs, les relations avec le directeur, etc. Il faut toujours contextualiser la source.
G. Concas : présente Notice historique sur la musique et les musiciens en Roussillon. Règlement du conservatoire, de Pierre Vidal, de la série 4T, des Archives départementales des Pyrénées-Orientales. Il a utilisé cet opuscule (petit ouvrage) pour comprendre le contexte et la situation de la musique dans la ville avant la création du conservatoire, et comment ils ont contribué à la création de celui-ci (comme Joseph Lomagne qui a créé le conservatoire après avoir créé une école lyrique qui n’a pas fonctionné). Ce document lui a permis d’élaborer une chronologie et d’obtenir des informations sur le contexte social et politique de la ville. Il n’a pas inclus cet ouvrage dans le corpus de sources mais dans la bibliographie.
M. Marty signale qu’un document imprimé peut être ambigu au moment de le considérer comme étant une source ou de la bibliographie. Il rappelle également qu’un document court peut contenir beaucoup d’information, il ne faut donc pas le sous-estimer.

IV) Actualité scientifique


Sortie du dernier numéro des Annales du Midi. Revue de la France méridionale (n° 301, janvier-mars 2018), contenant un article d’Aurian Meunier sur les « Frontières, réseaux et acteurs du commerce à Perpignan dans la seconde moitié du XVIIe siècle ».

V) Sources et bibliographies


Bibliographie présentée durant la séance
CAYLA Paul, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc, de 1535 à 1648, Montpellier, impr. P. Déhan, 1964, 729 p.
FERRO Víctor, El dret públic català. Les institucions a Catalunya fins al decret de Nova Planta, Vic, Eumo1987, 606 p.
MARCET I JUNCOSA Alicia, Mots-clefs de l’histoire catalane du Nord, Perpignan, Collection Historia, Trabucaire, 2003, 182 p
MESTRE I CAMPI Jesús (dir.), Diccionari d’història de Catalunya, Barcelone, Edicions 62, 1992, 1147 p.
SORIA I RAFOLS Ramon (dir.), Diccionari Barcanova d’història de Catalunya, Barcelone, Barcanova, 1989, 447 p.
VIDAL Pierre, Notice historique sur la musique et les musiciens en Roussillon, Perpignan, 1884.


Liens utiles
https://arquimesa.hypotheses.org/category/vocabulaire
http://klingebiel.com/occitan/dicos.html#Occitan%20ancian
http://www.cnrtl.fr/lexicographie/
La séance prit fin à 18H03
Prochain séminaire professoral du 1er semestre : mercredi 12 décembre 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.