Les migrations marchandes

Responsable : Aurian Meunier

   Depuis quelques années, les réseaux commerciaux de l’époque moderne font l’objet de travaux tendant à en comprendre l’extension ou à en étudier le fonctionnement et l’importance, ce qui a permis, entre autre, de réévaluer nettement le rôle de la circulation au sein de sociétés anciennes que l’on a trop souvent présentées comme immobiles. Ces recherches ont aussi mis en avant les voies terrestres dans la circulation des marchandises et la place qu’occupaient les marchands et les professions du transport. Les montagnes, elles-mêmes, en particulier les Pyrénées, ont été l’objet de cette réévaluation et les travaux qui les ont concernées ont montré comment elles étaient reliées à des réseaux étendus et le rôle qu’elles y jouaient.

   À travers ce chantier, fondé sur une thèse de doctorat en cours, il convient d’élargir la perspective afin d’essayer d’avoir une vision plus globale de ces réseaux, des lieux, des routes et des acteurs qui les animent sur une longue distance allant du Massif central au sud de la Catalogne et de l’Aragon, voire au-delà. L’existence d’une documentation spécifique (plusieurs registres particuliers de marchands toulousains fournissant les marchands migrants sur leur passage vers la péninsule Ibérique), encore inexploitée et qui sert de matériau de base (à compléter par des dépouillements chez des notaires sur les chemins de la migration et dans les villes d’arrivée, et par d’autres types de sources), devrait permettre de dresser une géographie des relations commerciales transfrontalières dans une large partie du XVIIe siècle, et de s’interroger sur de possibles évolutions en réponse aux événements militaires opposant France et Espagne qui imprègnent fortement la période considérée.

   S’inscrivant dans une approche historique faisant la part belle aux acteurs, cette thèse veut s’intégrer dans la réflexion en cours sur les jeux d’acteurs aux frontières en prenant comme champ d’expérimentation un large territoire de part et d’autre des Pyrénées. La démarche est à la fois quantitative (à partir de la mise en œuvre d’une base de données des centaines de marchands et transporteurs rencontrés dans les sources) et qualitative (par l’analyse des réseaux, entre autres). Ces deux démarches s’enrichiront mutuellement et trouveront leur articulation autour de la prosopographie des acteurs du commerce. Ainsi, un « portrait » général (portrait moyen) se dessinera à partir duquel se dégageront des trajectoires – au plus près des chemins – propres à éclairer le portrait moyen et à l’interroger. Le jeu sur les échelles sera donc primordial dans ce travail placé entre échelle « méso » (sinon macro) et échelle micro. À ce prix, l’espace et les phénomènes étudiés pourront trouver leur place dans un mouvement de circulation à plus large rayon qui pourrait connecter les espaces nord et sud européens, les espaces atlantiques et méditerranéens.

   Les thèmes qui devraient se dégager de cette étude permettront, certainement, de réfléchir à la place de l’individu dans les réseaux, à son autonomie ou non, à la création, au maintien et au déploiement des réseaux, voire à leur probable plasticité, à l’impact des guerres et plus généralement de la conjoncture, à la question de la confiance, du crédit et de la réputation, à celle de la dépendance économique et de la domination dans et hors des réseaux, à l’intégration sociale, économique, culturelle des migrants, au rôle des femmes et, bien sûr, à la place de la frontière dans les relations commerciales. Autant de questions au cœur des problématiques de l’histoire sociale de l’économie comme l’envisage ce carnet de recherche.

Séminaire permanent – Seminari Permanent