Archives de catégorie : Billets

Présentation du sujet de thèse : « Le migrant et la ville à l’époque moderne. Insertion spatiale, sociale et professionnelle à Perpignan, du milieu du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle. »

 

Les migrations sont un phénomène qui intéresse les historiens et dont l’étude est sans cesse renouvelée au prisme de l’évolution de l’historiographie et des nouvelles approches tendant à prendre en compte le migrant lui-même, non seulement en tant qu’individu mais également comme acteur pris entre l’injonction de rester et celle de partir. Par ailleurs, concernant l’époque moderne, leur étude a pu mettre en évidence une société dans laquelle la mobilité était plus importante que ce que l’on a souvent cru. Les causes des migrations étaient diverses mais celles liées à un espoir d’amélioration de la situation économique devaient en représenter l’essentiel. La recherche d’un travail ou l’exercice d’une profession requéraient que l’on se déplaçât. Ce sont ces phénomènes de mobilités liés au monde du travail que cette thèse propose d’appréhender, au croisement des historiographies des migrations et des mobilités, de l’histoire urbaine et de la ville, de l’histoire du travail et également de celle des frontières.

Continuer la lecture de Présentation du sujet de thèse : « Le migrant et la ville à l’époque moderne. Insertion spatiale, sociale et professionnelle à Perpignan, du milieu du XVIIe au milieu du XVIIIe siècle. »

Journée d’étude 2021 : « Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Journée d’étude du Groupe d’Histoire Sociale – FRAMESPA

Jornada d’estudi del Grup d’Historia Social – FRAMESPA

« Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Vendredi 10 septembre 2021

Organisée par

Aurian Meunier (UPVD) et Bruno Evans (UT2J)

Lieu : Salle Yves Guitton – Université de Perpignan Via Domitia

Continuer la lecture de Journée d’étude 2021 : « Les acteurs du négoce et leurs réseaux dans le monde méditerranéen et ibérique du XVIe au début XXe siècle »

Seminaire : Joan Bosch Ballbona, « Construir retaules: una tasca col·lectiva a la Catalunya de l’època moderna ».

Joan Bosch, professeur à la Universitat de Girona et directeur technique de l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural (ICRPC) insiste d’abord sur l’importance des retables, à la fois pour leur place générale dans l’histoire de l’art, mais aussi pour les enjeux de conservation et de valorisation. Le retable doit être vu comme un élément majeur pour comprendre et essayer de reconstituer la vie religieuse, bien sûr, mais aussi la culture visuelle des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais cela va encore bien au delà.

Une oeuvre collective

C’est aussi une oeuvre collective qui renseigne beaucoup sur la société catalane. Le retable est un élément précieux pour travailler sur l’histoire sociale de l’art : quel est le processus de fabrication, quelles sont les techniques mises en oeuvre pour élaborer ces ensembles ? Quels métiers d’artisans retrouve-t-on ? Quels contrats avec les communautés et les autorités ? Comment sont-ils financés ?

Photo Joan Bosch Ballbona UDG

Les comtés de Catalogne du Nord annexés ensuite par la France sont un des points où les premiers retables sont très bien repérés, souvent restaurés et on n’a plus en Catalogne cette richesse : destructions des guerres napoléoniennes, carlistes, et de la guerre civile.

leur fabrication provient d’initiatives réunissant de nombreux acteurs. Les communautés (universitats) s’endettaient pour plusieurs décennies parfois pour cet effort particulier. La place des confréries, des corporations de métiers, des paroisses, était bien entendu majeure dans l’organisation de ces constructions.

Des stratégies pour faire face à la hauteur des crédits et de l’endettement

L’ensemble de la communauté participait, à son niveau de richesse, à la fabrication avec une ingénierie financière très complexe. Le séminaire apporte de nombreuses informations sur l’endettement des communautés et les stratégies mises en oeuvre pour permettre de payer et faire face. Et les sources sur lesquelles on peut s’appuyer pour saisir ces stratégies

Une des stratégies était de diviser la dette en la réduisant en montant payables par tranche de 5 à 10 ans. Une dette à long terme transformée en un point accessible à la communauté.

Les censals sont majoritairement utilisés comme souvent dans la couronne d’Aragon (obligations perpétuelles). Mais les communautés font aussi face à ces dépenses avec diverses formes d’impots ou de retenues. Les Talls basés sur les revenus des familles et qui permettent de prélever ;

Photo Joan Bosch Ballbona UDG San Vincenç de Montalt

Il existait aussi des Impostos sur une activité particulière, généralement commerçante (par exemples, un trentième des recettes de telle ou telle activité) qui permettait de participer aux paiements. Par exemple, pour participer au paiement pour le retable Sainte Marie de Cadaquès, les pêcheurs devaient participer à hauteur de 1/30e de leurs revenus. Les évêques pouvaient également accorder de travailler pendant les jours fériés afin de participer au paiement de ces ensembles religieux.

La hauteur des paiements pouvait parfois susciter des résistances ou des problèmes auprès des communautés. Parfois, les Évêques pouvaient menacer par exemple d’excommunication certains membres de la communauté qui refusaient de participer.

En somme, le travail sur les retables, outre son intérêt général pour l’histoire de l’art, l’histoire religieuse, celle de la culture visuelle, et du monde des métiers apporte beaucoup aussi sur l’histoire sociale du crédit, de l’endettement et les stratégies des acteurs pendant la période moderne.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

séminaire : Alexandre Frondizi « marché et crédit au XIXe siècle, une relecture grand parisienne »

La prochaine séance du séminaire d’histoire sociale de l’économie de l’Université de Perpignan aura lieu
mercredi 27 janvier de 16h à 18h

***

Mercredi 27 janvier 2021  : Alexandre Frondizi, post doctorant NFS à l’Université de Neuchâtel, chercheur associé à Mondes Américains (EHESS), « Marché immobilier et crédit au XIXe siècle : une relecture grand-parisienne ».

***

an/mc/dc/lviii/18, Comptes du hameau St Ange provenant de la 29e cote de l’Iad de Mme Trutat.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

Les révolutions du commerce sous la direction de Jean-Claude Daumas : une importante parution avec une contribution du groupe d’Histoire sociale de l’économie de Perpignan

Le 26 novembre 2020 paraît un important ouvrage réalisé sous la direction de Jean-Claude Daumas. Ce dernier, Professeur à l’Université de Franche Comté, membre senior honoraire de l’IUF a,  après sa thèse sur l’entreprise Blin & Blin1, joué un rôle structurant sur tout le champ de l’histoire économique en France. Il a notamment dirigé des travaux majeurs sur l’histoire du patronat2, les dynamiques territoriales de l’industrialisation3 et écrit, plus récemment, une somme sur l’histoire de la consommation4.

Daumas Jean-Claude (ed.), Les révolutions du commerce. France, XVIIIe-XXIe siècle, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté (coll. « Les Cahiers de la MSHE Ledoux »), 2020, 362 p.

https://books.openedition.org/pufc/20229

Objectifs et organisation de l’ouvrage

Jean-Claude Daumas a invité un ensemble de chercheurs spécialistes de l’histoire de la distribution et du commerce à réfléchir aux grandes transformations qui ont eu lieu entre le XVIIIe  et le XXe siècle dans le commerce de détail. Il s’agissait « de réunir des recherches dispersées, et pour certaines en cours, afin de donner au public une vue d’ensemble des mutations du commerce de détail en faisant le choix de la longue durée et en cherchant à dégager la logique des évolutions. L’objectif n’est pas de décrire en détail tous les formats commerciaux qui, de la boutique à l’hypermarché, ont assuré la commercialisation des marchandises à destination du consommateur final, mais de se concentrer sur les formes dominantes afin de comprendre la logique des révolutions commerciales successives. Cette entreprise n’a de sens que si, d’une part, les formes de commerce sont étudiées en liaison avec les régimes d’accumulation et les modèles de consommation successifs, et de l’autre, si elles sont saisies largement et de manière très concrète (localisation, méthodes de vente, clientèles, aménagement du point de vente, produits, prix, publicité, rapports avec les fournisseurs, relations avec le consommateur, etc.). L’objectif est de dégager les conditions de l’apparition, du fonctionnement et du développement de chaque format et d’expliquer ce qui en fait la spécificité. »

D’autre part, l’un des objectifs était de de réfléchir parallèlement aux formes de régulation du commerce qui se sont succédé au cours du XXe siècle car « les normes de concurrence édictées par l’Etat ont joué un rôle essentiel dans le développement de la distribution ».

L’ouvrage est donc organisé autour de trois grandes parties :

1. De la boutique au commerce concentré

 2. Le commerce au prisme du produit

3. La distribution de masse : passé, présent et avenir.

Continuer la lecture de Les révolutions du commerce sous la direction de Jean-Claude Daumas : une importante parution avec une contribution du groupe d’Histoire sociale de l’économie de Perpignan

  1. Daumas, Jean-Claude. « L’amour du drap: Blin & Blin, 1827-1975 histoire d’une entreprise lainière familiale ». Besançon: Presses universitaires franc-comtoises, 1999, 660 p []
  2. Daumas Jean-Claude, Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick et Joly Hervé (eds.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, 1613 p. []
  3. Daumas Jean-Claude, Lamard Pierre et Tissot Laurent (eds.), Les territoires de l’industrie en Europe, 1750-2000: entreprises, régulations et trajectoires, Besançon, France, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007, 472 p. []
  4. Daumas Jean-Claude, La révolution matérielle: une histoire de la consommation : France XIXe-XXIe siècle, Paris, France, Flammarion, 2018, 593 p []

Du commerce en méditerranée sous louis XIV

Julien Sempéré (université Paris Saclay) et Etienne Rouziès (université de Perpignan) présentent : Gérer l’incertitude ? Du commerce en méditerranée sous Louis XIV.

La conférence a eu lieu à l’ Ecole des Chartes, le 12 novembre 2019.

Elle revient sur la genèse du travail de doctorat de Julien Sempéré Le consulat français de Barcelone : guerre et commerce en Méditerranée (1679-1716) soutenue en 2014 à l’Université Paris I sous la direction de Wolfgang Kaiser et de Eloy Martín Corrales
La thèse a été publiée en 2019 aux Presses universitaires de Perpignan sous le titre : S’informer pour s’enrichir Le consul de France à Barcelone et ses réseaux (1679-1716)

Voyage à travers les fonds d’archives qui ont été étudiés, entre France et Espagne, pour comprendre l’histoire de l’installation du Consulat français à Barcelone, et quelle a été la trajectoire de certains acteurs comme Laurent Soleil, particulièrement étudié dans la thèse. Comment il se situe au cœur de réseaux divers, comment il représente la France, mais aussi une stratégie individuelle en tant que commerçant.

La présentation propose bien des points qui intéressent l’histoire sociale de l’économie, avec en particulier des points concernant les sources, les jeux d’acteurs autour du commerce dans le monde méditerranéen, entre France et Espagne, dans la Catalogne des XVIIe et XVIIIe siècles.
De nombreuses sources et fonds d’archives sont présentés, critiqués et mis en perspectives.

On peut trouver la table des matières de l’ouvrage sur le site du Comptoir des Presses d’Université http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100612460&fa=sommaire

CR séminaire professoral du 11 décembre 2019

Prof. Nicolas Marty – Prof. Patrice Poujade

Année universitaire 2019-2020

Curs 2019-2020

Compte-rendu séance 3.

11 décembre 2019

Bât. Y Salle département Histoire

  1. Présentation de l’ordre du jour
  2. Retour sur les séminaires de R. Carretero Calvo et E. Roffidal
  3. Présentation critique d’une source par les Master 2
  4. Discussion

Secrétaire de séance : Alexandre CASANOVAS

Etaients présents :

Etudiants : Galdric VIDAL (M1 Histoire moderne) ; Flore DENIS (M1 Histoire moderne) ; Pauline GALAN(M1 Histoire contemporaine) ; Fiona VASNIER (M1 Histoire contemporaine) ; Laura PAILLERET (M1 Histoire moderne) ; Alexandre CASANOVAS (M1 Histoire moderne) ; Gaël ROBIN (M1 Histoire moderne) ; Anna POUGAULT (M2 Histoire moderne) ; Hugo BALFAGON (M2 Histoire moderne) ; Benjamin FRANSKIN (M2 Histoire contemporaine).

Doctorant : Aurian MEUNIER (Histoire moderne).

Enseignants présents : Nicolas MARTY ; Julien LUGAND ; Patrice POUJADE

Professeurs organisateurs : Nicolas MARTY; Patrice POUJADE.

1. Présentation de l’ordre du jour

Le séminaire du 11 décembre 2019 a commencé par un récapitulatif de la part des professeurs organisateurs de ce qui sera vu durant la séance du jour et ce qui serait abordé pour la séance prochaine du 22 janvier 2020.

Le programme comprenait donc un retour sur les deux séminaires de recherche ayant eu lieu précédemment, celui de Rebeca Carretero Calvo de l’université de Saragosse intitulé El ejercicio de poder de los gremios artísticos en la Edad Moderna: el pleito de fray José Alberto Pina contra los albañiles de Zaragoza (1731-1735) du 6 novembre (initialement prévu le 23 octobre mais reporté) et celui d’Emilie Roffidal, chercheuse du CNRS au laboratoire FRAMESPA-UMR 5136, nommé Recherche et libre accès des données du programme ACA-RES sur les Académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle : outils et méthodes en histoire sociale de l’art, du 4 décembre.

Continuer la lecture de CR séminaire professoral du 11 décembre 2019

Séminaire : jean-michel minovez « Draps du Languedoc et Empire ottoman dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. »

Apports de l’histoire des techniques à l’explication d’un effondrement

Jean-Michel Minovez présente le mercredi 18 mars de 16h à 18h un travail pionnier d’histoire des techniques et d’histoire économique sur une question majeure pour l’histoire de l’industrie textile du Languedoc et au delà, pour l’activité productive de longue durée. Salle du département d’histoire, bâtiment Y

Séminaire de recherche Jaume Dantí : El comerç català al Mediterrani als segles XVI-XVII. Continuïtat i articulació del territori ».

Jaume Dantí, Professeur à l’Université de Barcelone, intervient en catalan pour le séminaire d’histoire sociale de l’économie le mercredi 12 février 2020.

Attention, la salle est pour ce séminaire : salle du conseil du Service Central de Documentation, 2eme étage.

Séminaire de recherche: Rebecca carretero-calvo El ejercicio de poder de los gremios artísticos en la Edad Moderna:

El pleito de fray José Alberto Pina contra los albañiles de Zaragoza (1731-1735)

Rebecca Carretero Calvo : Departamento de Historia del Arte, Universidad de Zaragoza, España

Mercredi 13 novembre 2019 16 h

salle du département dhistoire (bât. Y, 1er étage)

A través del análisis del pleito que el carmelita calzado fray José Alberto Pina interpuso al gremio de albañiles de Zaragoza en 1731 por impedir su acceso al grado de maestro, se presentará el comportamiento y la organización del sistema gremial en los oficios artísticos zaragozanos. Como se verá, los albañiles basaron su defensa en dos motivos: la condición de religioso de Pina, y su formación incompleta. Sin embargo, pese a que a lo largo de la causa se demostró que ambas cuestiones, legalmente, no eran óbice para que el fraile optara a la maestría, el gremio consiguió imponerse defendiendo la tradición y la endogamia corporativa pero, sobre todo, hizo gala de su poder.

Emprenedors transnacionals a la València moderna

Josep San Ruperto Albert, jove historiador format a la Universitat de València, acaba de publicar a la prestigiosa Fundació Noguera, un llibre tirat de la seva tesi doctoral, llegida el 2017, preparada sota la doble direcció d’Amparo Felipo Orts i Carme Pérez Aparicio1. A partir de fonts documentals molt diverses i abundants2 i d’una bibliografia molt ample, l’autor estudia les trajectòries de dues famílies emprenedores milaneses a la València del segle XVII a través de les quals planteja problemàtiques historiogràfiques molt rellevants com, per exemple, la integració dels estrangers en el món comercial o la promoció social.

Continuer la lecture de Emprenedors transnacionals a la València moderna

  1. J. San Ruperto Albert, Emprenedors transnacionals. Les trajectòries econòmiques i d’ascens social dels Cernezzi i Odescalchi a la Mediterrània Occidental (ca. 1590-1689), Barcelona, Fundació Noguera, 2019, 410 p. []
  2. L’autor ha buidat arxius espanyols (Archivo Histórico Nacional, Archivo General de Simancas, Archivo General de Indias), l’Arxiu de la Corona d’Aragó, els arxius valencians i italians []

Compte rendu du séminaire professoral du 18 septembre 2019

Compte rendu séance 1 18 septembre 2019

Bâtiment Y Salle département Histoire

Compte-rendu réalisé par Benjamin FRANSKIN et Laura PAILLERET

Sont présents : En M1 : Alexandre Casanovas, Flore Denis, Pauline Galan, Pierre Gentilleau, Gael Robin, Fiona Vasnier, Galdric Vidal – En M2 : Hugo Balfagon, Benjamin Franskin, Anna Pougault – En Doctorat : Aurian Meunier

 Patrice Poujade, Pr Histoire moderne, Nicolas Marty, Pr Histoire contemporaine M. Julien Lugand, maître de conférences habilité à diriger les recherches en histoire de l’art moderne est également présent.

I. Présentation générale du séminaire

M. Marty et M. Poujade ont effectué en début de séance une brève présentation de ce qu’est le séminaire professoral et ont précisé ses objectifs : c’est avant tout un espace de discussions et de réflexions autour du travail de recherche de l’étudiant. La mixité M1-M2 et doctorants est voulue afin d’apporter plusieurs points de vue et niveaux d’expériences dans le but d’ouvrir le champ des possibles notamment par la discussion et les échanges. Ceux-ci doivent permettre d’éclairer et d’aider l’étudiant en cas de difficulté. Tout étudiant est confronté, à un moment ou un autre, à des problèmes tant d’ordre rédactionnel que de recherche ou à l’occasion de la présentation de ses travaux.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire professoral du 18 septembre 2019

Daniel Faget : 2 octobre marchés occidentaux et mutation des communautés de pêcheurs de l’Égée entre 1830 et 1914

Le prochain séminaire d’histoire sociale de l’économie, histoire sociale de l’art, aura lieu le mercredi 2 octobre de 16h à 18h, salle du département d’histoire, bâtiment Y, faculté des lettres et sciences humaines, université de Perpignan campus Moulin à Vent.

Daniel Faget est maitre de conférences HDR à Aix-Marseille Université et chercheur à l’UMR TELEMME.

Toulouse et les voies d’eau

 

Jean-Michel Minovez, Garonne et Canal du Midi. Le système de navigation autour de Toulouse, Toulouse, Presses Universitaires du Midi-Méridiennes, 2018, 177 p.

Jean-Michel Minovez, professeur d’histoire moderne à l’Université Toulouse Jean-Jaurès, s’intéresse dans cet ouvrage à un des éléments d’articulation du territoire autour de Toulouse associant la Garonne et le Canal du Midi dans ce que lui même essaye de décrire comme un système. Non pas un système pensé comme tel à l’origine mais construit peu à peu, au gré des aménagements. « Beau livre » dans sa présentation, ce travail est utilement complété par un appareil critique, une liste de sources et une bibliographie qui le destinent également au spécialiste.

Continuer la lecture de Toulouse et les voies d’eau

La question de la qualité alimentaire en Belgique

Guiot, Flore, « L’État belge face aux enjeux de qualité alimentaire dans la seconde moitié du 19e siècle. Responsabilisation et institutionnalisation consacrées par les lois des 17 mars 1856 et 4 août 1890 relatives à la falsification alimentaire », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, 2016, XLVI, no.3/4, pp. 136‑163.

Flore Guiot est doctorante en Histoire contemporaine à l’Université catholique de Louvain (UCL) en Belgique et travaille sous contrat doctoral[1] depuis 2016. L’axe de recherche qui est privilégié est celui de l’Histoire sociale et ses liens avec l’Histoire économique. C’est dans le Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) qu’elle prépare sa thèse de doctorat sous la direction d’Aurore François, avec pour thème les politiques de sécurité alimentaire en Belgique de 1840 à 1920.

C’est dans la Revue Belge d’Histoire Contemporaine (RBHC) qu’elle consacre un article de vingt-sept pages sur la place de l’État dans la problématique de la falsification des denrées alimentaires. Il s’agit d’un travail de synthèse qui établit une mise au point sur les deux lois principales, leurs enjeux et leur portée, appuyé sur une bibliographie à rayonnement européen et outre-atlantique. Le propos est illustré par cinq documents de natures variées, d’une œuvre picturale naturaliste à une affiche publicitaire pour les beurres naturels et mixtes, en passant par deux photographies et un récépissé d’échantillon de laboratoire.

Cet article constitue le premier élément de réflexion de Flore Guiot, mettant en place plusieurs axes de son travail de recherche de thèse. L’année suivante, de nouveaux éléments complètent le champ du questionnement, à travers un autre article de revue[2]et trois communications lors de colloques[3]. Ce questionnement s’intègre dans un mouvement historiographique en renouvellement, et dans la continuité des travaux d’Alessandro Stanziani, Martin Bruegel et Madeleine Ferrières, pour ne citer que les références les plus récurrentes. Celles-ci ne sauraient éluder les nombreux autres historiens sur lesquels s’appuie l’auteure pour étayer son propos, mettant ainsi l’accent sur la dimension globale des enjeux de la construction qualitative alimentaire. La question n’est pas inédite. Il s’agit d’une rénovation de l’approche réflexive qui vise à décomposer sous plusieurs aspects la construction de la norme des denrées alimentaires au XIXe siècle.

Continuer la lecture de La question de la qualité alimentaire en Belgique