Archives de catégorie : Histoire sociale du crédit

Il s’agit de réfléchir à plusieurs éléments qui associent tous le crédit aux rapports sociaux qui nous aideront à discuter et questionner le grand récit de la rationalisation du crédit que représenterait le passage des sociétés marchandes au sociétés industrielles de la période contemporaine

Présentation du sujet de Thèse : La banque, la politique et le notaire (1861- 1898) : la faillite d’Adolphe Amouroux et la crise du crédit en Roussillon

Soutenu par la mission Histoire de la Banque de France.

Première minute du notaire Amouroux, Archives Départementales des Pyrénées-Orientales 3E33/42, 1861.

Le 26 juin 1882, le notaire perpignanais Adolphe Amouroux passe clandestinement la frontière franco-espagnole. Quelques jours plus tard, le tribunal civil de Perpignan prononce sa destitution de sa fonction de notaire. Le 15 juillet, le tribunal de commerce, présidé par le négociant Joseph Sauvy, considérant qu’il était licite de lui attribuer le statut juridique de commerçant, le déclare en faillite. Il laisse un passif de 4 millions de francs sans actif. Cette faillite retentissante est l’objet de la recherche qui est proposée ici. Mais derrière cet événement, c’est en réalité toute l’épaisseur économique, sociale et politique d’une ville frontière de la France méridionale, Perpignan, que ce travail se propose de réaliser entre les années 1860 et la fin des années 1890.

Adolphe Amouroux (1836-1886) n’est pas en effet seulement un notaire et sa faillite n’est pas liée qu’à son activité notariale. Né dans une importante famille perpignanaise, Adolphe Amouroux est en effet le chef du parti monarchiste légitimiste des Pyrénées-Orientales. Il est le représentant d’une branche du monarchisme dominante à Perpignan et qui est assez particulière au monde Pyrénéen : un héritier du Carlo-légitimisme. Ce mouvement est à la fois très attaché à la branche des Bourbons directs en France, c’est à dire à l’héritier de Charles X, mais aussi, au Carlisme espagnol (les partisans de don Carlos, frère de Ferdinand VII). Ce mouvement a fortement marqué les milieux conservateurs pyrénéens. A ce titre, il est le rédacteur en chef du journal Le Roussillon, le journal qui est l’organe des monarchistes du département des Pyrénées-Orientales, et le principal animateur de la droite monarchiste. Dans ces conditions, Adolphe Amouroux a placé des fonds très élevés à la banque de l’Union Générale, fondée par les milieux catholiques conservateurs autour d’Eugène Bontoux en 1878. Lorsque le run bancaire de janvier 1882 fait chuter l’Union Générale, Amouroux se trouve en quelque sorte pris au piège. Le contexte était par ailleurs défavorable, car l’activité notariale d’Amouroux avait aussi été marquée par la diffusion importante des prêts hypothécaires qui créent eux-mêmes une importante difficulté du fait de l’arrivée du Phylloxéra dans les Pyrénées-Orientales, après une décennie de forte croissance et d’endettement massif des viticulteurs de ce département.  L’inspection de la Banque de France s’émeut des difficultés rencontrées. Un autre notaire, passé à la banque (Banque Gambus et Martin) connaît lui aussi une faillite liée, cette fois ci, seulement aux prêts hypothécaires et aux difficultés des négociants, quelques mois plus tard.

Objectifs du doctorat

Cette thèse se propose donc de questionner cet événement, en allant beaucoup plus loin que sa simple reconstitution, c’est à dire en se donnant pour objectif d’analyser ce que ce dernier nous dit de l’économie, du crédit, et des réseaux de relations complexes qui structurent la préfecture des Pyrénées-Orientales sur un temps bien plus long : du début des années 1860, moment où Adolphe Amouroux prend l’étude de son père jusqu’aux années 1890. Il s’agira de travailler, en amont, sur la manière dont Adolphe Amouroux, dans sa pratique de notaire, a construit ses relations de crédit avec sa clientèle, en essayant de reconstituer par cette analyse le rôle de cet intermédiaire qu’est le notaire. Il sera question d’essayer de reconstituer le réseau de relations de cette figure du monarchisme roussillonnais, notamment dans le milieu des négociants, des industriels, des grands propriétaires. D’autre part, il sera important de voir, en aval, les conséquences économiques, sociales et politiques de cette crise. Quels sont les clients d’Amouroux qui sont touchés par son défaut, ceux qui sont concernés par les pertes du Krach de l’Union Générale ? Comment les milieux économiques – les grands négociants, mais aussi certains industriels comme les Bardou-Job ont-ils réagi à cette crise ?  Les autres établissements de la place sont-ils touchés par la crise ? : la Banque Auriol, les agences des banques de dépôt nouvellement installées (Crédit Lyonnais) ? Quelle interaction y a-t-il avec l’échec de l’installation de la banque Franco-espagnole située à Barcelone en 1880-1881 avec des capitaux roussillonnais ? Quel rôle joue la succursale de la Banque de France, son conseil, mais aussi l’inspection de la Banque de France et le siège parisien, face à cette affaire qui met en danger la stabilité de la place ? Comment se reconstitue la confiance dans le crédit et autour de quels acteurs celle-ci se réalise concrètement après cet épisode traumatisant. Des comparaisons avec les crises de crédit ayant lieu dans d’autres places proches, dans l’Aude ou l’Hérault, seront proposées.

 D’autre part, il sera important de se poser la question de la place que tient cette faillite, liée à celle de l’Union Générale, dans le basculement de la droite conservatrice vers le nationalisme intégral de Charles Maurras. Drumont, dans La France juive (1886) a insisté sur le fait que l’Union Générale dérangeait trop les milieux républicains et juifs et fut donc victime d’un complot dans lequel les Rothschild jouent les premiers rôles. Ces affirmations ont-ils marqué les consciences dans une ville comme Perpignan ? Les victimes de Bontoux et d’Amouroux ont-ils pensé qu’ils pouvaient être des victimes d’un complot judéo maçonnique. Si des manifestations antisémites avaient déjà vu le jour dans les années 1860 au moment de l’élection d’Isaac Pereire comme député du Corps Législatif à Perpignan, celles-ci semblaient être instrumentalisées par ses adversaires politiques et étaient restées assez superficielles. Mais la décennie 1890, celle de l’affaire Dreyfus et de la fondation de la ligue antisémitique, allait être marquée par l’entrée de l’antisémitisme militant dans le département des Pyrénées-Orientales. Le journal Le Roussillon, l’organe du mouvement monarchiste dont Amouroux avait été une des figures, bascule dans une vision marquée par le nationalisme intégral. La thèse essaiera donc de saisir aussi un moment important d’histoire de la droite conservatrice méridionale, peu étudiée.

Prochain Séminaire : 7 avril Viera Rebolledo-Dhuin. Le crédit dans la librairie au XIXe siècle

Mercredi 07 avril 2021 : Viera Rebolledo-Dhuin, Maîtresse de conférences en histoire moderne et contemporaine, CRHEC (EA 4392) Université Paris Est Créteil, 

« Le crédit dans la librairie au XIXe siècle ».

  ***

Acte de faillite – AdP : D11U3/321, n°17286.

Seminaire M. Bochaca, « Les marchands bordelais et le crédit XVe, XVIe siècles »

10 mars 2021. Michel Bochaca, Professeur émérite d’histoire médiévale, Université de la Rochelle, présente « Les marchands bordelais et le crédit XVe, XVIe siècles »

Une étude de 2900 actes de 9 notaires bordelais ainsi que les livres de compte de marchands permet de reconsidérer les figures du marchand à la fin du moyen âge à Bordeaux.

Le crédit tel qu’il est observé dans les actes notariés est un point d’entrée et d’observation pertinent pour appréhender la figure des marchands, comprendre leur role social, leur activité et aussi la manière dont ils participent à la configuration d’un espace sous la domination bordelaise.

Carte Michel Bochaca

Bordeaux – et ses marchands- contrôle bien des points du territoire, mais pas la totalité de son diocèse.

Seminaire : Joan Bosch Ballbona, « Construir retaules: una tasca col·lectiva a la Catalunya de l’època moderna ».

Joan Bosch, professeur à la Universitat de Girona et directeur technique de l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural (ICRPC) insiste d’abord sur l’importance des retables, à la fois pour leur place générale dans l’histoire de l’art, mais aussi pour les enjeux de conservation et de valorisation. Le retable doit être vu comme un élément majeur pour comprendre et essayer de reconstituer la vie religieuse, bien sûr, mais aussi la culture visuelle des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais cela va encore bien au delà.

Une oeuvre collective

C’est aussi une oeuvre collective qui renseigne beaucoup sur la société catalane. Le retable est un élément précieux pour travailler sur l’histoire sociale de l’art : quel est le processus de fabrication, quelles sont les techniques mises en oeuvre pour élaborer ces ensembles ? Quels métiers d’artisans retrouve-t-on ? Quels contrats avec les communautés et les autorités ? Comment sont-ils financés ?

Photo Joan Bosch Ballbona UDG

Les comtés de Catalogne du Nord annexés ensuite par la France sont un des points où les premiers retables sont très bien repérés, souvent restaurés et on n’a plus en Catalogne cette richesse : destructions des guerres napoléoniennes, carlistes, et de la guerre civile.

leur fabrication provient d’initiatives réunissant de nombreux acteurs. Les communautés (universitats) s’endettaient pour plusieurs décennies parfois pour cet effort particulier. La place des confréries, des corporations de métiers, des paroisses, était bien entendu majeure dans l’organisation de ces constructions.

Des stratégies pour faire face à la hauteur des crédits et de l’endettement

L’ensemble de la communauté participait, à son niveau de richesse, à la fabrication avec une ingénierie financière très complexe. Le séminaire apporte de nombreuses informations sur l’endettement des communautés et les stratégies mises en oeuvre pour permettre de payer et faire face. Et les sources sur lesquelles on peut s’appuyer pour saisir ces stratégies

Une des stratégies était de diviser la dette en la réduisant en montant payables par tranche de 5 à 10 ans. Une dette à long terme transformée en un point accessible à la communauté.

Les censals sont majoritairement utilisés comme souvent dans la couronne d’Aragon (obligations perpétuelles). Mais les communautés font aussi face à ces dépenses avec diverses formes d’impots ou de retenues. Les Talls basés sur les revenus des familles et qui permettent de prélever ;

Photo Joan Bosch Ballbona UDG San Vincenç de Montalt

Il existait aussi des Impostos sur une activité particulière, généralement commerçante (par exemples, un trentième des recettes de telle ou telle activité) qui permettait de participer aux paiements. Par exemple, pour participer au paiement pour le retable Sainte Marie de Cadaquès, les pêcheurs devaient participer à hauteur de 1/30e de leurs revenus. Les évêques pouvaient également accorder de travailler pendant les jours fériés afin de participer au paiement de ces ensembles religieux.

La hauteur des paiements pouvait parfois susciter des résistances ou des problèmes auprès des communautés. Parfois, les Évêques pouvaient menacer par exemple d’excommunication certains membres de la communauté qui refusaient de participer.

En somme, le travail sur les retables, outre son intérêt général pour l’histoire de l’art, l’histoire religieuse, celle de la culture visuelle, et du monde des métiers apporte beaucoup aussi sur l’histoire sociale du crédit, de l’endettement et les stratégies des acteurs pendant la période moderne.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

séminaire : Alexandre Frondizi « marché et crédit au XIXe siècle, une relecture grand parisienne »

La prochaine séance du séminaire d’histoire sociale de l’économie de l’Université de Perpignan aura lieu
mercredi 27 janvier de 16h à 18h

***

Mercredi 27 janvier 2021  : Alexandre Frondizi, post doctorant NFS à l’Université de Neuchâtel, chercheur associé à Mondes Américains (EHESS), « Marché immobilier et crédit au XIXe siècle : une relecture grand-parisienne ».

***

an/mc/dc/lviii/18, Comptes du hameau St Ange provenant de la 29e cote de l’Iad de Mme Trutat.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.