Archives de catégorie : Métier de peintre XVIe-XVIIIe siècle

Seminaire : Joan Bosch Ballbona, « Construir retaules: una tasca col·lectiva a la Catalunya de l’època moderna ».

Joan Bosch, professeur à la Universitat de Girona et directeur technique de l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural (ICRPC) insiste d’abord sur l’importance des retables, à la fois pour leur place générale dans l’histoire de l’art, mais aussi pour les enjeux de conservation et de valorisation. Le retable doit être vu comme un élément majeur pour comprendre et essayer de reconstituer la vie religieuse, bien sûr, mais aussi la culture visuelle des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais cela va encore bien au delà.

Une oeuvre collective

C’est aussi une oeuvre collective qui renseigne beaucoup sur la société catalane. Le retable est un élément précieux pour travailler sur l’histoire sociale de l’art : quel est le processus de fabrication, quelles sont les techniques mises en oeuvre pour élaborer ces ensembles ? Quels métiers d’artisans retrouve-t-on ? Quels contrats avec les communautés et les autorités ? Comment sont-ils financés ?

Photo Joan Bosch Ballbona UDG

Les comtés de Catalogne du Nord annexés ensuite par la France sont un des points où les premiers retables sont très bien repérés, souvent restaurés et on n’a plus en Catalogne cette richesse : destructions des guerres napoléoniennes, carlistes, et de la guerre civile.

leur fabrication provient d’initiatives réunissant de nombreux acteurs. Les communautés (universitats) s’endettaient pour plusieurs décennies parfois pour cet effort particulier. La place des confréries, des corporations de métiers, des paroisses, était bien entendu majeure dans l’organisation de ces constructions.

Des stratégies pour faire face à la hauteur des crédits et de l’endettement

L’ensemble de la communauté participait, à son niveau de richesse, à la fabrication avec une ingénierie financière très complexe. Le séminaire apporte de nombreuses informations sur l’endettement des communautés et les stratégies mises en oeuvre pour permettre de payer et faire face. Et les sources sur lesquelles on peut s’appuyer pour saisir ces stratégies

Une des stratégies était de diviser la dette en la réduisant en montant payables par tranche de 5 à 10 ans. Une dette à long terme transformée en un point accessible à la communauté.

Les censals sont majoritairement utilisés comme souvent dans la couronne d’Aragon (obligations perpétuelles). Mais les communautés font aussi face à ces dépenses avec diverses formes d’impots ou de retenues. Les Talls basés sur les revenus des familles et qui permettent de prélever ;

Photo Joan Bosch Ballbona UDG San Vincenç de Montalt

Il existait aussi des Impostos sur une activité particulière, généralement commerçante (par exemples, un trentième des recettes de telle ou telle activité) qui permettait de participer aux paiements. Par exemple, pour participer au paiement pour le retable Sainte Marie de Cadaquès, les pêcheurs devaient participer à hauteur de 1/30e de leurs revenus. Les évêques pouvaient également accorder de travailler pendant les jours fériés afin de participer au paiement de ces ensembles religieux.

La hauteur des paiements pouvait parfois susciter des résistances ou des problèmes auprès des communautés. Parfois, les Évêques pouvaient menacer par exemple d’excommunication certains membres de la communauté qui refusaient de participer.

En somme, le travail sur les retables, outre son intérêt général pour l’histoire de l’art, l’histoire religieuse, celle de la culture visuelle, et du monde des métiers apporte beaucoup aussi sur l’histoire sociale du crédit, de l’endettement et les stratégies des acteurs pendant la période moderne.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

Séminaire de recherche Emilie Roffidal (Framespa) – Comment un programme de recherche se construit-il, avec quelles méthodes et quels outils ?

Salle du département d’histoire – Bâtiment Y 16h-18h mercredi 4 décembre 2019

La présentation du programme ACA-RES sur les institutions académiques et leur rôle dans la France des Lumières sera l’occasion d’échanger sur des aspects méthodologique et épistémologique de la recherche en histoire de l’art.

Séminaire de recherche: Rebecca carretero-calvo El ejercicio de poder de los gremios artísticos en la Edad Moderna:

El pleito de fray José Alberto Pina contra los albañiles de Zaragoza (1731-1735)

Rebecca Carretero Calvo : Departamento de Historia del Arte, Universidad de Zaragoza, España

Mercredi 13 novembre 2019 16 h

salle du département dhistoire (bât. Y, 1er étage)

A través del análisis del pleito que el carmelita calzado fray José Alberto Pina interpuso al gremio de albañiles de Zaragoza en 1731 por impedir su acceso al grado de maestro, se presentará el comportamiento y la organización del sistema gremial en los oficios artísticos zaragozanos. Como se verá, los albañiles basaron su defensa en dos motivos: la condición de religioso de Pina, y su formación incompleta. Sin embargo, pese a que a lo largo de la causa se demostró que ambas cuestiones, legalmente, no eran óbice para que el fraile optara a la maestría, el gremio consiguió imponerse defendiendo la tradición y la endogamia corporativa pero, sobre todo, hizo gala de su poder.

Séminaire de recherche: El llibre de comptes de Josep barnoya escultor (1773-1816)

Francesc Miralpeix Vilamal, Professor titular historia de l’art, universtat de Girona, anime le séminaire d’histoire sociale de l’art sur le livre de compte du scuplteur Josep Barnoya.