Julien Lugand

lugandjulien@gmail.com

Maître de conférences HDR. Université de Perpignan Via Domitia – Faculté des Lettres et Sciences Humaines.

Professeur associé à Sciences Po Toulouse (Depuis 2010)

Directeur du Programme « MIRO-EU.PM » [ANR-11-IDFI-0027] (Depuis 2012)

Directeur de la collection franco-espagnole « Histoire de l’Art » des Presses Universitaires de Perpignan

Responsable du Master « Miro » en Tourisme culturel (France, Espagne, Andorre)

Membre du CRESEM EA 7397 (Université de Perpignan Via Domitia)

Membre du GARB (Grup d’Art del Renaixement i del Barroc de les Universitats de Girona et Autònoma de Barcelona)

Membre du programme de recherche « Pictor. Le métier de peintre dans l’Europe de la Renaissance » (EPHE).

AXES DE RECHERCHE

  • L’étude des circulations ou des transferts artistiques à l’époque moderne suivant deux échelles : entre la France et l’Espagne d’une part ; au sein de la Couronne d’Aragon de l’autre.
  • L’historiographie française de l’art espagnol et notamment la figure de Paul Guinard (1895-1976)
  • L’histoire sociale de l’art, et plus particulièrement les métiers de peintre et de doreur dans les villes de Catalogne et d’Espagne à l’Epoque moderne.

PUBLICATONS

Ouvrages individuels :

Guerra. La peinture baroque en Pays Catalan, Canet, Trabucaire, 2006 (catalogue d’exposition).

Peintres et doreurs en Roussillon, Canet, Trabucaire, 2006 (publication de la thèse remaniée).

Directions d’ouvrages collectifs :

  • Circulations artistiques dans la Couronne d’Aragon (XVIe-XVIIIe siècles) : le rôle des chapitres cathédraux, Perpignan, PUP, 2014.
  • Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne à l’époque moderne, Perpignan, PUP, 2012.
  • La peinture baroque en Méditerranée de Gênes à Majorque, Perpignan, Trabucaire, 2010.
  • Art et rituels : les décors de la Semaine Sainte dans le pourtour méditerranéen, Toulouse, Collection Méridiennes, 2009.

Articles dans des revues à comité de lecture :

  • 2018 (à paraître) « Les archives de Paul Guinard (1895-1976) », Mélanges de la Casa Velázquez,
  • 2018 (à paraître) « Le Greco de Paul Guinard et le regard des historiens de l’art français», Greco et la France, Paris, RMN.
  • 2007 « Els pintors i el seu notari. La creació del col legi Sant Lluc de Perpinyà. » Notaris, homes i papers. El Nord català als segles XIII-XVIII, Editorial Afers, Valencia, 2007, p. 656-673.
  • 2004 « La polychromie baroque en Roussillon », Locus Amoenus, Universitat de Barcelona, 7, 2004, p. 225-236.
  • 2002 « Être peintre en Roussillon à l’époque moderne (1650-1730) : état de la question », Domitia, Université de Perpignan-Via Domitia, 2002, p 37-56.
  • 2002 « Un document rare : le livre de comptes des retables des saintes Eulalie et Julie de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan (1675-1686) », Histoire de l’art, 51, 2002, p. 167-170.

 

Contributions à des ouvrages ou des actes de colloque :

  • 2018 (à paraître) « L’apprentissage au métier de doreur à Barcelone (1599-1834) », Mélanges de l’Ecole Française de Rome.
  • 2014 « L’évêché d’Elne Perpignan », Circulations artistiques dans la Couronne d’Aragon (XVIe-XVIIIe siècles) : le rôle des chapitres cathédraux », Perpignan, PUP.
  • 2012 « Joseph Flaugier (1757-1813) peintre néoclassique et fondateur du Musée de Barcelone: mythe ou réalité de l’influence française? », Les échanges artistiques entre la France et l’Espagne à l’époque moderne, Perpignan, PUP, p. 263-274.
  • 2010 « Le prix de la peinture en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles », La peinture baroque en Méditerranée de Gênes à Majorque, Perpignan, Trabucaire, 2010, p. 97-106.
  • 2009 « L’ameublement de l’église paroissiale de Néfiach : traditions et innovations dans l’art paroissial roussillonnais », L’art au village. La production artistique des paroisses rurales (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 143-150.
  • 2009 « La réglementation des métiers de peintre, doreur, sculpteur et brodeur dans la Province du Roussillon (1698-1727) », Métiers et gens de métiers en Roussillon et en Languedoc (XVIIe-XVIIIe siècles), 4e journées d’histoire et d’histoire du droit et des institutions de l’Université de Perpignan-Via Domitia, 2009, p. 135-191.
  • 2009 « Peindre à Perpignan (1659-1671) », Hyacinthe Rigaud intime, Paris, Somogy, 2009, p. 50-57 (catalogue de l’exposition).
  • 2009 « Sources écrites ; sources plastiques », Art et rituels : les décors de la Semaine Sainte dans le pourtour méditerranéen, Toulouse, Collection Méridiennes, 2009, p. 199-202.
  • 2009 « L’architecture dans les anciens Comtés de Roussillon et de Cerdagne (1450-1550) », L’arquitectura en la Corona d’Aragón entre el Gótico y el Renacimiento, Artigrama, Université de Saragosse, 2009, p. 359-384.
  • 2007 « Miquel Anglada (env. 1663-1710). Sculpteur et expert à Perpignan au début du XVIIIe siècle », L’Època del Barroc i els Bonifàs: actes de les Jornades d’història de l’art, Barcelone, 2007, p. 233-246.
  • 2007 « La maison et son décor. Les tableaux dans les intérieurs roussillonnais (1650-1730) », Espais interiors. Edicions de l’Universitat de Barcelona, 2007, p. 713-716.
  • 2003 « Les échanges artistiques entre le Roussillon et Rome aux XVIIe et XVIIIe siècles », L’Art du Sud, de la création à l’identité, Paris, CTHS, 2003, p.155-180.
  • 2002 « Être peintre en Roussillon à l’époque moderne (1650-1730) : état de la question », Domitia, Université de Perpignan-Via Domitia, 2002, p 37-56.
  • 1996 « L’église Sainte-Marie des Abeilles », Les cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 27, 1996, p. 205-206.

Notices de dictionnaire :

  • 2008 : « Antoine Guerra le Vieux »; « Antoine Guerra le Jeune »; « Francesc Guerra », dans Thieme-Becker, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart.

Comptes rendus ; recensions

  • 2015 : « Frédéric Jiméno et Luis Sazatornil Ruiz (dir.) : El arte espanol entre Roma y París (siglos XVIII y XIX). Intercambios artístivos y circulación de modelos. Madrid, Casa de Velázquez », Revue de l’Art, 2015-3, p. 74-75.
  • 2014 : « Francesc Miralpeix : Antoni Viladomat. Vida i Obra. », Revue de l’Art, 2014-4.
  • 2013 : « Victor Stoichita : L’œil mystique : peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’Or », Revue de l’Art, 2013-3.
  • 2010 : « Le Dévôt-Christ de Perpignan dans un face à face avec l’artiste Jean Kiras », Midi Pyrénées Patrimoine, 23 [2010], p. 112.
  • 2010 : « Une éducation à l’amour?: à propos d’une copie du Corrège au musée de Bagnères-de-Bigorre »; « Morale, mythe antique et nudité:  Apollon et Marsyas du Guerchin au Musée des Augustins », Midi Pyrénées Patrimoine, 21 [2010], p. 52-53; 55-56.
  • 2008 : « Peintures de la Renaissance restaurées », compte-rendu de l’exposition du Centre de Conservation-Restauration du Patrimoine du Conseil général des Pyrénées-Orientales (Perpignan), Midi-Pyrénées Patrimoines, 16 [2008], p. 105.
  • 2007: « Les grands maîtres de la peinture espagnole », compte-rendu de l’exposition « Dialogue entre deux collections: Castres-Séville » (Musée Goya), Midi-Pyrénées Patrimoines, 8 [2007], p. 98-99.

 

PRESENTATION DE MA RECHERCHE

Ma recherche se construit autour de trois axes :

  • Le premier concerne l’étude des circulations ou des transferts artistiques à l’époque moderne et suivant deux échelles : entre la France et l’Espagne d’une part ; au sein de la Couronne d’Aragon de l’autre. Dans ce cadre, je me suis intéressé, par exemple, à des sujets aussi divers que les commandes de tableaux romains, passées par le chapitre de la cathédrale de Perpignan ou une riche confrérie de dévotion de la même ville aux XVIIe et XVIIIe siècles ; à l’étude d’une dynastie de peintres roussillonnais de la même période, ou encore au parcours de Joseph Flaugier, peintre français installé à Barcelone à la fin du XVIIIe siècle, et auquel on attribuait l’introduction du néo-classicisme dans la peinture catalane, et qui reste considéré comme le fondateur du premier musée de peinture de cette ville au début du XIXe siècle, lors de l’invasion napoléonienne.
  • Le deuxième thème sur lequel mes recherches portent toujours, c’est celui de l’historiographie française de l’histoire de l’art espagnol, sujet que j’ai abordé assez récemment, en étudiant plus particulièrement la figure de Paul Guinard (1895-1976). Je ne connaissais Guinard que par la bibliographie et c’est en arrivant à l’université de Toulouse que le personnage prit corps, puisque Bruno Tollon, mon directeur de thèse, avait été son assistant. Je découvrais lentement combien son image était encore très présente à Toulouse en dépit des années passées, et je fus également surpris du souvenir qu’il avait pu laisser auprès des chercheurs espagnols qui l’avaient connu. Administrateur reconnu et efficace – Paul Guinard était à l’origine du plus puissant réseau culturel français à l’étranger –, on avait cependant oublié qu’il fut également un grand hispaniste – dans la tradition de l’hispanisme français. Ses monographies du Greco (1956), de Zurbarán (1959) ou son étude de la vision romantique que les peintres français du XIXe siècle forgèrent de l’Espagne (1962), sont des contributions qui font toujours autorité. C’est en 2014, alors que j’avais été invité par le musée du Louvre a parlé de la monographie que Guinard avait consacré au Greco dans le cadre du colloque Greco et la France que j’ai rencontré sa fille Michelle. C’est elle qui m’expliqua comment elle avait commencé à rassembler les archives de son père, dispersées à sa mort en 1976, et combien elle serait heureuse de voir ce fonds enfin valorisé. Je soumettais à la Casa de Velázquez, qui l’accepta, un projet d’étude et de valorisation de ce fonds, en m’accordant pour l’année 2015 une place de résident-chercheur en son sein, ce qui me permit de rédiger une première présentation sommaire de ce fonds mais, accaparé par mon mémoire d’habilitation, je n’ai, pour l’instant, pas poussé plus avant ce projet, acceptant seulement de participer, en octobre dernier, au colloque organisé à l’occasion du centenaire du centre d’études hispaniques de la faculté de Paris. J’y évoquais le rôle majeur qu’avaient joué les historiens de l’art français dans l’analyse et l’écriture de la peinture du Siècle d’Or – et parmi eux Louis Viardot, Paul Lefort et bien sûr Paul Guinard.
  • Le troisième et dernier sujet auquel j’ai consacré mes recherches, l’essentiel de mes recherches devrais-je dire, c’est l’histoire sociale de l’art. C’est avec mon mémoire de DEA sur Le statut du peintre à Barcelone du XVI au XVIIe siècles, que j’ai découvert cette démarche qui me plut d’emblée car elle permettait de mettre en relation la découverte et l’analyse des archives à l’étude des œuvres. J’ai, depuis, exploré divers sujets selon cette méthode en étudiant, par exemple, la fabrique des retables en Roussillon à l’époque moderne ou encore le métier de sculpteur en Catalogne – notamment par l’analyse du livre de comptes du sculpteur Lluis Bonifàs. Cependant, ce sont surtout l’étude des métiers de peintre et doreur en Roussillon à l’époque moderne sur lesquels je me suis le plus penché, dans le cadre de ma thèse de doctorat bien sûr, mais au-delà, en publiant l’ensemble de la documentation réglementaire et corporative des XVIIe et XVIIIe siècles que j’avais pu découvrir dans les archives. Depuis 2012, c’est essentiellement dans le cadre du programme international Pictor. Le métier de peintre dans l’Europe de la Renaissance, que je poursuis mes investigations en ce domaine. J’ai contribué au programme, d’une part en rédigeant une partie du projet dirigé par Audrey Nassieu-Maupas, de l’autre en collaborant aux trois journées d’études qui se sont déroulées depuis 2015 et qui ont portées sur « La population des peintres », « La réglementation du métier », « La formation des peintres». Ma participation consiste à étudier l’exemple de Barcelone, que je documente maintenant depuis plusieurs années, en explorant notamment l’important fonds d’archives notarié.

Participation à des programmes collectifs de recherche :

  • Le métier de peintre en Europe à la Renaissance, EPHE, Programme Emergence financé par la Mairie de Paris (2015-2020).
  • Coleccionismo y gusto artistico de la aristocracia catalana y mallorquina en epoca moderna. Creacio y dispersion de un patrimonio (HAR2012-39182-C02-01), Université de Gérone (2013-2015).
  • Recepción del arte barroco en Cataluña (1640-1808). Fortunahistoriográfica y vicisitudes patrimoniales (HAR2009-14149-C02-01), Universités de Gérone et Autonome de Barcelone (2010-2012). 
  • Cataluña en la encrucijada de las artes del Renacimiento (1450-1640): itinerarios, fortuna y recuperación de un patrimonio (HUM2006-12604-C02-01), Université Autonome de Barcelone (2007-2009).
  • Fuentes y modelos de las artes figurativas en Cataluña, 1640-1714 (BHA2003-09140-C02-01), Université de Gérone (2003-2006).

 

Prix – Bourses

  • Résident-chercheur à l’Ecole des Hautes Etudes Hispaniques et Ibériques/Casa de Velázquez (2015)
  • Prix De Clausade décerné par la Société Archéologique du Midi de la France pour ma thèse de doctorat (Peintres et doreurs en Roussillon, 1650-1730)(2005)

 

 

Encadrement de thèses

  • Stéphanie Doppler, La peinture de la Renaissance dans les Comtés Nord-Catalans (1490-1640), thèse en cotutelle entre l’Université de Gérone et l’Université de Perpignan via Domitia (soutenue en 2012).
    • Francesc Agusti, Joseph Flaugier (1757-1813) : vida i obra, Université de Gérone (depuis 2016).
    • Aurore Toureille, Les institutions artistiques dans le département des Pyrénées-Orientales, de la Révolution Française à l’entre-deux guerres (depuis 2016).

Séminaire permanent – Seminari Permanent

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search