Le métier de peintre XVIIe-XVIIIe siècle

Si l’on ne compte plus, pour les territoires concernés par le projet, les monographies, les études, les synthèses et les catalogues d’exposition sur la peinture des XVIIe et XVIIIe siècles – le style, la littérature artistique entendue au sens large du terme, la diffusion et la réception des modèles, la culture des commanditaires, l’iconographie –, le métier de peintre reste, au-delà des traditions historiographiques, un sujet marginal. La raison est à chercher dans l’évolution de l’histoire de l’art qui, en s’érigeant en discipline propre, s’est parfois coupée des travaux des érudits. L’histoire des métiers, par exemple, semblait appartenir davantage à l’histoire économique et matérielle qu’à l’histoire des formes et ne correspondait plus aux débats historiographiques du moment[1]. En fait, il était communément admis que le métier de peintre avait connu, au XVIe siècle, une évolution considérable, un nouveau statut dont le modèle s’était forgé au Quattrocento dans les Etats Italiens avant de se répandre dans le reste de l’Europe tout au long du XVIe siècle. De pratique artisanale, la peinture serait devenue un art libéral, savant, émancipé des structures médiévales d’exercice – les guildes, collèges ou confréries – et de formation – l’apprentissage, le compagnonnage et la maîtrise. Le peintre aurait acquis un nouveau statut, celui d’artiste. Son métier, et la perception que l’on en avait, aurait évolué ; les témoignages de réussite, de reconnaissance sociale se seraient multipliés. Suivant un schéma de progrès, ce phénomène se serait répandu des États Italiens vers le reste de l’Europe tout long du XVIe siècle selon une logique diffusionniste; la création des Académies aux XVIIe et XVIIIe siècles en étant l’aboutissement. L’histoire sociale de l’art permit, dans les années 1970, une première réévaluation de cette conception traditionnelle[2]. À ce schéma communément admis, de nouvelles études, basées sur les archives, permirent de substituer une vision beaucoup plus contrastée du métier de peintre, mettant en lumière diverses réalités : dans certains cas, on mettait en exergue une réelle évolution du statut social, des procédés de formation et d’exercice du métier chez quelques peintres exerçant dans des milieux favorisés ; de l’autre, on insistait sur le conservatisme – voire même le protectionnisme – des structures collégiales, l’absence de considération et d’ascension sociale, la continuité des modes de formation, parfois même dans des foyers longtemps considérés comme remarquables. Ce renouveau historiographique permit de nouvelles investigations et publications et l’émergence de programmes de recherches ambitieux. L’attribution, par la Commission Européenne, en 2011, d’un financement au projet Artifex sur « la formation des artistes en Europe centrale jusque vers 1800 »[3] (Université de Trèves) ou, en 2015, par la Mairie de Paris d’un programme « Emergence » au projet Pictor sur le métier de peintre dans l’Europe de la Renaissance, en sont la preuve

[1] Cf. bibliographie en annexe.

[2] Castelnuevo (E.), « L’histoire sociale de l’art : un bilan provisoire », Actes de la recherche en sciences sociales, 6, 1976.

[3] http://www.uni-trier.de/index.php?id=38069&L=1, projet financé par la commission européenne, sous la direction du professeur Andreas Tacke de l’Université de Trèves : « La formation des artistes en Europe centrale jusque vers 1800 » (projet initié en juin 2011).

Séminaire permanent – Seminari Permanent