Population de peintres

Les fonds d’archives rassemblés par les participants (délibérations, procès-verbaux des collèges/confréries) mentionnent de nombreux maîtres et donnent une idée précise du nombre de peintres présents dans les principales villes à une date donnée ; ils nous renseignent également sur leur origine géographique, éclairant ainsi les éventuelles logiques de migration des peintres dans cet espace couvrant plusieurs territoires, ce qui permettra d’aller au-delà des données fragmentées que fournissaient les études locales ou provinciales. Cela permettra de dessiner des logiques de circulation des artistes à une grande échelle. En référence à l’étude des réseaux désormais bien instituée dans les recherches historiques, ce thème devra mettre en évidence les principes circulatoires, les éventuels courants majeurs, les logiques de solidarités qui président éventuellement ces déplacements, etc. La confrontation des données issues des archives des collèges et confréries permettra de vérifier l’hypothèse selon laquelle ces structures traditionnelles d’organisation ont joué un rôle actif parce qu’elles offraient déjà un réseau étendu à mailles serrées, ou ont au contraire empêché toute forme de circulation en érigeant des règles protectionnistes empêchant toute installation de peintres « étrangers »

Séminaire permanent – Seminari Permanent