Archives par mot-clé : Perpignan

Deux articles des Annales du Midi

La dernière livraison des Annales du Midi (n° 301, daté de janvier-mars 2018) contient deux articles qui se relient tout à fait directement aux thématiques développées dans ce carnet de recherche. María Teresa Pérez Villalba y présente un résumé de sa thèse de doctorat d’histoire soutenue en juillet 2017 à l’Université de Valence dont le titre était Franceses en Valencia durante el siglo XVI. Cette thèse peut être consultée en ligne sur http://roderic.uv.es/handle/10550/59477. Le XVIe des migrations en péninsule Ibérique est moins présent dans l’historiographie ce qui rehausse l’intérêt de ce travail basé sur diverses sources, en particulier les registres de l’hôpital de Valence, les livres d’aveïnaments c’est-à-dire les listes de ceux à qui fut reconnu le statut de (nouveaux) habitants, les registres paroissiaux et des procès de l’Inquisition ce qui lui permit de constituer un corpus de plus de 4 700 noms couvrant avec plus ou moins d’intensité l’ensemble du XVIe siècle. À partir de ces données, l’auteure reconstitue les phases d’arrivées, les régions d’origine (d’abord le Béarn et l’Agenais, ensuite le Quercy et le Périgord, mais aussi le sud-est du Bassin aquitain et les hautes terres du Limousin et de l’Auvergne), leurs professions (d’abord des travailleurs de terre, puis, en moindres mesures, des artisans) et réfléchit à leur insertion dans la société d’accueil. Évidemment, le prisme de l’Inquisition est quelque peu déformant surtout au cours d’une époque de suspicion généralisée envers tout ce qui pouvait ressembler, de près ou de loin, à un protestant… Et tout migrant venant du royaume de France devenait suspect.

Continuer la lecture de Deux articles des Annales du Midi

Un marchand arménien à Perpignan à la fin du XVIIe siècle

            On connaît grâce aux travaux d’Olivier Raveux la présence des Arméniens à Marseille, plus particulièrement dans les années 1670-16801. Leur présence avait aussi été attestée, par exemple à Séville par Antonio Domínguez Ortiz2 ou à Cadix par Hipólito Sancho de Sopranis3.

            Aurian Meunier, dans un récent travail, a décelé une mention très « furtive » dans les cahiers du peseur au poids du Roi de Perpignan, Francesc Millet i Català, objet de son étude. Il s’agit de « tabac del armeni » acheté, semble-t-il le 8 février 1668 par le droguiste Antoni Llimas4. La donnée, telle quelle, ne permet pas d’aller bien loin. Or, la documentation du Conseil souverain du Roussillon conserve au moins cinq procès civils, datés de 1670 à 16745), dans lesquels apparaît, à un titre ou un autre, un certain « Omines de Torres, armeni »6, marchand. À cela, il faut ajouter un acte notarié du 31 juillet 16677 qui présente Hominas de Toros comme « negociatior civitatis de Caixer, terre Armenie », localisation qui nous échappe encore pour l’instant.
Continuer la lecture de Un marchand arménien à Perpignan à la fin du XVIIe siècle

  1. Entre autres : « À la façon du Levant et de Perse : Marseille et la naissance de l’indiennage européen (1648-1689) », Rives méditerranéennes, n° 29, 2008, pp. 37-51 ; « Entre réseau communautaire intercontinental et intégration locale : la colonie marseillaise des marchands arméniens de la Nouvelle-Djoulfa (Ispahan), 1669-1695 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012/1, pp. 83-102 ; « Les marchands orientaux et les langues occidentales au XVIIe siècle. L’exemple des Choffelins de Marseille », G. Buti, M. Janin-Thivos et O. Raveux (dir.), Langues et langages du commerce en Méditerranée et en Europe à l’époque moderne, Aix, Presses Universitaires de Provaence, 2013, pp. 99-114 ; « Les llengües al centre del comerç a la Mediterrània del segle XVII. Formació i pràctiques dels mercaders armenis d’Isfahan instal·lats a Marsella », Afers, n° 87, 2017, pp. 327-344 []
  2. « Armenios en Sevilla », Archivo hispalense, n° 61-62, 1953, pp. 189-156 []
  3. « Los armenios en Cádiz », Sefarad, n° 22, 1954 []
  4. A. Meunier, Le commerce et ses acteurs à Perpignan au XVIIe siècle : les cahiers de François Millet i Català, peseur au poids du Roi, Perpignan, mémoire de Master, Université de Perpignan, 2017, p. 60, 66, 72-73, 355 []
  5. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2 B 1100 (1670), 2 B 1122 (1671), 2 B 1130 (1672), 2 B 1146 (1674), 2 B 1149 (1674 []
  6. L’orthographe de son nom fluctue selon les documents entre Omines, Homines ou Hominas, de Torres, de Torras, de Toros, de Thoros []
  7. Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 3 E 2/1500, Ambròs de Badia, Perpignan, 31/07/1667 []

Resumé de mémoire de Master – Resum de tesina de Màster : Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes d’Aurora Lafforgue

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.