Archives par mot-clé : segle XVII

Seminaire : Joan Bosch Ballbona, « Construir retaules: una tasca col·lectiva a la Catalunya de l’època moderna ».

Joan Bosch, professeur à la Universitat de Girona et directeur technique de l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural (ICRPC) insiste d’abord sur l’importance des retables, à la fois pour leur place générale dans l’histoire de l’art, mais aussi pour les enjeux de conservation et de valorisation. Le retable doit être vu comme un élément majeur pour comprendre et essayer de reconstituer la vie religieuse, bien sûr, mais aussi la culture visuelle des hommes et des femmes des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais cela va encore bien au delà.

Une oeuvre collective

C’est aussi une oeuvre collective qui renseigne beaucoup sur la société catalane. Le retable est un élément précieux pour travailler sur l’histoire sociale de l’art : quel est le processus de fabrication, quelles sont les techniques mises en oeuvre pour élaborer ces ensembles ? Quels métiers d’artisans retrouve-t-on ? Quels contrats avec les communautés et les autorités ? Comment sont-ils financés ?

Photo Joan Bosch Ballbona UDG

Les comtés de Catalogne du Nord annexés ensuite par la France sont un des points où les premiers retables sont très bien repérés, souvent restaurés et on n’a plus en Catalogne cette richesse : destructions des guerres napoléoniennes, carlistes, et de la guerre civile.

leur fabrication provient d’initiatives réunissant de nombreux acteurs. Les communautés (universitats) s’endettaient pour plusieurs décennies parfois pour cet effort particulier. La place des confréries, des corporations de métiers, des paroisses, était bien entendu majeure dans l’organisation de ces constructions.

Des stratégies pour faire face à la hauteur des crédits et de l’endettement

L’ensemble de la communauté participait, à son niveau de richesse, à la fabrication avec une ingénierie financière très complexe. Le séminaire apporte de nombreuses informations sur l’endettement des communautés et les stratégies mises en oeuvre pour permettre de payer et faire face. Et les sources sur lesquelles on peut s’appuyer pour saisir ces stratégies

Une des stratégies était de diviser la dette en la réduisant en montant payables par tranche de 5 à 10 ans. Une dette à long terme transformée en un point accessible à la communauté.

Les censals sont majoritairement utilisés comme souvent dans la couronne d’Aragon (obligations perpétuelles). Mais les communautés font aussi face à ces dépenses avec diverses formes d’impots ou de retenues. Les Talls basés sur les revenus des familles et qui permettent de prélever ;

Photo Joan Bosch Ballbona UDG San Vincenç de Montalt

Il existait aussi des Impostos sur une activité particulière, généralement commerçante (par exemples, un trentième des recettes de telle ou telle activité) qui permettait de participer aux paiements. Par exemple, pour participer au paiement pour le retable Sainte Marie de Cadaquès, les pêcheurs devaient participer à hauteur de 1/30e de leurs revenus. Les évêques pouvaient également accorder de travailler pendant les jours fériés afin de participer au paiement de ces ensembles religieux.

La hauteur des paiements pouvait parfois susciter des résistances ou des problèmes auprès des communautés. Parfois, les Évêques pouvaient menacer par exemple d’excommunication certains membres de la communauté qui refusaient de participer.

En somme, le travail sur les retables, outre son intérêt général pour l’histoire de l’art, l’histoire religieuse, celle de la culture visuelle, et du monde des métiers apporte beaucoup aussi sur l’histoire sociale du crédit, de l’endettement et les stratégies des acteurs pendant la période moderne.

Le séminaire 2020-2021 est orienté sur la question du Crédit, dans le cadre du programme : « Une histoire sociale du Crédit, regards franco-espagnols »
programme de recherche financé par la Mission Histoire Société Générale et l’Université de Perpignan.

Séminaire de recherche Jaume Dantí : El comerç català al Mediterrani als segles XVI-XVII. Continuïtat i articulació del territori ».

Jaume Dantí, Professeur à l’Université de Barcelone, intervient en catalan pour le séminaire d’histoire sociale de l’économie le mercredi 12 février 2020.

Attention, la salle est pour ce séminaire : salle du conseil du Service Central de Documentation, 2eme étage.

Emprenedors transnacionals a la València moderna

Josep San Ruperto Albert, jove historiador format a la Universitat de València, acaba de publicar a la prestigiosa Fundació Noguera, un llibre tirat de la seva tesi doctoral, llegida el 2017, preparada sota la doble direcció d’Amparo Felipo Orts i Carme Pérez Aparicio1. A partir de fonts documentals molt diverses i abundants2 i d’una bibliografia molt ample, l’autor estudia les trajectòries de dues famílies emprenedores milaneses a la València del segle XVII a través de les quals planteja problemàtiques historiogràfiques molt rellevants com, per exemple, la integració dels estrangers en el món comercial o la promoció social.

Continuer la lecture de Emprenedors transnacionals a la València moderna

  1. J. San Ruperto Albert, Emprenedors transnacionals. Les trajectòries econòmiques i d’ascens social dels Cernezzi i Odescalchi a la Mediterrània Occidental (ca. 1590-1689), Barcelona, Fundació Noguera, 2019, 410 p. []
  2. L’autor ha buidat arxius espanyols (Archivo Histórico Nacional, Archivo General de Simancas, Archivo General de Indias), l’Arxiu de la Corona d’Aragó, els arxius valencians i italians []

Una publicació sobre les pràctiques del comerç mediterrani del segle XVII – Une publication sur les pratiques du commerce méditerranéen au XVIIe siècle

La revista Afers acaba de publicar amb el seu número 87 datat del 2017, un dossier titulat “Un Mediterrani transnacional al segle XVII”. Són set articles precedits d’una introducció historiogràfica i de presentació del tema a càrrec del coordinador del dossier, Daniel Muñoz Navarro (Universitat de València). Els autors, ells, provenen de diferents universitats o centres d’investigacions com ara Sevilla, Milà, Nàpols, Lisboa, València i Aix-Marsella. Continuer la lecture de Una publicació sobre les pràctiques del comerç mediterrani del segle XVII – Une publication sur les pratiques du commerce méditerranéen au XVIIe siècle

Les cartes d’un mercader anglès d’Alacant al segle XVII

En una ressenya precedent, esmentava tres obratges pareguts en 2013 i 2014 que publiquen correspondència de mercaders (veure ací). També hauria calgut que presentés el llibre un mica més antic de José Ignacio Martínez Ruiz (Universitat de Sevilla) i Perry Gauci (Lincoln College de la Universitat d’Oxford), Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & Co.1. La primera part d’aquest treball, d’un poc menys de 100 pàgines, és un estudi introductori a la correspondència publicada. Els autors hi presenten Richard Houncell, mercader anglès instal·lat a Alacant, el paper del port al segle XVII, una anàlisi del comerç realitzat per Richard Houncell (productes, xarxes…), els anglesos a Alacant per tal de plaçar aquest cas en el context més general de la presència estrangera als ports valencians de l’època moderna.

Continuer la lecture de Les cartes d’un mercader anglès d’Alacant al segle XVII

  1. José Ignacio Martínez Ruiz i Perry Gauci, Mercaderes ingleses en Alicante en el siglo XVII. Estudio y edición de la correspondencia comercial de Richard Houncell & CO., Alacant, Publicacions de la Universitat d’Alacant, 2008, 485 p. []

Resumé de mémoire de Master – Resum de tesina de Màster : Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes d’Aurora Lafforgue

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, Mémoire de Master, sous la direction de Patrice Poujade, Université de Perpignan, 2014, 271 p.

             À travers une étude de cas de deux marchands installés à Perpignan, basée sur l’analyse d’archives notariales, judiciaires, comptables et épistolaires, ce mémoire ouvre le champ de la recherche sur les réseaux commerciaux de Perpignan dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, faisant apparaître l’organisation et les rouages du monde marchand. L’étude de ce microcosme met en lumière les stratégies socioprofessionnelles des acteurs du commerce, dont l’origine culturelle commune est facteur de liens économiques et commerciaux de part et d’autre des Pyrénées. Désormais sous occupation française, la capitale roussillonnaise et son territoire se situent dans une phase de transition où coexistent les us et coutumes catalano-aragonais et français, issus de deux régimes monarchiques différents. Cette dualité et la localisation de Perpignan invitent à penser cette ville et son territoire comme un nœud dans le commerce de tissus transpyrénéen.

Aurora LAFFORGUE, Les marchands André Marcourel et Jacques Bouttes dans les réseaux commerciaux entre le Languedoc et le Principat de Catalogne dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, tesina de Màster sota la direcció de Patrici Pojada, Universitat de Perpinyà, 2014, 271 p.

            Mitjançant un estudi de cas de dos mercaders instal·lats a Perpinyà, basat en l’anàlisi d’arxius de protocols, judicials, comptables i epistolars, aquesta tesina permet obrir la recerca a les xarxes comercials de Perpinyà de la segona meitat del segle XVII, fent aparèixer l’organització i els mecanismes del món mercader. L’estudi d’aquest microcosmos evidencia les estratègies socioprofessionals dels actors del comerç, l’origen cultural comú dels quals afavoreix enllaços econòmics i comercials a banda i banda dels Pirineus. Ocupats pels francesos, la capital rossellonesa i el seu territori es situen en una fase de transició en la qual coexisteixen els hàbits i costums catalano-aragonesos i francesos, eixits de dos règims monàrquics diferents. Considerant la seua dualitat i la seua localització, Perpinyà i el seu territori es poden definir com a cruïlla en el comerç transpirinenc de teixits.